Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Les coûts de l’électricité nucléaire mettent à mal l’organisation des tarifs

Les coûts de l’électricité nucléaire mettent à mal l’organisation des tarifs

par
1 833 vues

Dans un document tenu secret mais que le journal spécialisé Contexte a pu se procurer, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) alerte l’Exécutif sur le dérapage des projections des coûts de production de l’énergie nucléaire (via les réacteurs classiques déjà construits), qu’elle estime se situer entre 57 et 61 € le mégawattheure (MWh) en moyenne pour la période 2026 -2040.

Cette estimation, largement supérieure à la précédente établie il y a trois ans, qui tablait sur un chiffre de 48,3 €/ MWh, a obligé le Gouvernement à escamoter la présentation de cette synthèse à la presse. Elle aura quand même fini par fuiter et mettre en lumière l’impéritie de l’Etat sur la question.

Rappelons que, depuis l’ouverture du marché de l’électricité à une relative concurrence, EDF est obligé de vendre à ses concurrents une part de l’électricité nucléaire qu’elle produit à un prix fixé à 42 € le MWh jusqu’en 2035. Ce mécanisme, appelé Arenh (Accès régulé au nucléaire historique) va donc obliger l’énergéticien à vendre à perte, obérant gravement ses capacités d’investissements au moment même où les centrales nucléaires vieillissantes doivent être rénovées.

Enormément de retard a été pris en la matière, motivant l’arrêt de plusieurs centrales l’hiver dernier au pire moment de la flambée des prix du gaz et du pétrole. L’Etat, pompier pyromane, n’a eu d’autre choix que de renationaliser EDF qui se trouvait alors dans une situation financière plus que délicate.

Aussi serait-il sans doute souhaitable de flécher  des investissements publics vers la production d’électricité nucléaire par rapport aux énergies renouvelables et de libérer progressivement le marché de l’électricité avec un relèvement de l’Arenh destiné à amortir la transition pour EDF.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

8 commentaires

Jacques René Allemmoz 20 septembre 2023 - 6:33

pourtant c’est interdi de vendre à perte la France a qu’a sortir de la loie sur l’électricité de l’Europe si nous produisons entre 57 et 61 je ne comprend pas qu’il faut vendre à 42 car entre production et maintenance des réacteurs si c’est pour faire plaisir au Allemand qui ont arreté leur cental nucléaires et au USA qui nous vende leur gaz de chit

Répondre
JACQUES 20 septembre 2023 - 7:38

Et quels sont les coûts du gaz et de l’éolien ?

Répondre
Pierre Bouchet 20 septembre 2023 - 8:53

Sortir de l’Arenh est une nécessité absolue et urgente. Un minimum de souveraineté, que diable !!!

Répondre
GHUS 20 septembre 2023 - 10:14

Quand on pense que pour organiser une soit disant concurrence, on a obligé EDF à vendre à un prix plafonné jusqu’en 2035, sans tenir compte des aléas d’un marché mondial de l’énergie absolument impossibles à anticiper sur une telle durée, on ne peut que constater la médiocrité de nos dirigeants politiques français et européens. Lorsque l’idéologie l’emporte sur le bon-sens – comme la fermeture des centrales nucléaires remplacées par des centrales à charbon – on sait que le pire va se produire.

Répondre
AlainD 20 septembre 2023 - 8:15

Le gouvernement démontre ses mauvaises qualités de gestionnaire. Dans n’importe quelle entreprise privée les salariés seraient virés pour défaut de performances. Hélas, nous subissons la technocratie tout droit sortie de l’ENA que l’on retrouve à tous les postes clés des gouvernements. Au résultat nous avons une dette qui n’en finit pas de grossir par les déficits successifs…

Répondre
Goufio 24 septembre 2023 - 1:35

J’ai des noms pour l’Arenh et la Loi Nome adoptée le 7 décembre 2010.

LOI n° 2010-1488 du 7 décembre 2010 portant nouvelle organisation du marché de l’électricité
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000023174854

Nicolas Sarkozy Président de la République :
François Fillon Le Premier ministre,
Brice Hortefeux Le ministre de l’intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration,
Christine Lagarde La ministre de l’économie, des finances et de l’industrie,
François Baroin Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l’Etat,
porte-parole du Gouvernement,
Eric Besson Le ministre auprès de la ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, chargé de l’industrie,
de l’énergie et de l’économie numérique,
Marie-Luce Penchard, La ministre auprès du ministre de l’intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales
et de l’immigration, chargée de l’outre-mer,

sans omettre Jean-Louis Borloo

Répondre
Mathieu Réau 24 septembre 2023 - 1:53

Pourquoi relever l’ARENH ? J’estime plutôt qu’il faut abroger cette bêtise, dire stop à l’ouverture à la fausse concurrence du marché de l’électricité français, renvoyer les énergéticiens parasites chez eux et rétablir le monopole d’État d’EDF sur la production et la distribution (en réassemblant les morceaux démantelés de l’entreprise). Le tout accompagné, bien sûr, d’une politique énergétique intelligente qui tourne résolument le dos aux moulins à vent des écolos pour se concentrer sur l’avenir et le progrès.
EDF est une réussite française que le monde nous envie à tel point que les Allemands ont absolument tout fait par la foutre par terre : cessons de jouer leur jeu et préoccupons-nous ENFIN de nos propres intérêts. Vitaux, en l’occurrence.

Répondre
Henry Charles 24 septembre 2023 - 8:45

La France c’est lamentable ! Tout ce que je peux dire !

Répondre