Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Fin de vie ou aide active à mourir ?

Fin de vie ou aide active à mourir ?

par
912 vues
Croyant peut-être faire diversion dans un climat politique délétère, le 13 septembre 2022, le président de la République a annoncé le lancement d’une large consultation citoyenne sur la fin de vie pour réfléchir à une éventuelle évolution de son « cadre légal » d’ici la fin 2023. A cet effet, il a confié au CESE la mise en place d’une nouvelle convention citoyenne de 185 membres tirés au sort qui se sont déjà réunis deux fois en décembre et devront rendre leurs conclusions au printemps 2023. Ils répondront à la question posée par le Premier ministre : « Le cadre de l’accompagnement de la fin de vie est-il adapté aux différentes situations rencontrées ou d’éventuels changements devraient-ils être introduits ? »

Car la loi Claeys-Leonetti n° 2016-87 du 2 février 2016 encadre déjà l’accompagnement de la fin de vie. Elle confirme l’importance du droit aux soins palliatifs, renforce le rôle de la personne de confiance, reconnaît l’autorité des directives anticipées, sauf cas particuliers, et offre une possibilité de sédation profonde et continue jusqu’au décès aux personnes souffrant d’une affection grave et incurable, dont le pronostic vital est engagé à court terme et subissant une souffrance réfractaire aux traitements. Les maisons de soins palliatifs sont d’ailleurs aujourd’hui, de l’avis général, des lieux d’accueil et de sollicitude remarquables des personnes en fin de vie.

Désormais, la loi voudrait s’occuper de la prise en charge des personnes qui ont une maladie grave, douloureuse, souvent évolutive et incurable, mais dont le pronostic vital n’est pas engagé « à court terme ». La vraie question posée est celle de l’aide active à mourir et de l’arrêt des traitements de soutien vitaux des patients maintenus en vie « artificiellement ».

 L’entraînement aux extrêmes

Certes, le gouvernement est plus prudent qu’il ne l’avait été avec la Convention citoyenne pour le climat dont M. Macron s’était engagé à reprendre « sans filtre » les propositions. Cette fois-ci, Elisabeth Borne précise : « Les conclusions de la Convention citoyenne recueillies par le Cese serviront à éclairer le gouvernement ». Au surplus, d’autres consultations auront lieu et un groupe de travail parlementaire élargi y travaillera. Enfin, les travaux de la consultation citoyenne s’appuieront sur l’avis du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) rendu public le 13 septembre 2022. On peut craindre que cette dispersion du débat ne favorise une montée aux extrêmes où sombre toujours la démocratie des comités dans la surenchère des spécialistes de l’agitprop qui s’y infiltrent. Déjà, non sans prudence, le CCNE « considère en effet qu’il existe une voie pour une application éthique de l’aide active à mourir ». Il observe que sont encadrées, mais autorisées l’euthanasie en Belgique, l’assistance au suicide en Suisse, aux Etats-Unis (dix états) et en Autriche, et enfin à la fois l’euthanasie et l’assistance au suicide aux Pays-Bas, au  Luxembourg, en  Espagne, au  Canada, en  Australie (cinq Etats) et en  Nouvelle-Zélande. Alors pourquoi pas nous ? Un débat qui conclurait qu’il ne faut rien faire ne serait-il pas considéré comme un échec, comme l’incapacité des participants à prendre en compte les besoins nouveaux, l’évolution du monde ?

Il est vrai que le regard sur la mort a changé. On ne veut plus la regarder d’ailleurs. On ne la voit plus parce qu’on meurt entre vieux et loin des autres. On ne la côtoie plus, sinon de manière aseptisée, « sanitarisée ». Le christianisme disparaît et avec lui l’importance de quitter la vie en paix et les rites qui l’accompagnaient. La mort n’est plus la poursuite de la vie autrement, mais la fin de la vie. Il reste la souffrance redoutée et parfois insupportable.

