Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » La libération de Kherson et les clous dans le cercueil de Poutine

La libération de Kherson et les clous dans le cercueil de Poutine

par
788 vues

Lors d’une récente émission sur LCI ce WE, le général Michel Yakloveff a affirmé que la libération de Kherson était un nouveau clou dans le cercueil de Poutine. Il n’a pas tort. Après l’échec de ce qui devait être une « opération spéciale » à Kiev et la contre-offensive éclair des Ukrainiens à Kharkiv, voici une nouvelle humiliation pour l’armée russe obligée d’abandonner la seule capitale de région conquise depuis février par Poutine. Il s’agit d’une ville stratégique du côté ouest du fleuve Dniepr, considérée comme la porte d’entrée vers Mykolaïv et Odessa. A partir de là, la Russie aurait pu contrôler tous les ports ukrainiens de la mer Noire et on aurait même pu craindre une invasion de la Moldavie. Les soldats russes se sont retirés précipitamment de Kherson en laissant derrière eux d’énormes quantités de matériel militaire. La joie des habitants lors de la libération confirme – s’il l’avait fallu – que le référendum de septembre, lors duquel plus de 90 % de la population se serait prononcée pour l’annexion à la Russie, n’était qu’une vaste tromperie à la soviétique.

On voit très bien que les Ukrainiens héroïques, galvanisés par leur président et avec les armes occidentales qui leur sont fournies, peuvent gagner contre l’envahisseur. Plus que l’hiver qui approche, ce qui est à craindre c’est la négociation. Des bruits courent sur le fait que le président Biden exercerait des pressions sur le président Zelenski afin de négocier avec Poutine.  Actuellement, une négociation donnerait aux Russes du temps, la possibilité de se regrouper, de renforcer leurs positions défensives et de se préparer à une nouvelle attaque. De plus, il faut avoir la mémoire courte pour oublier que Poutine ne respecte ni les traités, ni ses engagements, ni sa parole. Plus la victoire des Ukrainiens est rapide, plus la fin de Poutine le sera aussi. D’ailleurs, les succès remportés par l’armée de Kiev justifient le fait de l’aider encore plus et non pas de chercher une issue diplomatique. L’heure de la diplomatie viendra quand l’Ukraine sera libérée. Maintenant, il faut continuer à enfoncer des clous dans le cercueil de Poutine.

Vous pouvez aussi aimer

13 commentaires

Jonathan Rien 14 novembre 2022 - 9:06

J’avais dit, Monsieur Lecaussin, dans vos colonnes « ni la Russie, ni l’Ukraine », càd. ni l’une ni l’autre dans nos institutions car aucun des deux pays n’est véritablement fiable. En aucun cas. Cependant, je m’intéresse beaucoup à l’après-guerre en Ukraine et surtout à l’attitude de nos « dirigeants », ces leaders maximus omniscients qui n’en ratent jamais une en termes de mauvaises décisions et d’inversion des valeurs. En effet, il ne faut surtout pas revenir à la période d’avant le 24 février 2022 et encore moins à celle d’avant 2014. Sinon, ça recommencera, le temps que la Russie se refasse une « santé ». Nous avons d’autres solutions très efficaces au niveau géostratégique: d’abord mettre les écologues débiles au placard et ensuite pratiquer le fracking. Les sanctions devront continuer dans les domaines clés (banques, voyages, propriétés à l’étranger, exportations, etc.). Il s’agit juste de volonté politique. La Russie ne peut et ne doit jamais redevenir un pays nuisible, violent et maître-chanteur. Il y va de l’intérêt de tous. Des Russes comme du reste du monde. La Russie doit être punie définitivement. Encore une fois, question de volonté politique. Il n’y a rien à négocier.

Répondre
Astérix 14 novembre 2022 - 12:45

J’admire votre optimiste Nicolas. Tout à fait d’accord sur le fond, mais je crains que le fou furieux Poutine ne s’arrête pas et, une fois acculé, utilise tous les moyens y compris l’arme nucléaire tactique contre l’Ukraine d’abord pour ne pas plier !?
Il n’acceptera jamais une défaite et ne négociera rien !
Le drame est bien là avec des fous dangereux.
Par ailleurs, l’on ne parle plus des sanctions contre la Russie, censées la mettre à genoux ?
J’ai surtout l’impression que c’est l’europe qui ne va pas s’en remettre !?

