Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Programme d’Eric Zemmour : invention de la liberté étatiste

Programme d’Eric Zemmour : invention de la liberté étatiste

par
73 vues

A un mois du premier tour de l’élection présidentielle, Eric Zemmour a publié son programme complet en libre accès. Si certains mots libéraux y ont une place plus importante que dans ses mesures publiées jusqu’alors, le résultat reste trop peu ambitieux. Ainsi, la subsidiarité et l’initiative ne sont vues que comme des occasions de limiter l’influence des institutions européennes sur nos politiques nationales. Il est dommage que le candidat Reconquête ! ne comprenne pas que, tout comme les réglementations européennes brident les initiatives nationales, les réglementations nationales brident les initiatives locales.

Ces visions étatistes de l’initiative et de la subsidiarité se retrouvent dans les mentions de la responsabilité. Pour Eric Zemmour, il ne s’agit pas de donner aux Français la responsabilité de leurs assurances santé ou vieillesse, ou du droit de prendre des risques entrepreneuriaux. Non, il s’agit de la responsabilité de l’Etat. Certes, on peut se réjouir qu’il pense que “l’esprit de responsabilité impose de réduire simultanément les prélèvements obligatoires et la dépense publique”, et projette de modifier notre modèle social “aujourd’hui ouvert aux quatre vents”, mais cette vision réduite de la responsabilité nous laisse sur notre faim.

La liberté a droit à une dizaine d’occurrences, qu’il s’agisse de liberté académique des enseignants-chercheurs, de liberté des patients dans le choix des spécialistes ou de liberté d’expression. Mais la liberté des chercheurs concerne une protection face à la censure et la pression idéologique, et non la liberté de les recruter, et la liberté des patients n’est pas celle de choisir leur assurance maladie. La liberté d’entreprendre, elle, est pudiquement oubliée, ce qui est regrettable pour un candidat qui se dit du côté des entrepreneurs. Le programme d’Eric Zemmour, centré il est vrai sur le régalien, ce qui est une bonne chose car il est mal en point, peine à élaborer des propositions ambitieuses qui permettraient une réelle “reconquête” de notre compétitivité économique.

Vous pouvez aussi aimer

4 commentaires

lubat 15 mars 2022 - 8:21

certes le compte n’y est pas. Mais gageons que c’est un début et que son parti a en ses rangs beaucoup de notables du secteur privé pour faire évoluer les choses

Répondre
en fait 15 mars 2022 - 9:55

OUI, très beau sujet, beau combat, mais, nous sommes dans un  » capitalisme de connivence(s) » sous plusieurs dominations.
Aussi, il semble au moins manquer:
– le courage politique vs la lucidité ( situations très confortables des politiques vs citoyens qui trinquent ! )
– car, les outils pour rétablir l’équilibre, afin que la – liberté d’entreprendre – ne soit pas un leurre diabolique, ne sont pas visibles sur le Marché.
Donc les promesses, . .. ….,

Répondre
Arlet 15 mars 2022 - 10:23

Le point faible de E. Zemmour est de ne pas avoir de parti .
Toutefois , si Zemmour arrive au deuxième tour , aucun doute , il sera rejoint par bon nombre de LR , parmi lesquels il pourra choisir des membres de son gouvernement au top de leur mission .

Répondre
Obeguyx 16 mars 2022 - 9:11

Il faut bien commencer par un bout, la tâche étant tellement vaste !!! Zemmour ne pourra pas rattraper en 5 ans les 45 ans de perdition qui l’ont précédé.

Répondre

Laissez un commentaire