Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Écoles américaines : vers la déresponsabilisation des élèves ?

Écoles américaines : vers la déresponsabilisation des élèves ?

par
465 vues

Le Wall Street Journal nous apprend que nombre d’écoles aux États-Unis ont décidé d’arrêter d’exclure les élèves qui perturbent les cours en raison de leur comportement, privilégiant désormais avec eux le « dialogue ». À en croire certains pédagogues, la sanction, l’approche punitive seraient peu efficaces, voire contreproductives, dans la mesure où elles ne tiendraient pas compte des difficultés (psychologiques, personnelles, familiales) que peuvent rencontrer les éléments perturbateurs. Les enseignants se font ainsi psychologues, et tentent de travailler main dans la main avec les élèves pour définir les problèmes qu’ils rencontrent et trouver des solutions capables d’y remédier. Certains établissements, nous dit l’article, vont même jusqu’à proposer aux élèves « agités » de faire une promenade ou d’écouter de la musique, de manière qu’ils puissent ensuite s’entretenir avec le directeur de l’école dans les conditions les plus apaisées possibles…

La même tendance s’observe dans certains centres d’animation pour la jeunesse. Dans les Boys & Girls Clubs of the Fox Valley (Wisconsin), des « conseillers » ont imaginé un système de fiches individuelles, où est notamment listé pour chaque enfant ce qui tend à le calmer lorsqu’il rencontre une difficulté quelconque. Qui plus est, des « animateurs » adoptent avec les enfants une forme de communication non violente (CNV) : ainsi, au lieu de dire « arrête de crier », ils diront plutôt « parle avec ta voix normale »…

Il est incontestable que certains enfants peinent à réussir à l’école du fait de problèmes personnels et/ou familiaux, et ces enfants devraient pouvoir être aidés. Mais, on peut ici sincèrement douter de l’efficacité d’une méthode consistant à faire réfléchir les élèves dont le comportement en cours pose problème sur des questions comme : « qu’est-ce qui fait de vous quelqu’un d’exceptionnel et de merveilleux ? »… Est-ce vraiment cela qui les remettra au travail et les rendra moins insolents envers leurs enseignants – auxquels ils s’en prennent parfois physiquement ? En outre, le principal risque qu’on leur fait courir ici est celui de leur propre déresponsabilisation. Les sociétés libérales étant des sociétés de responsabilité, nul doute qu’une fois devenus adultes, ils s’y trouveraient marginalisés à tout jamais.

Vous pouvez aussi aimer

1 commenter

GNA46 9 janvier 2023 - 7:45

« L’Enfant Roi » après 1968, fût une réelle erreur lorsque nous l’avons mis en application. Les résultats sont non seulement visibles encore aujourd’hui, mais ont laissés des traces pour les décennies à venir. Alors les U.S. et leurs innovations en matière d’éducation n’ont rien à nous apprendre de plus.

Répondre

Laissez un commentaire