Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » L’Assemblée nationale vote la création d’une commission d’enquête sur la vie chère en France d’outre-mer

L’Assemblée nationale vote la création d’une commission d’enquête sur la vie chère en France d’outre-mer

par
428 vues

Jeudi 9 février, à l’occasion de la niche du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, la Chambre haute a adopté une résolution décidant de la création d’une commission d’enquête, dont le rapporteur sera le député apparenté socialiste de Martinique Johnny Hajjar, sur le coût de la vie particulièrement élevé dans les DROM-COM (départements et régions d’outre-mer et collectivités d’outre-mer).

Le contexte inflationniste de l’économie est, en effet, ressenti plus durement encore dans les territoires ultramarins avec, par un exemple, un écart de prix de 38 % dans l’alimentaire comparativement à la métropole.

L’examen du texte adopté est pour le moins édifiant : l’Etat y est accusé de sous-financer les collectivités locales et de traiter iniquement les ultramarins du fait de la suppression de certains privilèges comme l’allègement des cotisations sociales des travailleurs indépendants ou l’abattement spécifique applicable à l’impôt sur le revenu.

D’autres facteurs ayant trait aux structures de l’économie ne sont évoqués qu’à la marge comme le poids de la fiscalité, le caractère oligopolistique de marchés étroits et, bien entendu, l’éloignement de la métropole qui entraine des surcouts liés aux transports ou à la construction d’infrastructures particulières.

La recension de la liste des exemptions et cadeaux fiscaux faits aux ultramarins, trou sans fond de la dépense publique, permet pourtant d’entrevoir l’échec de la spécialisation productive de ces territoires. En 2020, le gouvernement avait d’ailleurs commandé un rapport prônant la suppression de l’octroi de mer , taxe applicable aux marchandises venant de métropole ou de l’étranger : une bonne idée qui n’a toujours pas été mise en œuvre à l’heure actuelle et qui suscite l’ire d’élus ultramarins voyant disparaitre leur précieuse cagnotte.

Au mois d’octobre dernier, une sénatrice de la Réunion était même allée jusqu’à réclamer une TVA à 0 % dans les DROM-COM et, bien sûr, le maintien du fameux octroi de mer.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

2 commentaires

Astérix 14 février 2023 - 9:14

Comme si la France avait encore besoin d’un commission d’enquête, un « haut comité à la réflexion intensive » de plus !!? afin de savoir pourquoi la vie est chère en France ???
La vie est chère en France car ce pays est un pays socialocommuniste pour lequel la création de richesses est un gros mot. La gestion de la France est conduite par de parfaits incapables depuis des années.
Il faut bien que les français comprennent qu’avec de tels incapables, c’est la baisse du pouvoir d’achat et la ruine prochaine qui sont garanties.
Encore une fois, n’importe quel enfant de 7 ans comprendrait que ce pays ne peut survivre avec 70 % du P.I.B. en dépenses publiques !?
Mais Bon Dieu, pourquoi avons-nous eu les 30 glorieuses ? Parce que les dépenses publiques étaient entre 28 et 30 % du P.I.B.
Continuons !?

Répondre
GNA1946 14 février 2023 - 10:59

Défendre le pouvoir d’achat des ultramarins est louable. Toutefois, il est un fait qui n’apparait dans aucun article sur ce sujet, c’est que depuis des décennies, ces « ultramarins » ont été conditionnés (formatés) à vivre comme les métropolitains, en poussant leurs consommations vers des produits non élaborés ou cultivés sur leurs départements iliens, et aujourd’hui, tout doit être importé de Métropole, et ceci a un coût.
Créer une énième « commission » qui va nous coûter une blinde, pour arriver à conclure que ce n’est pas améliorable… Ne vaudrait-il pas mieux réapprendre à ces ultramarins de vivre de ce qu’ils produisent ? Et ils peuvent produire sur des terres volcaniques fertiles, avec des climats subéquatoriaux permettant des cultures constantes dans l’année. Sans oublier leurs étendues maritimes de proximité.

Répondre