Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » « Parlement », la série télé à ne pas regarder avant les élections européennes

« Parlement », la série télé à ne pas regarder avant les élections européennes

par
1 610 vues

Les élections européennes auront lieu dans un mois. Selon le baromètre Ifop-Fiducial pour LCI, Le Figaro et Sud Radio en date du 6 mai 2024, plus de la moitié des Français (52,5%) n’iront pas voter le 9 juin prochain.

Que vous soyez certains d’aller voter ou que vous hésitiez encore, ne regardez surtout pas la série télé « Parlement ». Elle pourrait vous dégoûter définitivement de l’Union européenne (UE).

La première saison de « Parlement » date de 2022. Depuis deux autres sont parues chaque année. Une quatrième est attendue cette année. La série est disponible en intégralité sur la plateforme france.tv.

Il y est question de Samy, un jeune français qui vient d’être engagé comme assistant parlementaire au Parlement européen. Il ne connaît pas les institutions européennes, mais il est très sûr de lui, un peu menteur et très ambitieux. Le député centriste pour lequel il travaille, Michel Specklin, ne comprend rien au fonctionnement de l’UE et cherche à en faire le moins possible. Autour d’eux gravitent tout un tas de figures aussi étonnantes (caricaturales parfois) les unes que les autres.

Michel Specklin est élu président du Parlement à cause de sa nullité qui en fait un pion parfait aux mains des Allemands (qui dirigent de fait l’ensemble des institutions bruxelloises, Parlement, Commission et Conseil). A vrai dire, cela ne redore pas l’image des Français. L’UE n’est pas mieux servie : la vie bruxelloise n’est faite que chausse-trappes, de coups fourrés, de trahisons, de tractations de couloir, de compromis bancals voire de compromissions…. Tout est bon pour faire voter ses projets et jouer un mauvais tour aux adversaires.

Franchement, même si la série a un côté instructif certain, les institutions européennes n’en sortent pas grandies. France Culture a estimé qu’elle redonnait espoir en l’Union européenne. Nous trouvons que c’est le côté grotesque qui l’emporte. Par exemple, quand Michel Specklin court dans les couloirs du parlement pour échapper à ceux qui veulent lui confier la rédaction d’un rapport. Ou, quand, devenu président, il veut à tout prix parader avec les costumes folkloriques remis par les délégations étrangères en visite à Bruxelles, à l’instar du Manneken-Pis de la capitale belge.

Certes, la série se veut comique, voire burlesque. C’est ainsi que nous l’avons considérée jusqu’au moment où apparaissent Pascal Lamy (ancien Commissaire européen), Clément Beaune (Secrétaire d’État puis ministre des Affaires européennes), Manon Aubry (coprésidente du groupe de la Gauche au Parlement européen, et tête de liste LFI pour les élections du 9 juin) et Margrethe Vestager (vice-présidente de la Commission européenne) non pas pour jouer un rôle, mais pour incarner ce qu’ils sont dans la vraie vie !

Alors on se dit que si ces personnes viennent cautionner la série, c’est peut-être parce qu’elle reflète la réalité. Il est vraiment urgent de remettre l’Union européenne sur le droit chemin.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

4 commentaires

Dudufe 11 mai 2024 - 12:03

Ce qui me choque en particulier dans l’UE ce sont les mensonges éhontés des politiques et des médias pro UE . En effet l’argument énoncé pour avantager l’attrait de l’UE est : l’UE distribue tant de milliards pour la PAC, tant de milliards pour ci, tant de milliards pour ça etc. sans préciser que ces milliards ne sont qu’un rendu partiel de la contribution de la France à l’UE. avec un déficit annuel d’environ 10 milliards de déficit.

Répondre
Boisgontier 11 mai 2024 - 1:16

Je me rappelle une réflexion de Pascal Lamy qui m’avait fait bondir de rage. A l’époque, il avait osé rétorquer au fait que la Chine devenait envahissante que « la Chine nous vend des T-shirts mais nous lui vendons des Airbus », alors qu’à l’époque, ce n’était plus le cas depuis longtemps. Mr Lamy a d’ailleurs largement favorisé la mainmise de la Chine (même s’il n’est pas le seul à l’avoir fait).

Répondre
palef 11 mai 2024 - 5:03

Et les écolos belges qui émettent l’idée de taxes européennes directes…!!!

Répondre
Broussard 19 mai 2024 - 8:27

Moi, j’ai préparé un bulletin qui ne ressemblera certainement pas à ceux qui me seront proposés au bureau de vote…
Christian

Répondre