Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Il ne faut pas avoir peur de défendre la liberté !

Il ne faut pas avoir peur de défendre la liberté !

par
435 vues

En temps de crise, les individus ne doivent pas échanger leur liberté contre la sécurité promise par des gouvernements assoiffés de pouvoir. Il est temps de prendre les choses en main et de décentraliser le système. Il est temps de défendre la liberté.

La plupart de ce que nous entendons au sujet de l’année à venir concerne les risques. Le risque et le pessimisme sont au centre du débat public. Beaucoup en Europe craignent que leurs enfants ne profitent pas autant de la liberté qu’auparavant. En même temps, les médias, les organisations non gouvernementales (ONG), les politiciens et les technocrates annoncent les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse.

Il y en a même un nouveau qui a rejoint la guerre, la famine, la peste et la mort : c’est le changement climatique. Le dérèglement climatique est réel, bien sûr, et il est vrai aussi qu’il faut faire le maximum pour réduire la pollution. Mais nous devons aussi réfléchir de manière plus positive à la manière de s’adapter aux changements. Ce sont l’innovation et le génie humain qui vont nous aider. Pas les taxes et les réglementations. Malheureusement, les semeurs de peur profitent de cette situation pour renforcer leur pouvoir et faire croire aux gens que l’État a les solutions. Le prix que les citoyens paient pour cela est élevé : on nous demande d’échanger notre liberté et les droits civils contre une illusion de sécurité.

À cet égard, une nouvelle classe d’acteurs publics a émergé, appelés militants. Une militante devenue célèbre propose des solutions utopiques et dangereuses. D’autres bloquent les routes, occupent les bâtiments officiels et agissent violemment, avec haine, envers ceux qui sont considérés comme des « ennemis de la planète ». Certains militants endommagent délibérément des biens – ces derniers temps, en se collant à des objets d’art d’une valeur inestimable – et osent prétendre que tout cela est pour une bonne cause. Ils répandent la peur. C’est leur fonds de commerce. Contrairement à eux, nous devons être optimistes et courageux et aborder les problèmes de front. Nous avons d’excellentes raisons d’être confiants car le secteur privé trouve des solutions pour créer une énergie propre et optimiser le recyclage, et notre recherche médicale est très fructueuse.

Pour redonner encore plus de vigueur à notre économie de marché, pour renforcer la démocratie et rendre notre société plus résiliente, il faut s’appuyer sur la décentralisation. C’est elle qui rapproche la politique des citoyens. La démocratie fonctionne mieux dans les zones décentralisées avec une responsabilité importante.

Il est donc grand temps pour nous d’utiliser tous les outils constitutionnels et juridiques pour contester les actes anticonstitutionnels, les lois et les réglementations irréalistes, préjudiciables, qui limitent les libertés. C’est la seule manière de défendre la liberté.

Vous pouvez aussi aimer

7 commentaires

Popey 5 janvier 2023 - 5:34

…gouverné par des ben oui oui freluquets godillots hors de la vie de tous les jours de nos provinces, ils s’assoient sur les Services au Publics !! …à nous pourrir la vie et nous parquer comme les animaux !
Nos violer nos consciences, nous canaliser selon leurs bon vouloir, circulez il n’y a rien à voir !
J’appelle ça de la dictature !
…et les référendums pour demander l’avis des intéressés : le peuple qui leurs permets de profiter sans vergogne des lois promulguées en catimini …même de nuit !!! Il ne faut plus s’étonner des extrêmes ! Le respect d’autrui à tous les niveaux…ces Messieurs Dames s’en battent les flancs !! Les Français fortunés quittent le pays…cherchez l’erreur !
https://fr.irefeurope.org/publications/les-pendules-a-lheure/article/la-poste-supprime-le-timbre-rouge-pour-une-usine-a-gaz/

Répondre
jean-paul lutun 5 janvier 2023 - 5:46

Bonjour,

• “La fin de l’espoir est le commencement de la mort.”
• Charles de Gaulle

Liberté
Paul Eluard
Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom
Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom
Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom
Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom
Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom
Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom
Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom
Sur chaque bouffée d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom
Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom
Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom
Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom
Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes maisons réunies
J’écris ton nom
Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom
Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom
Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom
Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom
Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom
Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom
Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom
Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom
Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer
Liberté.
Paul Eluard

