Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Le réarmement voulu par Emmanuel Macron est bien mal parti

Le réarmement voulu par Emmanuel Macron est bien mal parti

par
1 704 vues

Le président Macron a l’âme guerrière en ce moment. Après avoir souhaité le « réarmement » du pays lors de ses vœux le 31 décembre 2023 et de sa conférence de presse du 16 janvier 2024, il a ensuite évoqué l’éventualité d’une intervention de nos troupes sur le sol ukrainien.

Encore faut-il que nous ayons une armée en capacité de combattre. Le rapport de la Cour des comptes sur l’exécution du budget 2023 publié le 17 avril 2024 montre que, l’année dernière, 3 600 postes de militaires ont été supprimés… alors que le ministère de la Défense avait prévu d’en créer.

Les armées sont ainsi le premier contributeur à la baisse des effectifs de l’État : – 2 515 ETP (postes en équivalent temps plein) en 2023. Pourtant, elles voulaient en créer 1 547. Ajoutons au passage que le ministère a, parallèlement, créé 1 143 ETP de personnels civils de catégorie A.

Il semble, selon la Cour des comptes, que les Armées aient de plus en plus de mal à recruter des militaires, en particulier dans des spécialités également très recherchées par le secteur privé, comme la cybersécurité ou le nucléaire.

On notera aussi que si les militaires sont moins nombreux, les officiers, eux, sont 260 de plus.

Donc, en résumé, il y a moins de militaires dans les casernes, mais plus d’officiers pour les encadrer, et plus de civils au ministère. En fait de réarmement, il s’agit plutôt de « mexicanisation » et de bureaucratisation de la Défense. Pas sûr que ce soit ainsi que l’on gagnera des batailles !

Pendant ce temps-là, le ministère de l’Éducation nationale, qui devait créer 2 000 postes en 2023 selon la loi de finances, a vu ses effectifs croître de plus de 6 000. Trois fois plus que programmé ! Tout ça pour faire de la garderie et faire baisser de niveau.

Nous pouvons d’ailleurs nous demander si les deux phénomènes ne sont pas liés : si l’Armée peine à recruter les spécialistes dont elle a besoin, c’est sans doute aussi parce que l’Éducation nationale fabrique des crétins.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

3 commentaires

DEL 25 avril 2024 - 7:18

Macron ferait mieux de tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de dire des inepties. C’est à se demander s’il est conscient de ce qu’il raconte …

Répondre
BARBARAY 25 avril 2024 - 8:48

Même si tout ce qui est écrit et dit dans les différents médias se révèle vrai, même si tout le monde sait tout sur tout et sur tout le monde, il y a des informations qui ne sont pas bonnes à dévoiler en période de conflits et qui peuvent mettre un pays en état de faiblesse face la Russie ayant des envies d’agrandissement ou face à des terroristes souhaitant déstabiliser une nation.
Je dirais même que les espions ne servent plus à rien puisque beaucoup d’informations sont dévoilées.

Répondre
Mathieu Réau 25 avril 2024 - 5:45

Terrible sort réservé à notre armée…

Répondre