Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » La répartition des richesses est naturelle, elle ne s’impose pas

La répartition des richesses est naturelle, elle ne s’impose pas

par
1 103 vues

Il n’y pas un seul jour sans que l’on entende, dans les médias ou dans les manifestations, réclamer « une meilleure répartition des richesses ». Esther Duflo, prix Nobel d’économie, l’explique même aux enfants dans une BD ! Selon elle, « pour lutter contre la pauvreté, il vaut mieux partager les richesses ». Cela devient un refrain, une antienne, un réflexe conditionné. Surtout chez ceux qui n’ont rien créé comme Jean-Luc Mélenchon.

Or il se trouve que les richesses sont générées par l’intelligence, le talent, le génie. Le travail les fait fructifier, avec conscience, avec compétence, voire avec rigueur et honnêteté, et il est indispensable. Mais seul, il est stérile. Les richesses proviennent de sources constitutivement inégalitaires. Il est peut-être injuste que ce soit Bill Gates ou Mark Zuckerberg qui ait eu la bonne idée et pas un autre, mais c’est ainsi. L’important est qu’il l’ait eue. Ces innovateurs sont devenus très riches mais ne sont pas restés inactifs, d’ailleurs aucun « travailleur » n’accepterait leurs horaires de travail. Ils font vivre des milliers de sous-traitants, ils créent des emplois et offrent un meilleur confort à des dizaines de milliers, voire de millions, de personnes, ils suscitent des milliers d’autres richesses. Ceux qui réclament avec tant de virulence le « partage des richesses », profitent déjà des richesses créées par ceux qui ont innové sans avoir eux-mêmes contribué à cette création. Et personne ne pourra changer cela, sauf à trouver le moyen d’isoler l’atome du génie dans un cerveau pour le « partager ».

Ce TOC de la richesse partagée est une maladie bien française. On invoque la justice sociale – expression qui suppose que si l’on est plus riche que d’autres c’est forcément grâce à une injustice – pour instaurer des taxes et des impôts élevés. Ce n’est pas pour autant que la redistribution fonctionne. Comme nous l’avons écrit, malgré des prélèvements beaucoup plus forts, la France redistribue moins que les Etats-Unis ou que le Royaume-Uni. Ce n’est donc pas en prenant toujours plus à ceux qui ont plus, qu’on enrichit ceux qui ont moins.

Madame Duflo, comme beaucoup d’autres, pense que son but est noble. Sauf que culpabiliser Pierre et lui faire les poches pour donner à Paul ne relève pas d’une mentalité très généreuse, ni d’une tactique très fine. Laissons la liberté à ceux qui le peuvent de donner aux autres : les philanthropes ne sont pas une espèce rare, mais il faut la protéger car elle risque de devenir une espèce en voie de disparition. Et facilitons la création de nouvelles richesses au lieu de la décourager à force de confiscations et de répartitions. Quand il n’y aura plus rien pour les milliardaires, il n’y aura plus rien pour personne.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

5 commentaires

Bern terri 2 mars 2023 - 9:54

Bravo ! On voudrait revenir au système communiste !! Nous avons vu les résultats ! Et que ce soit dans des grands pays ou des petits ! Ça s’est toujours très mal terminé ! Plus de pauvres quand ce n’est pas une dictature et des millions de morts

Répondre
ORILOU 2 mars 2023 - 11:01

Avant de partager un gâteau, il faut le confectionner et acheter les ingrédients le composant, eux mêmes produits par d’autres. Confisquer les biens des riches n’enrichit pas les pauvres. Combien de « riches » Français on-t-ils quitté la France pour vivre sous des cieux plus hospitalier ? En s’installant ailleurs, ils ont employé du personnel, fait marcher des commerces, des services dont les Français auraient bien besoin. Cette lutte des classes rétrograde est cinsternante.

Répondre
Anne 2 mars 2023 - 12:52

Ça me fait penser à la sagesse populaire : plutôt que de donner des poissons à celui qui a faim, apprends-lui à pêcher ! De même, pour réduire les inégalités, apprenons a chacun à développer ses talents.

Répondre
Jacques Baudouin 5 mars 2023 - 8:52

Un jour, j’ai dû faire face à un syndicaliste très remonté contre les patrons en général et contre moi en particulier. J’ai sorti les clés de l’établissement et je lui ai proposé de prendre les rênes de l’entreprise. Son courage et ses imprécations se sont vite estompés. Pourtant, je lui avais promis de lui donner mon salaire en compensation de ses nouvelles responsabilités !!! Conclusion : Partager les richesses c’est assez facile (quand elles existent?), par contre pour partager les responsabilités et les risques, car eux ils existent, on ne trouve pas beaucoup de volontaires !!!
C’est comme BH qui s’indigne contre les français qui ne veulent pas d’émigrés mais qui n’a jamais proposé l’une de ses très nombreuses demeures pour les héberger !!!

Répondre
mireille Delphis 28 septembre 2023 - 5:01

Ce qui manque le plus en plus ce sont le courage, l’audace, les compétences et la ténacité ! Celui qui possède toutes ces facultés arrive à obtenir une position, mais les Français sont de plus en plus paresseux, de moins en moins téméraires (sauf pour profiter) aussi ils deviennent envieux et jaloux. Il faut savoir retrousser les manches pour réussir, rien ne
tombe du ciel !!!

Répondre