Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Prison de Fresnes : exagération de droite ou mauvaise foi de gauche ?

Prison de Fresnes : exagération de droite ou mauvaise foi de gauche ?

par
76 vues

A la fin du mois de juillet, les détenus de la prison de Fresnes participaient à un tournoi sportif organisé par l’émission Kohlantess.  Mi-août, les Français découvrent les vidéos de ces épreuves sportives, la plus connue étant une course de karting. S’ensuivent de nombreuses polémiques. Connaissant l’état de la prison de Fresnes, est-il humain de s’élever contre un événement bon enfant ? Les détenus n’ont-ils pas droit à des temps de décompression ? D’un autre côté, pourquoi pourraient-ils faire du karting quand certains Français se cantonnent à des sorties au parc ? Qui finance ce tournoi, et ne serait-ce pas les contribuables ? Qui y participe, et ne seraient-ce pas des violeurs et des meurtriers ? A ces deux dernières questions, les organisateurs répondent en cœur “non”. Tous les fonds, à l’exception des prix reversés aux associations, viennent des sponsors ou des organisateurs, et les participants ne devaient purger “aucune peine résultant d’une atteinte à l’intégrité physique et/ou morale d’une personne”.

Face au hourvari de l’opinion publique, le ministère de la Justice, qui avait, à en croire les organisateurs, autorisé l’événement, a demandé une enquête, qui a pour l’instant révélé la présence d’un violeur et d’un meurtrier dans le tournoi. Les organisateurs affirment que s’ils l’avaient su, “la vidéo [qui a fourni la preuve de la participation du violeur, NdlR] n’aurait jamais été tournée et encore moins diffusée”. Sans doute une façon maladroite de dire que ces détenus n’auraient pas participé aux épreuves.

Rappelons que, si les prisons sont chez nous à ce point insalubres, c’est aussi parce qu’elles sont surpeuplées, parce que la France ne se résout pas à renvoyer les criminels issus de l’immigration. Rappelons aussi que la prison est d’abord un espace garantissant la sécurité des citoyens en les soustrayant à des personnes violentes et que la réinsertion passe par l’apprentissage d’un métier et éventuellement le soin de certains traumatismes. L’organisation de loisirs pose la question de leur finalité. S’agit-il d’améliorer les relations entre les équipes pénitentiaires et les détenus ? De travailler sur l’entraide et la persévérance ? Et pourquoi les diffuser ensuite ? Les Français n’ont pour le moment aucune raison de penser que les autorités compétentes ont suffisamment réfléchi à ces problèmes. D’où leur colère.

Vous pouvez aussi aimer

4 commentaires

Almaviva 26 août 2022 - 7:02

La situation carcérale en France est totalement déplorable ! Par manque de place surpopulation, mauvais entretiens, etc.. De ce fait certains juges hésitent à prononcer des peines de prison ce qui participe à l’évolution de la violence. Il conviendrait, d’une part, construire de nouvelles places et de vider les prisons actuelles de tous les étrangers en les renvoyant chez eux, en faisant en sorte qu’ils en finissent leurs peines !
Sur le plan financier, il serait judicieux de faire payer une « pension » à tous les prisonniers, il n’y a pas de raison que cela soit les contribuables qui financent seuls les charges d’emprisonnement !

Répondre
Marit 26 août 2022 - 8:11

La prison doit demeurer une punition, une sanction, sans aucun état d’âme. Le bagne était une très bonne chose, tout comme la peine de mort.

Répondre
Rémi 27 août 2022 - 9:18

« les prisonniers s’amusent » et les victimes pleurent….
Monsieur le ministre de la Justice s’étonne ?
Mais dans quel pays vivons nous ?

Répondre
Obeguyx 27 août 2022 - 10:05

Nos prisons ne sont pas insalubres, elles sont plutôt comparables à du 2 étoiles. On se fout du monde. Plus de places en prison ? Prenez exemple sur les prisons marocaines (ou si vous voulez pire les prisons colombiennes) et le problème sera vite réglé. Pour cela il faut être gouvernés par des gens sains d’esprits et non par des malades mentaux.

Répondre

Laissez un commentaire