Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » La RATP met en place une prime « de présence »

La RATP met en place une prime « de présence »

par
131 vues

La Régie autonome des transports parisiens (RATP) dispose aujourd’hui de 4 000 postes vacants, dont 800 de chauffeurs de bus. Pour faire face à cette pénurie, la région Ile-de-France avait déjà évoqué, il y a quelques semaines, une prime de 2 000€ pour les personnes qui se formeraient à devenir chauffeur de bus. Depuis le début de l’été, la qualité de service se dégrade et les files d’attente s’allongent. Selon Valérie Pécresse, la présidente d’Ile-de-France Mobilités (IDFM), « on est passé à 26% d’offres non réalisées » (sic), dont 17% d’absentéisme du côté de la RATP à Paris.

Ayant des difficultés à trouver de nouveaux chauffeurs, la Régie parisienne cherche à diminuer le taux d’absentéisme, elle a donc mis en place une prime « de présence » temporaire. Attribuée de façon progressive, elle sera de 100€ le premier mois, 150€ le deuxième et 200€ le troisième. Ce sont ainsi 450€ que pourront toucher les employés qui n’ont pas d’absence durant trois mois consécutifs. L’idée n’est pas nouvelle, certaines collectivités l’ont déjà mise en œuvre pour tenter de lutter contre l’absentéisme des fonctionnaires.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, cette gratification ne fait pas l’unanimité parmi les représentants du personnel, c’est même l’inverse. Pour la CGT, le fait de verser une prime exceptionnelle d’assiduité à l’ensemble des salariés, à l’exception de ceux qui ont fait grève, est discriminatoire. Pour d’autres syndicats, la mesure est injuste car certaines absences peuvent être justifiées, par exemple, en cas de maladie d’un enfant. FO va même jusqu’à parler de « provocation ». Des recours ont été déposés et il n’est pas sûr que cette prime reste en place bien longtemps, ce qui serait une bonne chose, mais pas pour les raisons évoquées plus haut.

La prime de présence, normalement, c’est le salaire et l’on peut s’interroger sur la pertinence d’un salaire bonifié en cas de présence. Qu’il existe des absences justifiées et que des employeurs en arrivent à devoir motiver leurs collaborateurs à venir travailler peut signifier deux choses : soit le salaire est trop bas et l’employé aurait intérêt chercher un emploi mieux rémunéré, soit les avantages sociaux sont disproportionnés et ils protègent l’employé de telle façon qu’il ne sent pas son emploi menacé en cas d’absentéisme. A la RATP, le déséquilibre en faveur du salarié nuit à la productivité. Que la régie publique aligne les avantages sociaux sur ceux des entreprises privées et il est probable que ses chauffeurs de bus viendront prendre leur service s’ils souhaitent garder leur emploi et toucher leur salaire.

Vivement 2025 et l’ouverture des lignes de bus à la concurrence !

Vous pouvez aussi aimer

6 commentaires

Laurent46 27 octobre 2022 - 5:19

Bientôt une pour que les services publics de cette République de fainéants se lève le matin!
Cette République n’est plus qu’une poubelle mondiale de gauchistes fainéants à l’image de leurs dirigeants irrespectueux.

Répondre
Astérix 27 octobre 2022 - 1:15

Tout à fait ! J’hallucine !!!

Répondre
Daniel 1945 27 octobre 2022 - 8:17

En réalité, le 4 août 1789, c’était du pipeau.

Répondre
PDM21 27 octobre 2022 - 9:57

C’est ce qu’on appelle une prime d’assiduité, c’est pas nouveau. Pour les nuls Assiduité : présence régulière en un lieu pour y accomplir sa tâche ou ses obligations

Répondre
Obeguyx 27 octobre 2022 - 5:10

La RATP (Reste Assis T’es Payé) prend le même chemin que les députés européens : ils vont inscrire leurs présences et seront payés, même à rien foutre. La France, quel merveilleux pays … Et j’vous dis pas l’Europe …

Répondre
Dihamel 13 janvier 2023 - 12:27

On aurait dû privatiser les services publics depuis longtemps et sanctionner les arrêts maladie bidon .Il suffit de stopper les compléments de salaire et il y’aura moins d’arrêt maladie comme en 1960 . Et après on s’étonne que la dette du pays et de110% du PIB .le jour où cava craquer ,greveoupas grève faudra réduire son train devie et travailler plus .

Répondre

Laissez un commentaire