Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Les réformes entreprises par le Portugal continuent à payer

Les réformes entreprises par le Portugal continuent à payer

par
940 vues

De plus en plus de Portugais installés en Suisse (la troisième communauté étrangère du pays derrière les Allemands et les Italiens) choisissent de repartir pour leur pays d’origine. Au point qu’ils sont désormais plus nombreux à rentrer au Portugal qu’à partir pour la Suisse. Non pas parce qu’ils peinent à s’y intégrer, non pas parce que le pays dans lequel ils ont émigré n’offre plus les perspectives économiques attendues (la Suisse est le 2e pays le plus libre au monde selon l’index 2022 du think tank Heritage Foundation), mais parce que le Portugal a su devenir un pays plus attractif sur le plan économique. Ce qui explique que ce sont non seulement des retraités mais aussi de plus en plus de jeunes qui rentrent au pays.

Si nombre de Portugais s’étaient déjà installés en Suisse dans les années 80 ainsi qu’au début des années 2000, le phénomène s’est amplifié à la suite de la crise de 2008, avec un pic atteint en 2013. On peut les comprendre : le taux de chômage  était alors de 17,1 % chez eux. Mais depuis, les choses ont changé. Dans son indice de la liberté économique dans le monde en 2022,  Heritage Foundation classe le Portugal à la 31e place, devant la Belgique (37e), l’Espagne (41e) et la France (52e). Nombre d’indicateurs y sont en hausse comme le respect des droits de propriété, l’efficacité de la justice, la liberté de faire des affaires, la liberté du marché du travail, et la liberté monétaire. Le taux de croissance du PIB y a été de 6,7% en 2022 (contre 2,6% en France). Le Portugal fait également mieux que la France en matière de pression fiscale (recettes fiscales exprimées en pourcentage de PIB) avec 37,5% (contre 46,7% pour la France) en 2021. En 2022, le taux de chômage au Portugal était de 6,7 % contre 7,1 % en France.

Notons aussi que l’âge légal de départ à la retraite pour pouvoir bénéficier d’une pension à taux plein, revu à 66 ans et 4 mois, ne semble pas vraiment constituer un obstacle au retour des Portugais installés en Suisse – où il est de 65 ans pour les hommes et de 64 ans pour les femmes. Au Portugal, les socialistes ont conduit une profonde réforme du système des retraites en 2006-2007, s’attaquant aux régime des fonctionnaires, (désormais sur le même pied que les travailleurs du privé), et relevant peu à peu l’âge de départ, de 60 à 65 ans. Un modèle à imiter pour la France ?

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire