Accueil » EDF restera EDF

EDF restera EDF

par François Turenne

Le ministre de l’Economie l’a annoncé aux sénateurs mercredi dernier, puis l’a répété dans une interview au Monde, le projet Hercule est « mort et enterré ». EDF va être renationalisée à 100% au plus grand bonheur de nos politiciens, peu au fait des conséquences néfastes d’une telle décision pour notre politique énergétique. La communication du ministre est surprenante tant elle manque de vision. Le sénateur LR Daniel Gremillet ne s’y est pas trompé en déclarant que « notre stratégie énergétique ne peut pas se résumer à une simple OPA sur EDF ». Faut-il voir, dans les déclarations du ministre, une tentative de calmer les ardeurs des organisations syndicales du groupe, vent debout contre la politique du gouvernement et farouchement hostiles au projet Hercule ?

Parallèlement, les alertes se multiplient concernant EDF : dette en hausse continue, masse salariale exagérée, déficit chronique. Certes les politiques publiques énergétiques de l’État sont en partie responsable de cette situation, en particulier l’abandon de la filière nucléaire. Néanmoins, EDF ne peut pas se dédouaner de ses responsabilités, en particulier son incapacité à entretenir les réacteurs nucléaires dont une trentaine est actuellement à l’arrêt. De toute façon, quoi qu’il fasse, le groupe public sait que l’Etat viendra toujours à la rescousse pour pallier ses décisions hasardeuses.

En étant détenue en partie par des investisseurs privés, EDF ne se comportait certes pas comme une entreprise privée qui s’efforce de rester compétitive et rentable, mais elle était contrainte de publier ses comptes et d’être un minimum transparente. Avec la nationalisation, c’en est terminé.

Espérons tout de même que l’enterrement du projet Hercule signifie son remplacement par un projet plus ambitieux, comme celui de la séparation de fait des activités de production et de fourniture dont une partie pourrait être privatisée pour le bien des finances publiques et des contribuables. Comptons sur la Commission européenne pour revenir rapidement à la charge sur le découpage du groupe.

Vous pouvez aussi aimer

11 commentaires

Jean 23 juillet 2022 - 7:57

Le problème d’EDF est qu’il est obligé de vendre de l’électricité à perte à des opérateurs privés qui ne produisent rien afin de créer un semblant de marché. Il faut arrêter avec cette optique néolibérale qui veut que tout doit passer par le marché. Il existe des exceptions comme l’électricité ou le chemin de fer. Le partage de ces réseaux a toujours été un échec, créé des sous-investissements et une baisse de qualité du service afin de répondre aux exigences de profit des actionnaires.

Répondre
Acidacetix 23 juillet 2022 - 8:15

Ce n’est pas EDF qui est responsable de la situation actuelle, c’est l’Etat qui en est l’auteur. Le poisson pourrit toujours par la tête et la nationalisation ne va rien arranger car le responsable est actuellement incapable de faire face à ses dérives, ses dépenses anarchiques, son manque de prévoyance, son incapacité fonctionnelle. Pour commencer il faudrait supprimer l’ENA (et sa variante) et virer au moins 50% des anciens élèves vivant de la fonction publique. Aux grands maux les grands remèdes. On ne soigne pas la gangrène avec du Doliprane.

Répondre
Musslin 23 juillet 2022 - 2:35

Pourquoi écrire un article qui prétend une chose et son contraire ? Et depuis quand une entreprise publique peut elle se passer de publier ses comptes ?
Le problème de EDF a été politique venant de deux qui voulaient la fin du nucléaire !

Répondre
Emile 23 juillet 2022 - 3:04

La Nationalisation ça sent bon pour le Commite D’ Entreprise , moins pour le contribuable 55 Mrds de Perte plus 6 dus a l idee geniale d obliger par La CRE (+_BRUXELLES )a vendre au Tarif bas de l ´AREHN A L ALLEMAGNE en plein delire de lignite ,et a RACHETER L ECRETEMENT AU PRIX DU TARIF DU MARCHE DU GAZ !!! Ça c est l ULTRA NEO CREPIDARIANISME !!
LEVY dis leurs qu ils sont dingues !
Sinon la théorie de Jancovici sur la Nationalisation d EDF pour controler un seuil nucléaire PLANIFIÉ , pourrait être une nouvelle constructive , (et pas une dette a la con pour payer des salaires , )
a laisser pour nos enfants ! Ceux qui ont peur du Nucléaire devraient pédaler plus fort pour éclairer leur environnement REEL !!!

