Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » L’interdiction des néonicotinoïdes provoque (déjà) des destructions d’emplois

L’interdiction des néonicotinoïdes provoque (déjà) des destructions d’emplois

par
728 vues

Dans une « pendule » du 29 janvier dernier, nous alertions sur le fait que l’interdiction pure et simple de tous les produits néonicotinoïdes en France allait provoquer la mort de la filière sucrière. Un peu plus d’un mois plus tard, la coopérative Tereos souhaite fermer sa sucrerie située à Escaudœuvres dans le Nord. La fermeture d’une distillerie du groupe, dans la Marne, devrait également suivre. Ce sont donc respectivement 123 et 26 emplois qui vont être supprimés, pour l’instant…

La raison de cette fermeture est claire : la production de betteraves sucrières baisse drastiquement en France, et particulièrement autour d’Escaudœuvres. Les rendements, comme les surfaces, chutent. Il faut 110 jours de travail à l’usine pour pouvoir être rentable. Avec la production actuelle, la prochaine campagne ne serait que de 45 jours, grand maximum. La fermeture est donc inévitable.

Avec la décision européenne du 20 janvier qui bannit l’enrobage de semences, couplée à l’interdiction franco-française de l’acétamipride (utilisable dans les autres pays européens jusqu’en 2033), toutes les autres sucreries françaises sont en danger. Sans néonicotinoïdes, les pucerons propageront le virus de la jaunisse qui peut entrainer jusqu’à 50 % de perte de rendements et un manque à gagner pouvant monter à 1 000 € par hectare. Pour continuer à travailler, les agriculteurs vont devoir se réorienter vers d’autres cultures et la betterave sucrière disparaitra peu à peu de l’Hexagone. Les usines fermeront, les emplois disparaitront, et le sucre, lui, qui viendra de l’étranger, sera obtenu avec l’aide de produits phytosanitaires interdits en France. C’est sans doute cela, l’écologisme technocratique.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

7 commentaires

Laurent46 10 mars 2023 - 6:15

La Prétention de nos nouveaux Politiques est à un tel niveau de prétention et de mépris des autres qu’ils sont incapables de réfléchir
Cela étant je crois que la connerie de nos nouveaux politiques est au même niveau que leur prétention.
Pour eux la destruction de la France est dans leur ADN
Les petites marches blanches presque journalières quelque part ne leur font pas peur ils sont au-dessus de cela quoi qu’ils fassent. Détruire la France ne leur pose pas de problème, certains ont déjà pris un abonnement dans une discopette en Afrique aux frais des Français.
En Allemagne dès que la marmite commence à bouillir ils font vite marche arrière ils en connaissent certainement les raisons.

Répondre
Astérix 10 mars 2023 - 10:07

Cette interdiction purement française permet aux pays qui ne l’appliquent pas d’exporter leurs produits, fruits et légumes vers la France ?????? Au détriment de nos agriculteurs ???
Plus cons que nos technocrates c’est impossible ! Ils ne savent que détruire des emplois, démolir les exploitations, taxer et surtaxer…!?? A l’inverse du bon sens ??? DRAMATIQUE !

Répondre
Patrice 10 mars 2023 - 11:45

Dans ma vie professionnelle j’ai fréquenté beaucoup de sucreries dans le Nord et le Pas-de-Calais entre autres. Pendant la campagne (90 à 100 jours) ça y sentait bon le sucre en cours de fabrication.
Il n’en reste plus beaucoup, c’est triste…
Ecolos et CGT, destructeurs d’emploi avec chacun sa méthode.

Répondre
maxens 10 mars 2023 - 12:01

la profession avait prévenu nos politiques, ces politiques et tous les lobbys vert sans cervelles ni vision stratégique n’ont pas écouté, ils sont entièrement responsables du chômage qui attends tous ces employés de Téréos

Répondre
Albatros 10 mars 2023 - 12:41

Ce sont surtout les attitudes écolo-gauchisantes des « instituts » comme l’INRAE qui sont à dénoncer. Ces organismes d’état sont devenus de véritables nids d’idéologues gauchisants, dirigés par des abrutis de fonctionnaires. Pensez que l’INRAE a un « PDG » que je ne nommerai pas ici mais qui est le digne successeur de la première personne à avoir été gratifiée de ce titre absolument invraisemblable dans un institut de fonctionnaires.
Question piège: de quand date la plus récente innovation de l’INRAE en matière d’agronomie ?

Répondre
Duhamel 10 mars 2023 - 6:07

Et nous importerons du sucre d’Allemagne ou les betteraves sont traitées aux neonicorticoides .En France nos politicards dont les champions pour détruire nos industries et cela ,pour être bien vu des Ecolos et grappillés des voix aux élections .

Répondre
Dudufe 11 mars 2023 - 11:27

Cela me rappelle un peu l’histoire de cette entreprise qui recevait de nombreux containers dans le port de Marseille il y avait tellement de retards dus aux grève,entre autre, qu’elle fait désormais expédier ses containers dans le port de Rotterdam…Avec ,bien sûr, à la clé des emplois perdus pour la France. Je crois que si on faisait un concours pour connaître le plus bête entre les écolos et les communistes ils seraient à égalité.

Répondre