Répondre
Nicolas Lecaussin 14 novembre 2022 - 2:17

En effet, Poutine est un fou furieux…C’est pour ça qu’il faut lui faire comprendre qu’il n’a aucune chance…

Répondre
Philippe 14 novembre 2022 - 3:14

J’aime beaucoup ce que vous écrivez, et le thème que vous abordez aujourd’hui , me conduit au commentaire suivant:
Pour ma part , j’évite de ne prendre mes informations que sur des chaînes gouvernementales type  » BFM ou LCI sur lesquelles sévissent des généraux de plateaux payés pour diffuser ce pour quoi ils sont payés. Le Général que vous citez est bien connu pour être la voix de son maître , et certains le surnomment d’ailleurs Dourakovlieff ( les russophones comprendront!).
Les médias de ré-information censurés par le pouvoir macronien ( mais toujours accessibles par divers détours ), disent éxactement l’inverse de ce que vous écrivez:
-L’armée russe , après l’avoir annoncé plusieurs jours à l’avance , s’est retirée de Kherson , à la surprise générale , laissant la place à l’entrée dans cette ville de l’armée Kievienne et Otanienne, qui n’y entre qu’avec circonspection , en s »interrogeant sur les intentions de l’adversaire , retiré de l’autre côté du fleuve.
Tout ceci pue , à plein nez , le piège de Stalingrad.
-Entretemps , les russes ne cessent de pilonner méthodiquement les infrastructures énergétiques de l’Ukraine , et de détruire tout aussi méthodiquement les matériels de guerre livrés par l’Europe et les US.
– Il semble que les Russes veuillent jouer la durée , et l’entrée dans l’hiver , pour affaiblir l’Ukraine , son économie , son armée , sa population et , peut-être , se livrer finalement à une offensive massive et décisive à la fin de l’hiver.
Il s’agit bien entendu d’une guerre Russie/Otan , sur le sol ukrainien et que l’un des objectifs essentiels des US ( affaiblir l’Europe , sa monnaie etc…) pour en récupérer les marchés, et renforcer sa domination soit déjà atteint.
– On évoque de possibles pourparlers de paix , ce qui ne semble pas être l’intérêt des Russes actuellement.
Le jour de l’ouverture de ces négociations , tout se jouera entre Washington et Moscou , sans participation de l’Ukraine , ni de la France ou de l’Allemagne.
J’ignore ce que sera cette paix , mais elle ne consacrera jamais une quelconque défaite de la Russie , qui , au cours de son histoire n’a jamais accepté une telle situation.
La vraie diplomatie ( pas la française) , trouvera là un très beau terrain d’exercice!
– J’ignore si le dernier clou du cercueil de Poutine est déjà forgé;
Si tel est le cas , il y aura un autre Poutine , comme nous l’a annoncé notre fabuliste national dans  » les grenouilles qui cherchent un roi », et il sera peut- être moins modéré , ou plus radical , selon les points de vue…

Répondre
Nicolas Lecaussin 14 novembre 2022 - 4:19

merci de votre commentaire. Inutile de vous préciser, car vous l’avez sûrement remarqué dans nos papiers, je (nous) prends les informations auprès de nombreuses sources y compris à l’Est de l’Europe. Par ailleurs, au-delà des infos, sur les chaînes BFM et LCI, il y a des experts (je connais personnellement certains) qui connaissent très bien le sujet et qui parlent l’ukrainien et le russe. En attendant de voir comment sera l’après Poutine, débarrassons nous de d’abord de lui.
Cordialement,
NL

Répondre
Picot 14 novembre 2022 - 5:36

Excellent commentaire de la part de PHILIPPE. Se débarrasser de Poutine? Comme vous y allez Mr Lecaussin. C’est loin d’être encore fait. Et si c’est pour avoir, par la suite, un président encore plus belliqueux , c’est plutôt négatif. D’autre part observons que les Russes semblent s’être retirés sans combattre. D’une façon générale, lorsqu’ils l’ont fait, cela s’est très mal passé par la suite pour l’adversaire. Napoléon et Hitler en ont su quelque chose. Il est donc urgent d’attendre et d’observer la suite. Cela sent, effectivement, le piège à plein nez.