Répondre
Astérix 23 juillet 2022 - 6:07

Les crétins qui nous gouvernent ont détruit EDF pour le nationaliser aujourd’hui ????
Mais les Français sont contents d’avoir réglé par leurs impôts cette faillite ????
Allez comprendre ?????

Répondre
christian 23 juillet 2022 - 11:43

DOMMAGE QU’IL N’AI PAS CHANGÉ DE NOM ILS AURAIENT PU APPELER CELA :
« EUROBIS »
Cela aurait fait très moderne, oui moderne, je le dis bien, et j’insiste, en cette époque où le mot « euro » est employé à tort et à travers et ou de nombreuses entreprises ont des noms qui se termine par « IS »… QUE CELA EN DEVIENT PRESQUE RIDICULE.

Répondre
christian 23 juillet 2022 - 11:47

Ah mon dieu celui-là est passé,
c’est fin comme du gros sel

Répondre
Laforest 24 juillet 2022 - 7:45

L’incompétence est surtout au niveau du « ministère » EDF marchait très bien durant les 30 glorieuses … Avec l’arrivée des « écolos » c’est une autre histoire ! Quant on voit comment ils agissent en Allemagne contre le « nucléaire » on peut douter de leur vision écologique… D’accord le « nucléaire » est dangereux si on le manie sans discernement … Nous avions les ingénieurs, les techniciens, les chercheurs… La relève devra être formée, la « recherche » sur les déchets relancé (les chinois et les russes eux continuent…) et en ce qui concerne les « verts » qui en final polluent par la relance du charbon … par la construction des éoliennes qui sont loin d’être « écologiques » par leurs matériaux et leurs gourmandises en « bétons » et difficilement recyclables et, dénaturant les paysages des campagnes tout en étant nuisibles pour nos vaches, les oiseaux, etc … Il est « urgent » de reconstruire notre totale indépendance au niveau énergétique qui serait un moteur pour également réindustrialiser notre pays … Les allemands et leurs industriels ont des « problèmes » mais l’UE n’est pas une « excuse » pour qu’on leur vende de « l’énergie » sans contre-partie !! … Bref! Défendons notre nucléaire et FORMONS des ingénieurs, des chercheurs.

Répondre
Almaviva 24 juillet 2022 - 9:22

La chute de l’EDF est la conséquence, entre autres, des directives européennes qui ont voulu bâtir une sorte de concurrence qui a obligé notre fournisseur historique à brader ses prix à des concurrents. De plus, cette même Europe sous la pression de l’Allemagne, nous a obligé à abandonner le nucléaire ! Si nous étions resté à ce que le Général de Gaulle avait mis en place, nous n’en serions pas là. Cela dit, cette entreprise est mal gérée, par des hauts fonctionnaires, à la méthode de l’ENA c’est dire sans tenir compte des impératifs du marché ni des règles de rentabilité normales pour une entreprise !! (personnel trop payé, a avec des avantages exorbitants, et le fameux 1% sur le C.A. TTC pour financer le CCE)

Répondre
Obeguyx 24 juillet 2022 - 5:25

La solution « Hercule », ah, oui, vous êtes sûr ? Moi j’ajouterai qu’une fois de plus :  » Tu avances et tu recules, Hercule, comment veux tu, comment veux tu que je « t’en……. ». Hercule étant bien entendu les citoyens que nous sommes et qui n’ont absolument plus aucun pouvoir. Nous sommes en « démocrasseuse » tout simplement.

Répondre
dudufe 25 juillet 2022 - 11:12

Halte aux escrologistes qu’ils occupent déjà (très mal) de leurs affaires et surtouts pas de politique comme le maire de Lyon vient de le faire.

Répondre

Laissez un commentaire