Accueil » Le gouvernement accélère sur les énergies renouvelables mais délaisse le nucléaire

Le gouvernement accélère sur les énergies renouvelables mais délaisse le nucléaire

par François Turenne

La machine administrative est en marche. Les bureaux de la direction générale énergie-climat du ministère de la Transition énergétique sont en effervescence. Le texte, tant attendu, en vue de simplifier et d’accélérer le déploiement des énergies renouvelables sera présenté au Parlement début octobre. Il s’annonce court, avec 20 articles, le gouvernement veut éviter des débats à rallonge. Mais derrière la communication enthousiaste, une interrogation se dessine : qu’est devenue l’énergie nucléaire ? En effet, la ministre de la Transition énergétique avait laissé entendre que le texte comporterait également un volet afin d’accélérer et simplifier la construction des futurs EPR.  Néanmoins, dans la dernière version, l’atome a disparu, repoussé à plus tard pour ne pas exacerber les oppositions de gauche. Car le gouvernement compte bien sur les députés socialistes et écologistes pour faire adopter le texte. La droite et le RN ont déjà annoncé qu’ils s’opposeront et veilleront à ce que ou les habitants et les élus des communes rurales qui subissent l’implantation d’éoliennes ne soient pas lésés. Les écologistes urbains, qui leur sont majoritairement favorables, ne verront, eux, jamais le bout d’une pale devant leur fenêtre.

Le nucléaire aura  » son propre texte », tente d’expliquer avec gêne le gouvernement. Le débat sur l’atome devrait avoir lieu dans le cadre de la loi de programmation énergie et climat dont le vote doit intervenir avant juillet 2023. A l’heure de la guerre en Ukraine et des tensions sur le système électrique, le nucléaire est plus que jamais la clé de notre souveraineté énergétique. Même le GIEC reconnaît que la transition énergétique ne pourra se faire sans lui. Une énergie décarbonée, sûre, pilotable et peu demandeuse en matière première. Le chantier des prochains EPR ne saurait attendre juillet 2023. Il faut agir vite. Or, le gouvernent tergiverse et tente d’esquiver la confrontation avec la gauche radicale et écologiste.

Vous pouvez aussi aimer

4 commentaires

Rémi 15 août 2022 - 9:18

Vous parlez de « gouvernement »…?
Mais si la France possédait un gouvernement cela se saurait si l’on analyse les situations qui nous sont imposées sans en comprendre le sens en dehors d’admettre les tâtonnements par « compromis » électoralistes… ?

De plus un gouvernement ne peut exister que si la France possédait un « Chef d’État » qui s’investit pour la France et non pas pour son « EGO » !
C.Q.F.D.

Répondre
Obeguyx 15 août 2022 - 9:28

Ces gens sont tout simplement fous. L’éolien est le moyen de production d’énergie le plus facile à détruire en cas de conflit. Nous n’avons déjà pas les moyens de fournir notre armée en munitions en quantité suffisante pour plus de 3 jours et les éoliennes tomberont comme neige fond au soleil ardent. Nous manquerons d’énergie et serons encore plus vulnérables qu’en « 40 » (si ce n’est pas déjà le cas. Il serait amusant, si j’ose dire que la Turquie nous envahisse, on devrait tenir 48 heures tout au plus). Jamais de ma vie, j’ai 72 ans, je n’ai vu autant d’abrutis nous diriger. Et le peuple béat, bêtement assisté et heureux ne bouge pas d’un millimètre (surtout lorsqu’il est en vacances). C’est tout simplement ahurissant !!!

Répondre
Povredenou 16 août 2022 - 6:44

Nos dirigeants sont de piètres imbéciles.
Les effets de l’ecologisme vont être terribles.
Pour l’instant tout le monde fanfaronne la peur du changement climat (comme si sa stabilité était acquise, une belle croyance), la biodiversité, le manger local (dont les prix sont exorbitants et profitent à des producteurs avant tout venaux).
Les incendies sont ils dûs au climat ou aux pyromanes.
Les verts sont des paranos les gauchos se croient dans un monde où tout est acquis, l’abondance assuré, tout est dû.
Mais Paris sera Bamako.
Une mosaïque d’ethnies qui s’entretuera quand la disette sera là
A force de se croire riche et supérieur nous devenons l’inverse

Répondre
agoma 18 août 2022 - 3:11

j’ai lu, la RECOMMANDATION DE LA COMMISSION relative à l’accélération des procédures d’octroi de permis pour les projets dans le domaine des énergies renouvelables ..
https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?qid=1653033569832&uri=PI_COM%3AC%282022%293219
Il y a pas assez de mots pour exprimer le contenu. C’est une infamie.
Je n’exprime que le contenu ( par espace d’expression limité) du §23.
Où comment la commission faut fi des dégâts occasionnés aux oiseaux, pour ne pas subir les conséquences juridiques des lois sur la protection des espèces.
C’est vrai qu’on va pas voir des éoliennes sur le champ de mars , Trocadéro ou place de l’étoile.
Ils vont fourguer les emmerdes à la campagne en réduisant les délais de contentieux à 3mois maximum et en réduisant au plus court les études d’impact.
Nos ministres sont des incompétents des lâches et les larbins de l’ Europe avec la main mise par les Allemands.
Constat, 8500 éoliennes installées en France qui n’ont assuré en 2020 que 1,6% de l’énergie primaire consommée en France ( source https://economiematin.fr/news-exception-eoliennes-loi-gouvernement-france-borne-runacher-marin)
Si on veut arriver à 50% , calculez combien il faut d’éoliennes : un désastre environnemental refourgué aux bouseux des campagnes en leur demandant de fermer leur gueules et de subir les conséquences.

Répondre

Laissez un commentaire