Répondre
PAL 5 janvier 2023 - 9:39

Tous les auteurs d’utopies inscrivent le système répressif totalitaire dans l’organigramme initial de leur projet de société tel qu’ils le conçoivent dans sa perfection. La tyrannie traduit l’essence de leur pensée, et non point la difficulté de la mettre en pratique. (JF Revel)

Toute pensée idéologique s’appuie sur trois éléments de nature totalitaire : la prétention à tout expliquer, la capacité à s’affranchir de toute expérience pour y arriver, la capacité à reconstruire la réalité pour le démontrer. (Le système totalitaire, Anna Arendt, Points (page 298)

Répondre
Picot 5 janvier 2023 - 9:54

Ceux qui veulent la sécurité au prix de leur liberté perdront les deux.

Répondre
JR 6 janvier 2023 - 6:16

Bonjour Picot, c’est l’idée de la formule de W. Churchill; « Vous avez eu à choisir entre la guerre et le déshonneur vous avez choisi le déshonneur, vous aurez la guerre. » Résistons à la bande d’escrocs écologiques. Merci. Bien à vous

Répondre
Ertuopel 5 janvier 2023 - 10:13

Attention : la vraie décentralisation n’est pas la dévolution (dédaigneuse) par le pouvoir d’en haut d’un pouvoir très limité au niveau inférieur, c’est au contraire la reconnaissance du pouvoir du niveau inférieur lequel peut demander au niveau supérieur d’exercer un pouvoir qu’il n’a pas les moyens d’exercer lui même.

Nos hommes politiques connaissent surtout la dévolution dédaigneuse et méprisante tout en gardant la maîtrise des moyens (financiers en particulier) permettant d’exercer le pouvoir dévolu. Autant dire que c’est là une décentralisation en trompe l’oeil.

Répondre
JR 6 janvier 2023 - 6:31

Bonjour, à notre niveau, il est clair qu’il faut lutter de pieds fermes contre la néo-religion carbo-climatique qui est devenue la religion prétextée pour faire accepter la gouvernance mondiale. L’ONU a même mis en place une officine spécialisée dans la désinformation carbo-climatique, le fameux GIEC tant controversé. Jusqu’à présent les citoyens contribuables offraient une résistance assez faible à ce grossier mensonge inventé de toute pièce par Maurice Strong de même obédience décliniste que le patibulaire Klaus Schwab. Les choses changent désormais à grand pas. La supercherie climatique est démasquée et l’escroquerie en bande organisée est dénoncée par les repentis climatiques de renom. Lors du jugement, qui espérons-le, ce déroulera prochainement, ils devront naturellement être graciés. Chaque époque a connu son dieu pour faire obéir et faire payer les sujets. Je viens d’avoir une idée, si l’on vilipendait la molécule si bienfaisante de C02 pour créer des taxes, des impôts, des malus, des supers malus, des malus aux poids, des taxes carbone sur les carburants, les 80 km/h, bientôt les 110 km/h sur autoroute, les ZFE (Zone de Forte Exclusion) avec une petit couche de radars Philippe, des interdictions de voyager à plus de 15 mn de son domicile, de prendre l’avion plus de quatre fois dans sa vie, et enfin d’interdire les véhicules à moteur thermique ! Bref, comment peut-on dézinguer tout se qui marche ! Pour cela, il faut créer une néo-religion (oh mon dieu, le ciel va nous tomber sur la tête…) .
Dire, écrire et ceci au grand jour, c’est déjà défendre les libertés. Libérons la France du fléau néo-nazi-verdâtre, véritable fléau de ce siècle, qui sera aussi mortel que le communisme et le nazisme. Le déclin de la France est bien en Marche sous prétexte écologiste, les escrocs du climat veillent sur vous et surtout sur votre portefeuille. Merci. Bien à vous

Répondre

Laissez un commentaire