Accueil » LFI investit un délinquant pour les législatives

LFI investit un délinquant pour les législatives

par François Turenne

La France Insoumise peaufine ses investitures pour les législatives. Parmi les candidats choisis figure Taha Bouhafs, chroniqueur, rédacteur régulier pour Libération et militant politique antiraciste. Jusque-là, son CV est à la hauteur de celui des autres membres de LFI. Mais en creusant un peu plus, il s’avère que Taha Bouhafs a une particularité : il a été condamné à 1 500 € d’amende pour injure publique en raison de l’origine. En effet, il avait insulté la syndicaliste policière Linda Kebbab « d’arabe de service », un sobriquet charmant employé par les militants antiracistes et indigénistes à l’égard des Français d’origine étrangère qui revendiquent leur fierté d’être français. Ce n’est pas son seul fait d’arme puisqu’en 2018, lors de l’occupation de l’université de Tolbiac, il avait insulté des policiers et diffusé de fausses rumeurs sur un étudiant blessé par les forces de l’ordre. Enfin, il est le cofondateur du Comité Adama et du collectif contre l’islamophobie, qui est connu pour être une succursale des Frères musulmans et qui a été dissout par le ministre de l’Intérieur.

Le député Insoumis, Adrien Quattenens a semblé découvrir le passif du nouvel investi mais l’a défendu, le qualifiant même de « journaliste de talent ». Ce même Insoumis poussait des cris d’orfraie à la simple évocation du nom d’Eric Zemmour à la présidentielle, à cause de sa condamnation pour incitation à la haine. Les Insoumis investissent désormais un homme dont les valeurs ne sont pas très républicaines. L’Iref avertit, depuis longtemps, sur les connivences d’une partie de la gauche avec les islamistes. L’investiture de Taha Bouhafs les confirme.

You may also like

4 commentaires

LEROY 29 avril 2022 - 8:15

La politique tourne carrément au banditisme.

Répondre
Broussard 30 avril 2022 - 6:47

Est-ce réellement nouveau ?

Répondre
Obeguyx 30 avril 2022 - 9:30

Pourquoi pas ? Les gouvernements sont pleins de délinquants. On a même un repris de justice au Conseil Constitutionnel ! Qui s’en émeut (l’émeu peut-être) ?

Répondre
REMI 1 mai 2022 - 7:23

Si tous les mis en examens connus » élus ne devaient pas être ni ministres ni élus … Le parlement serait vide et l’on chercherait des ministres pour le gouvernement
Ainsi est la France dépourvue d’honnêteté…
Ainsi ai-je refusé d’être un élu français… et je peux marcher sur mes deux jambes..

Répondre

Laissez un commentaire