Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » L’Italie fait un grand pas dans la recherche sur les biotechnologies végétales

L’Italie fait un grand pas dans la recherche sur les biotechnologies végétales

par
648 vues

Fin mai, le Sénat italien a adopté un amendement dit « sécheresse » à la loi sur la sécurité alimentaire qui autorise l’expérimentation en plein champ des « techniques d’évolution assistée » (TEA). Ces TEA n’étaient jusqu’à présent autorisées qu’in vitro. Porté par des parlementaires de droite, ce tournant historique est bénéfique pour l’agriculture italienne et la recherche dans l’innovation génétique.

Les TEA sont, pour simplifier grandement, une évolution des OGM. Alors que dans le cas des OGM, il s’agit de plantes dont l’ADN a été manipulé en laboratoire avec l’insertion de gènes d’origine exogène, pour les TEA, les mutations sont induites à l’aide de gènes provenant de la même espèce. Les mutations obtenues grâce à l’édition du génome sont donc identiques à celles qui pourraient provenir de la nature. C’est grâce à leurs travaux sur ce sujet que les scientifiques Emmanuelle Charpentier et Jennifer Doudna ont reçu le prix Nobel de chimie en 2020. Concrètement, avec ces TEA, de nouvelles caractéristiques pourront être insérées dans des plantes afin, par exemple, d’augmenter leur résistance aux maladies et à la sécheresse ou de les rendre plus productives. Une révolution agricole !

L’Italie, gouvernée par une coalition de droite, ouvre ainsi la voie de la recherche sur les biotechnologies végétales et l’édition du génome. Tandis que de nombreux pays dans le monde font confiance aux OGM, espérons que d’autres nations européennes suivront le pas, car c’est l’avenir de l’agriculture qui est en train de se jouer. Et pour l’instant, l’Europe passe à côté.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire