Accueil » Jean-Luc Mélenchon premier ministre : le nouveau mirage de la gauche

Jean-Luc Mélenchon premier ministre : le nouveau mirage de la gauche

par Adélaïde Motte

La gauche n’en finit plus de déplorer un échec tout relatif à la présidentielle. Jean-Luc Mélenchon n’ayant pas été élu, Emmanuel Macron étant sans conteste la quintessence de tout ce que la droite compte de libéral, les Français auraient du souci à se faire. La solution est donc de désigner Mélenchon comme Premier ministre et, pour cela, il faudrait obtenir la majorité parlementaire, d’où la création d’une Union Populaire. Les nouveaux supports de communication à destination des législatives titrent en lettres majuscules “Mélenchon premier ministre” et, en petit, mentionnent l’Union populaire, qui n’est jamais que la nouvelle trouvaille d’un mégalomane avide de pouvoir, et prêt pour cela à toutes les impostures.

Car il est très peu probable que Jean-Luc Mélenchon soit premier ministre, y compris dans une situation de cohabitation. La Constitution précise que le Président de la République nomme son Premier ministre et qu’il est d’usage que ce dernier soit issu de la majorité législative. Nulle obligation pour Emmanuel Macron donc, de nommer le président de la France Insoumise à Matignon. Ce ne sera donc sans doute pas le cas, car on n’imagine pas Emmanuel Macron nommer une aussi forte tête à un poste aussi crucial.

Le troisième tour, si la gauche s’obstine à croire à son nouveau mirage, s’annonce mal. Qu’à cela ne tienne. S’ils n’obtiennent pas ce qu’ils veulent par les urnes, ils sont prêts à l’obtenir par la rue. De la part d’un syndicat, c’est assez attendu. De la part d’un parti politique, supposément constitué pour faire avancer ses causes selon les règles démocratiques, ça l’est moins. On s’inquiète un peu de l’avenir de la démocratie quand Clémentine Autain, députée La France Insoumise, affirme dans les 4 vérités qu’il faudra de toute façon “continuer à aller dans la rue”. Les choses sont claires : La France Insoumise participe au processus démocratique mais ne cherche qu’à le mettre à terre.

You may also like

4 commentaires

en fait 29 avril 2022 - 8:25

OUI, depuis des décades, nous vivons dans un Pays de  » Fou » ultra ultra libéral ?.
– le 10 04 J.L.M. a obtenu UNE voix sur SEPT de l’ensemble des citoyens de France, soit aussi, SIX sur SEPT Contre.
– compte tenu du niveau  » officiel » des P.O. la France est sous gestion  » Communiste Ultra Libérale », d’ailleurs un très large panel de « nos » politiques admirent depuis très longtemps le pays des soviets, sans oublier le charmant camarade V. Poutine.
– on peut estimer que nous allons en chantant vers La Fin Ici d’un monde.
Aussi, il va falloir très sérieusement se mettre au travail.

Répondre
Obeguyx 30 avril 2022 - 9:26

La France est prête : elle est soumise, elle a peur, elle n’aime pas le Travail, elle n’aime pas son pays. Par contre elle adore son nombril et ses élites pourries à 80 % (par analogie aux 80 km/h si chers à JR à qui je transmets mes amitiés). Alors Mélenchon a toutes ses chances et il le sait.

Répondre
REMI 30 avril 2022 - 2:21

Ne pensez-vous pas que Monsieur MACRON à la présidence suffit pour le « devenir » du « Titanic-France » pour les 5 prochaines années ?
• Pourquoi vouloir tant de mal à la France… ?

Répondre
Artur 3 mai 2022 - 3:22

Quel plaisir ce serait de voir Mélanchavez premier ministre si ce n’était l’avenir de la France. Je prends le pari que cet histrion ne résistera pas bien longtemps à la charge des responsabilités qui l’accableront face aux éxigences économiques, sociales, écologiques…qui seront autre chose que le « y’a qu’à, faut qu’on »!
Je suis presque certain qu’il ne souhaite pas hériter de cette charge de premier ministre tellement elle lui sera insupportable. C’est un exellent tribunitien, rien d’autre.

Répondre

Laissez un commentaire