Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » La Suède conditionne le versement de l’aide publique au développement au rapatriement des migrants

La Suède conditionne le versement de l’aide publique au développement au rapatriement des migrants

par
2 004 vues

Jeudi 14 décembre, le ministre suédois du Commerce extérieur et de la Coopération internationale pour le développement, Johan Forssell, a fait une annonce qui, si elle avait eu lieu dans notre pays, serait passée pour fracassante : le royaume scandinave va conditionner l’octroi de son aide publique au développement (APD) à l’accord des pays bénéficiaires, concernant le retour de leurs ressortissants déboutés du droit d’asile ou expulsés, parce que considérés comme susceptibles de troubler l’ordre public. L’aide bilatérale sera également limitée à 30 pays et suspendue pour ceux qui refusent de coopérer.

La coalition au pouvoir, composée d’élus libéraux, chrétiens-démocrates et de modérés, est également aiguillonnée par les conservateurs du Parti des démocrates de Suède, quelque peu échaudés par la montée de l’insécurité (à Malmö notamment), engendrée par les puissantes vagues migratoires qui ont touché le pays ces dernières années.

En France, devant le refus obstiné de nombre de pays africains à délivrer des laisser-passer consulaires, permettant seuls de renvoyer les migrants dans leur pays, cette même idée avait été évoquée il y a quelques années par les élus Républicains. Pour rappel, le taux d’exécution des OQTF (obligation de quitter le territoire français), c’est-à-dire des mesures de droit commun d’éloignement des étrangers en situation irrégulière, demeure toujours aussi ridiculement bas au 1er semestre 2022. Seules 4 500 d’entre elles ont été exécutées sur les 60 000 qui ont été prononcées, soit un taux d’application effectif de 7 % (contre 51 % au Danemark) …

L’APD, déjà inefficace pour assurer le développement des pays du tiers monde, n’a, sans surprise, pas subi de réformes majeures ces dernières années, s’agissant de l’application de ses critères d’application. Force est donc de constater que le projet de loi immigration, adopté mardi par le Parlement, demeure incomplet et  ne devrait pas suffire à reconduire efficacement les clandestins à la frontière.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

2 commentaires

Roven 21 décembre 2023 - 3:14

Les technocrates qui ont pris le pouvoir, laissé vacant par lassitude des vrais politiques, sont trop imbus pour s’inspirer d’exemples étrangers…
Comme dans tous les domaines, nous serons les derniers à réagir !

Répondre
Lombled 21 décembre 2023 - 5:14

Comment exprimer ce que je ressens au sujet de la loi sur l’immigration récente, et qui va être probablement retoquée ? Je souhaite ne pas être grossier alors je m’abstiens de commentaire. Vous m’avez compris ??

Répondre