Répondre
Nicolas Lecaussin 14 novembre 2022 - 7:40

Les retraits de Kiev, Kharkyv aussi étaient probablement des pièges…On attend toujours

Répondre
Obeguyx 14 novembre 2022 - 6:23

On peut toujours rêver, mais je suis, dans les grandes lignes, PHILIPPE. L’aveuglement a toujours été le défaut de nos gouvernants et de leurs conseillers de salons. Lequel de tous ceux qui bafouillent a déjà participé à un engagement sur le terrain ? Aucun. Lequel a déjà vu, alignés les cadavres de combattants à l’issu d’une confrontation ? Aucun. La guerre est avant tout une horreur et lorsque le représentant d’un état vote à l’ONU contre la résolution condamnant la glorification du nazisme sous des prétextes fallacieux (en l’occurrence la France), il est très difficile d’avoir une réaction « atlantiste » et surtout de cautionner toutes les dérives intellectuelles ravivées sans cesse par des médias serviles.

Répondre
Nicolas Lecaussin 14 novembre 2022 - 7:37

Il ne faut quand même pas être dupe à propos d’une résolution de ce genre proposée par la Russie de Poutine… Ca fait rire…

Répondre
Sirius09 15 novembre 2022 - 6:27

Je suis toujours étonné des analystes de comptoir et autres stratèges de colonnes de journaux et leur faculté à exprimer sans honte leurs fantasmes contre-réalité. D’après eux, Poutine n’est pour rien dans cette guerre, c’est la ploutocratie internationale des pays dits démocratiques occidentaux, le gouvernement américain et son instrument l’OTAN qui l’ont provoquée à leur seul bénéfice. Si on peut y mêler la complicité chafouine de Macron, on touche le jackpot de la jouissance partisane. On peut décider de dire et d’écrire n’importe quoi, ce qui prouve, une fois de plus à l’encontre de leur raison de vivre, qu’on vit bien, même en France, dans un pays démocratique et libéral. Allez dire au Venezuela que Maduro est un incapable, un menteur et un filou, ce qu’il est incontestablement et vous n’attendrez pas longtemps le démontage de votre porte à potron-minet.
Malheureusement pour eux, les ukrainiens savent bien qui les a agressé sauvagement et l’auteur même de l’invasion ne cache pas et se trouve de bonnes raisons morales, dont la lutte contre le nazisme, rien que ça.
Une telle constance dans la haine d’une nation, l’Amérique, qui nous a tiré plus d’une fois de la merde dans laquelle on s’était mise et sans laquelle, incontestablement , nous et le reste de l’Europe, serions sous la coupe soviétique depuis 75 ans est proprement ahurissant de bêtise.
Les thèses de l’extrême droite, accouplées à celles de l’extrême gauche, sans réelle contestation ou opposition des gens raisonnables, ont trouvé avec les français, congénitalement suspicieux de tout et de n’importe quoi un terrain fertile. On y plante des billevesées, il y pousse des affirmations gratuites.

de leurs analyses toujours concluantes sur la responsabilité de cette guerre

Répondre
Nicolas Lecaussin 15 novembre 2022 - 7:22

Vous avez entièrement raison ! Merci !
NL

Répondre
maxens 15 novembre 2022 - 6:49

Je souscrit à 100% Monsieur Lecaussin, la seule façon d’éviter que cela se reproduise est que l’Ukraine libère 100% de son territoire, crimée comprise. Toute négociation n’enterrinant pas cet état de fait engendrerait frustration, et à terme une nouvelle escalade. Les frontières reconnues, celle de 91, toutes les frontières, rien que les frontières

Répondre
Nicolas Lecaussin 15 novembre 2022 - 7:22

En effet ! Merci à vous !

Répondre

Laissez un commentaire