Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » « Moins vite, moins haut, moins fort », EDF réécrit la devise olympique

« Moins vite, moins haut, moins fort », EDF réécrit la devise olympique

par
1 624 vues

« Citius, Altius, Fortius », telle était la devise des Jeux Olympiques jusqu’en 2021. Proposée par le baron Pierre de Coubertin, elle fut adoptée par le Comité international olympique (CIO) lors de sa création à Paris en 1894.

Ces trois mots – en français « Plus vite, plus haut, plus fort » – invitent à donner le meilleur de soi, à se dépasser. Il ne s’agit pas forcément de gagner, d’être le premier, de battre ses adversaires, mais de faire du mieux possible, de dépasser ses limites, de remporter une victoire sur soi-même. En ce sens, elle rejoint une autre formule que Coubertin avait fait sienne : « L’essentiel n’est pas de gagner mais de participer ». Participer, oui, mais pas en touriste. En s’impliquant vraiment, en se préparant, en se dépensant, en se donnant à fond.

Des mauvais coucheurs ont prétendu que cette devise renvoyait au culte de la performance et à la course au dopage. Si bien que le CIO décida, en 2021, d’ajouter « Communiter », censé signifier « ensemble ». Une concession à la bien-pensance dont nous avons du mal à percevoir le sens. Dans un combat de judo ou un match de basket-ball, les compétiteurs jouent bien les contre les autres. Ils ne sont pas « ensemble » dans une même équipe.

C’est sans doute cette hantise de la performance qui a incité EDF à lancer ses « Défis utiles ». L’entreprise publique, « partenaire premium » des Jeux de Paris 2024, nous a « concocté un programme digne d’un sportif olympique », avec quatre mois d’épreuves : un « Défi Marathon » et trois « Défis Sprint ».

Le « Défi Marathon » consiste à réduire, entre le 1er novembre 2023 et le 28 février 2024 (pourtant il y aura 29 jours en février 2024 !), ses consommations d’électricité de 10 % par rapport à l’hiver précédent. Les trois « Défis Sprint », à raison d’un par mois entre décembre et février, veulent vous faire « redoubler d’efforts » pour tenter d’atteindre l’objectif d’économies d’énergie sur de courtes périodes.

Pour ces « Défis utiles », un seul mot d’ordre : « Je baisse, j’éteins, je décale », ce qui est une autre manière de dire « moins vite, moins haut, moins fort ».

Il est quand même cocasse de voir un « partenaire premium » des JO – où tout le monde espère qu’il y aura un maximum de records battus – demander à ce que l’on baisse sa consommation d’énergie de 10 %. Et ce alors même que le budget initial de ces Jeux – censés être « sobres et peu coûteux » – est déjà dépassé de 30 %.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

2 commentaires

BYL 28 octobre 2023 - 7:01

EDF est sorti de la compétition énergétique européenne voire mondiale. Leur message n’a rien d’olympique !! Au moins nous sommes au « courant » qu’EDF investit notre argent pour tenter de rester « premium ». Nous leur souhaitons pleine réussite dans ce nouveau défi.

Répondre
Koris 28 octobre 2023 - 11:42

C’est totalement logique puisqu’il y a un risque de manquer d’électricité cet hivers. Donc économiser cette énergie est prioritaire pour EDF.

Mais je conçois que cela est cocasse notamment pour une boîte qui a pour but de produire et vendre le plus d’électricité possible (enfin sur le principe).

Répondre