Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Philippe Martinez menace le président et le gouvernement et confirme que le « dialogue social » est une fumisterie

Philippe Martinez menace le président et le gouvernement et confirme que le « dialogue social » est une fumisterie

par
924 vues

Qui croit encore à la fable du « dialogue social » ? Il suffit de lire les dernières déclarations du leader de la CGT pour comprendre qu’il n’y a rien à attendre de ces syndicats totalement enfermés dans la logique de la confrontation. Dans une interview accordée au Journal du dimanche, Philippe Martinez affirme, à propos de la journée de mobilisation du 7 mars : « Si on en arrive là, ce n’est pas de notre responsabilité mais celle du gouvernement. Soit il nous écoute, soit il va y avoir des problèmes avec les conséquences sur la production, les services… ». Et Martinez de continuer : « La balle est désormais dans le camp du président. A lui de retirer cette réforme. Pour nous, il n’est pas question de laisser tomber, même si Emmanuel Macron s’entête ».

On ne peut pas être plus clair. Soit le gouvernement et l’Elysée se plient aux exigences de la CGT, soit le pays sera bloqué. Cela fait longtemps que nous dénonçons cette vaste fumisterie qu’on appelle « dialogue social ». C’est bien plutôt un monologue des syndicats accompagné de menaces directes. Ce qui empêche toute réforme dans ce pays. Pourquoi, alors, les politiques tout comme le Medef acceptent-ils de « dialoguer » avec des organisations qui passent leur temps à les menacer ? Et qui ne sont nullement représentatives, comme tout le monde le sait ! Même la pétition en ligne contre cette réforme, Retraites : non à cette réforme injuste et brutale ! lancée par les syndicats dépasse à peine le million de signatures (1.076.786 le 6 mars), c’est à-dire 1.6 % de la population française et 2.2 % du corps électoral !

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

3 commentaires

Germain Bruno 7 mars 2023 - 10:10

La CGT le plus grand destructeur d’emploi.
Exemple vécu il y a quelques années.
Responsable Commercial dans une importante société de production de carton ondulé pour emballage dans le Rhône.
Nous importions du Canada des milliers de tonnes de bobines de kraft. Les cargos arrivaient pour le déchargement sur le port de MARSEILLE.
Temps de livraison à partir de Marseille : 10/12 JOURS minimum pour déchargement du bateau et acheminement des marchandises sur notre site de production.
Mais régulièrement, GREVES des DOCKERS de la CGT à Marseille.
Marchandises bloquées des semaines, ruptures de stock, notre production arrêtée, chômage technique, clients en rupture mécontents, risque de licenciements, perte de contrat de fournitures client, etc, etc.
DECISION de ma direction après ce « bordel » quasi permanent :
Demande aux canadiens de livrer maintenant sur ROTTERDAM :
A réception du bateau sur le port néerlandais : 2 jours de livraison par camion sur l’unité de production du Rhône, avec suivi de la logistique, prix plus compétitifs et ABSOLUMENT IMPECCABLE.
Ah, ce type MARTINEZ à la mine stalinienne et sa bande de minables, égoïstes et sans foi ni loi. Faut les dégager.
Ils détestent tout ce qui n’est pas eux, eux, eux, eux !!!
Mais personne, à ce que j’entends ou plutôt n’entends pas n’ose. Et les Ukrainiens, ILS S’EN BALANCENT !!!

Répondre
Nicolas Lecaussin 7 mars 2023 - 10:14

Merci pour votre témoignage !

Répondre
Farondan 8 mars 2023 - 7:56

Bonjour !

Que ce gouvernement supprime la cotisation salariale obligatoire destinée à ces syndicats…
Ce serait un premier avertissement !
J’ajoute, Capone a pu être emprisonné non pas pour ses crimes, mais grâce à un contrôle fiscal poussé….
Une telle attitude de ce gouvernement les prendraient moins arrogants !

Répondre