Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » La candidature de Trump, le Wall Street Journal, la lucidité et l’honnêteté journalistiques

La candidature de Trump, le Wall Street Journal, la lucidité et l’honnêteté journalistiques

par
607 vues

Dans son dernier éditorial, le Wall Street Journal rappelle que, dès 2016, il avait mis en garde ses lecteurs contre le caractère de Donald Trump. Impulsif, narcissique, incapable de reconnaître ses torts, le comportement de l’ancien président a largement contribué aux défaites lors des élections des midterms en 2018 et à celle de novembre 2020. Son caractère et ses politiques chaotiques ont occulté ses quelques bonnes mesures économiques et politiques : la baisse des taxes et les déréglementations de 2017, les réformes énergétiques, la nomination de juges conservateurs à la Cour suprême, les accords d’Abraham, la politique envers l’Iran, etc… . Il a violemment contesté les résultats de 2020 (pourtant, les enquêteurs et les juges nommés par lui ont bien dit qu’il n’y a pas eu de fraude électorale) et s’est entêté après à ne soutenir que les candidats républicains qui le suivent dans cette contestation.

Depuis environ deux ans, les mêmes éditorialistes du WSJ avertissent aussi que vouloir à tout prix faire campagne avec Trump sur les « élections volées en 2020 » n’est pas du tout porteur. C’est ce qui vient d’arriver. Les républicains qui ont suivi cette ligne ont fait fuir les électeurs indépendants et ont presque tous perdu lors des midterms de la semaine passée. Un des exemples les plus significatifs est celui de l’Arizona, un Etat républicain, où la candidate Kari Lake, soutenue par Trump, a perdu une élection que, normalement, elle aurait dû facilement gagner. Le gouverneur républicain de l’Arizona, Doug Doucey, avait été réélu en 2018 avec une différence de 14 points !

L’Amérique a montré en 2018, 2020 et 2022 qu’elle voulait passer à autre chose, mais Trump refuse d’accepter cela. Sa candidature est maintenant un fardeau pour les Républicains dont certains représentants, comme Ron DeSantis et Glenn Youngkin, ont montré qu’ils étaient capables de gagner en 2024 et elle est aussi une très bonne nouvelle pour les Démocrates qui vont pouvoir faire campagne en s’attaquant à Trump et faire « oublier » les problèmes graves qui affectent le pays : la crise énergétique et l’inflation.

Le Wall Street Journal est un journal libéral en économie et conservateur sur les problèmes de société. Il a eu raison de défendre Trump lors des accusations de collusion avec la Russie (n’oublions pas que Hillary Clinton avait contesté, elle aussi, les résultats des élections en inventant cette affaire), lors des procédures de destitution ridicules lancées contre lui par les Démocrates entre 2016 et 2020 qui ont abouti à constater que l’ancien président avait été attaqué à tort. Alors que Trump a annoncé sa candidature à la prochaine élection présidentielle, le WSJ  a donc aujourd’hui le courage d’alerter sur la nuisance qu’elle pourra représenter pour les Républicains.

Vous pouvez aussi aimer

4 commentaires

Daniel 1945 17 novembre 2022 - 8:30

Pourquoi accorder tant d’importance au résultat des élections aux States ? Que ce soit les Républicains ou les Conservateurs ce sera toujours America first.

Répondre
Nicolas Lecaussin 17 novembre 2022 - 10:24

ca me parait normal, non… Comme la France d’abord pour les politiques français…

Répondre
Obeguyx 17 novembre 2022 - 9:55

Trump n’est pas le problème. Le problème ce sont les démocrates qui n’ont rien de démocrates et qui tirent sur toutes les ficelles pour maintenir leur statut de gauchos bobos débiles. En montrant du doigt Trump ils évitent qu’on regarde chez eux. Mais je vous rassure, en France, c’est pareil.

Répondre
Nicolas Lecaussin 17 novembre 2022 - 10:23

Si, c’est le problème pour les Républicains. C’est la raison pour laquelle les démocrates montrent du doigt Trump. On leur a donné la psosibilité d ele faire, ils l’ont fait et ils ont gagné.

Répondre

Laissez un commentaire