Accueil » Marianne, vers une symbolique oscillant entre wokisme et abstraction

Marianne, vers une symbolique oscillant entre wokisme et abstraction

par Aliénor Barrière

Elle eut le visage de Catherine Deneuve, et a, semble-t-il, aussi été inspirée par la militante Femen Inna Shevchenko. C’est Marianne. Depuis 1945, elle est l’unique effigie des timbres d’usage courant français. Le 8 mars, la ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, a réuni au ministère de l’Intérieur de nombreux invités autour de l’évènement « Toutes Marianne ». L’occasion pour elle de dresser le bilan de son action en faveur des femmes durant le quinquennat, et de présenter le projet de la nouvelle Marianne 2022.

Cette année, Marianne ne sera pas seulement « un modèle de progrès et d’humanité » français, elle devient internationale, et plus particulièrement ukrainienne, puisque « c’est celle qui brave le danger pour trouver refuge en France ». Le portrait sera réalisé par le collectif artistique Obvious : les femmes intéressées font un selfie et l’envoient à une base de données. Le co-fondateur explique : « On a déjà récolté plusieurs milliers de portraits de femmes et vers le mois de mai, on utilisera un algorithme pour produire plusieurs représentations de femmes qui en réalité n’existent pas ». Toujours plus de déconnexion et de déracinement, le programme de la Macronie se poursuit jusque dans les moindres détails de la vie politique. Le portrait type d’une Française ne doit plus être identifiable, trop cliché, trop vieux jeu.

C’est également l’occasion d’une ode à la diversité : « Pourquoi Marianne serait forcément une (sic) mannequin blonde ? », interroge faussement Marlène Schiappa. Non seulement le pas immense d’une Marianne brune peut être franchi (notamment par Inès de la Fressange en 1989), mais on peut même imaginer une Marianne trans : « Toutes les personnes qui se sentent femmes peuvent participer ». Font ainsi la queue pour un selfie Marie Cau, première femme transgenre élue maire, Olivia Cappa, artiste transgenre, et la Miss Trans France 2020, qui reconnaissent tou(te)s que le gouvernement Macron « a fait beaucoup pour la visibilité des personnes trans ».

 

You may also like

3 commentaires

JR 11 mars 2022 - 8:50

Bonjour Madame Adélaïde Motte, je compatie avec votre point de vue. M. Schiappa est à l’image de ce gouvernement; une calamité. A croire que tous les tocards d’inspiration politique ce sont donnés RDV pour constituer un gouvernement de déclin et de déclassement. Seule l’inspiration éscrolo-islamo-gaucho-cancelo-wokiste anime cette macronie au ordre du patibulaire Klaus Schwab patron de la confrérie de Davos, dont Macron et V. Pécresse ont été élus Young Global Leader. Il est clair que nous pouvons les qualifier de déconstructeurs, on ne les supporte plus, ils sont arrogants, infames, infantilisants, incompétents, néfastes pour la nation et pour nos enfants. Il est difficile de leur trouver une quelconque qualité, et les plus brillants ne sont pas intelligents, le chef en tête. Schiappa résume à elle seule l’état d’esprit de Lrem en déclin à 80 km/h, malus à 50 000 € et inaction énergétique. S’il repasse que faudra t-il faire ? Les Français ne l’accepteront pas, après un premier vol d’élection en 2017. Déséscrologisons, démacronisons, libérons la France de ces parasites anti-Français. Merci. Bien à vous

Répondre
Martron 12 mars 2022 - 3:16

Il ne faut pas devin etre pour savoir que la désincarnée ne sera pas blanche !!

Répondre
Arlet 12 mars 2022 - 7:50

Arlet
Le gouvernement de Macron – avec M. Schiappa – poursuit le massacre de notre identité , en touchant à Marianne . Il est incontestable que Schiappa a dû avoir le feu vert de Macron pour arriver à pareille mascarade …..;

Répondre

Laissez un commentaire