Accueil » La désillusion du bio : l’IREF avait raison

La désillusion du bio : l’IREF avait raison

par Nicolas Lecaussin

La dernière couverture du magazine l’Express s’intitule « La désillusion du bio ». On ne peut que se réjouir. A l’IREF, nous avons été parmi les premiers à révéler les tromperies du bio et les prétendues vertus de cette consommation à la mode.  Littérature scientifique à l’appui, nous avons montré que l’agriculture dite « biologique » ne tient pas ses promesses ; que la doctrine anti pesticides et anti OGM, qui n’est pas respectée en pratique, relève plus de l’idéologie réactionnaire et anticapitaliste que d’une approche basée sur le progrès des sciences et des technologies. L’hebdomadaire l’Express parle des « mirages du bio ». En effet, nous avons montré que l’intérêt nutritionnel du bio est extrêmement limité et que l’engouement pour le bio n’a aucune explication scientifique.

Plus encore, le marché du bio a été politisé, chaque parti s’est emparé de ce thème en proposant encore plus d’aides et de subvention à l’agriculture biologique. Pour nous, chacun est libre de produire ou de consommer « bio », il en va de la liberté de conscience. Il n’est toutefois pas acceptable que ce libre-choix soit faussé par l’État, que ce soit en faveur de l’ l’agriculture biologique  ou d’une autre forme d’agriculture. La question agricole doit être dépolitisée afin que la concurrence, la responsabilité et l’innovation permettent d’offrir aux consommateurs la meilleure alimentation possible.

L’IREF propose donc l’abandon de l’interventionnisme massif et coûteux de l’État en faveur de cette pratique – qui s’avère trompeuse –  pour permettre le libre choix alimentaire des consommateurs.

You may also like

5 commentaires

JR 7 juin 2022 - 9:46

Bonjour, gageons que le processus de déséscrologisation soit en marche. C’est le marché qui décide le besoin et non l’idéologie. https://climatetverite.net/2022/04/29/l-inflation-verte-ou-le-nouveau-paradigme-economique-du-21eme-siecle/
Merci. Bien à vous

Répondre
montesquieu 7 juin 2022 - 10:55

Liberté, liberté, voilà un vilain mot pour l’Etat français!

Répondre
Obeguyx 7 juin 2022 - 12:54

Bien sûr que l’IREF avait raison. L’Etat depuis les années 1970 ne cherche que des mesures pour détruire l’agriculture française. Il est proche du but, il laisse donc tomber le bio. Je crois que maintenant il va chercher du côté des forêts, il prépare encore un beau « merdier » et vous pouvez lui faire confiance : près de 50 ans d’expérience ininterrompue lui a donné ses lettres de « noblesses ».

Répondre
Andy Vaujambon 7 juin 2022 - 4:54

La prochaine étape sera la reconnaissance que la « transition écologique » ne sert à rien, et le plus tôt sera le mieux.

Répondre
JR 8 juin 2022 - 12:54 Répondre

Laissez un commentaire