Accueil » La mairie de Paris traque les loueurs AirBnb plutôt que les rats

La mairie de Paris traque les loueurs AirBnb plutôt que les rats

par Adélaïde Motte

Avec le début de la période estivale revient un problème inadmissible pour la mairie de Paris. Les odeurs liées à la prolifération des ordures ? La consommation de drogues dans les lieux publics ? Les dégradations de véhicules ? Pas du tout, tout cela est somme toute normal. Ce qui ne l’est pas en revanche, c’est que les propriétaires d’appartement parisiens disposent de leur bien comme ils l’entendent et le louent à des touristes plutôt qu’à des occupants de long terme. Une armée d’agents de la ville quadrille donc les quartiers les plus touristiques, tentent d’entrer dans les immeubles pour interroger  les occupants, cuisinent les concierges et les voisins. Pensez donc, il faut améliorer la technique : avec les Jeux olympiques qui approchent, le fléau touristique risque de se faire plus violent encore.

Passons sur le fait que, pour un propriétaire, il est a priori plus simple de louer son bien pour longtemps à quelqu’un de fiable plutôt que d’enchaîner les locations courtes, avec leur lot d’état des lieux, de remise en état, de visites et de recherches de locataires. Passons aussi sur la difficulté des propriétaires à, justement, trouver des locataires fiables, qui ne disparaîtront pas un beau jour sans payer ce qu’ils doivent et en laissant l’appartement dans un état digne des rues parisiennes. D’humeur généreuse, ne nous attardons pas non plus sur les retombées économiques du tourisme, amplifiées par AirBnb, pour la ville de Paris.

Si la mairie acceptait d’examiner plus sérieusement ces trois points, elle comprendrait peut-être que les locations AirBnb qu’elle hait tant ne sont que le résultat des politiques anti-propriétaires qui facilitent la vie des squatteurs, mauvais payeurs et locataires peu scrupuleux. Et ne parlons pas des loyers maintenus trop bas qui découragent les propriétaires de louer leur bien. Les logements sortent donc du parc à long terme et se retrouvent sur des sites de locations de courte durée. Pour régler ce problème et permettre aux Parisiens d’être mieux logés, il faudrait libéraliser le marché du logement. Mais cela donnerait probablement des boutons à la mairie.

You may also like

1 commenter

Obeguyx 23 juin 2022 - 9:57

Pour redonner des logements à Paris (et ailleurs), il faut absolument abolir toutes les lois imposées depuis 1981 et revenir aux loyers libres. En ce qui concerne la rénovation, redonner au niveau locatif la main décisionnaire aux propriétaires et à leurs représentants. En 5 ans il n’y aura plus de pénurie ni squatteurs et AirBnb fera triste mine. Donnez-moi le pouvoir de faire le nécessaire et ça ira très vite. J’adjoindrai en plus le démantèlement du logement social par l’accession à la propriété des locataires occupants (en bons pères de famille) les dits logements. Mon dossier est prêt et j’ai environ 1500 personnes dans les startings blocs à travers toute la France pour m’aider.

Répondre

Laissez un commentaire