Et pourtant

Que l’on considère l’Homme comme une créature de Dieu ou qu’on admette tout simplement, avec Emmanuel Kant, qu’il existe comme fin en soi plutôt que comme le moyen arbitraire de la volonté d’un autre, suppose qu’il soit toujours respecté inconditionnellement comme tel. L’Homme ne peut pas utiliser son corps ou celui d’autrui comme une chose voire seulement comme un moyen. Le fait que l’homme s’estime propriétaire de son corps ne réduit pas la portée de cette règle éthique mais la consolide parce que tout propriétaire est responsable de sa propriété et de l’usage qu’il en fait par rapport à sa finalité. La dignité humaine consiste ainsi à respecter l’intégrité de l’être, celle de l’autre comme celle de soi-même. On peut reconnaître à cet égard un droit à la vie et à la reconnaissance de son être propre, ce qui justifie les réserves sur l’avortement, le changement de genres, la GPA et la PMA et l’euthanasie. Le devoir et le respect humains invitent à réparer l’homme, à l’améliorer, pas à en détruire ou en modifier les fonctions ou la nature constitutives de son être.

Nous ne pouvons pas juger la volonté d’une personne au bout de ses souffrances de vouloir y mettre fin en quittant la vie. Mais elle seule peut en décider et s’exécuter. Il est impossible de demander aux mêmes professionnels d’aider des patients à mourir après s’être démenés pour les faire vivre.

Au demeurant, la question la plus importante que soulèverait la légalisation de l’assistance active à mourir serait celle des limites, ou plutôt de la suppression des limites entre la vie et la mort, entre aider à vivre et aider à mourir. Certes, on peut imaginer des comités éthiques, des décisions collégiales, des formations au discernement pour permettre à ceux qui en seraient en charge de décider, ou non, d’aider activement une personne à mourir, c’est-à-dire de la tuer.

Tuer, voici un bien vilain mot. Mais n’est-il pas exact en l’occurrence ? Les mots sont des armes. Le débat ne s’est pas engagé sur l’aide active à mourir, alors que la question en est au cœur, mais sur la fin de vie. C’est plus gentil ! En charge du dossier, la ministre chargée des professions de santé, Agnès Firmin Le Bodo, a demandé à l’académicien Erik Orsena de construire un glossaire pour définir les mots de la fin de vie et peut-être pour les adapter à notre époque, nous faire accepter l’inacceptable. Mais sous les mots, la réalité a la vie dure. Elle est ce qu’elle est. Quand la limite entre la vie et la mort sera gommée, elle pourra être déplacée indéfiniment. L’assistance active à mourir est une ouverture à l’eugénisme que pratiquaient nombre de civilisations antiques (Spartes, Rome) ou néo-païennes (nazisme). A cet égard, elle marquerait un changement de civilisation. Une loi entrouvre la porte et le vent de l’opinion la pousse toujours plus loin. Le délai légal de l’IVG s’allonge ainsi (loi du 2 mars 2022). Demain on étendra le champ de l’euthanasie assistée quand il y aura trop de vieux.

Toute mort est un drame, une épreuve physique et métaphysique, plus tragique encore lorsque la souffrance est trop grande, que le malade exténué refuse, souvent à juste titre, l’acharnement thérapeutique, en vient à espérer la mort plus que la vie. Dans le for de leur conscience, les médecins et les familles ont toujours su prendre les décisions appropriées, et la justice ne les a jamais condamnés sinon quand ils n’agissaient pas dans le strict intérêt légitime du malade. En soumettant ces cas particulièrement délicats à des lois, générales par principe, et à des procédures, on ampute la conscience, on l’enrégimente, on la déshumanise. Ne faut-il pas laisser la part intime de chacun à l’abri des lois ?

Vous pouvez aussi aimer

8 commentaires

Johannes Baagøe 9 janvier 2023 - 5:30

Si vivre est un droit sans être un devoir, il me semble que le droit au suicide est une évidence pour tout libéral. Quant à l’assistance, il suffit de ne plus interdire de fournir les moyens, et de faire une exception à l’obligation d’assistance à personne en danger quand la personne indique clairement qu’elle ne veut pas être secourue.

Répondre
VEDUN 9 janvier 2023 - 8:53

Bonjour et meilleurs voeux,

« Consultation », « tirés au sort » c’est une blague n’est-ce pas ?

L’aide à la fin de vie est désormais actée depuis la campagne de vaccination forcée/rivotril.

Et merci encore d’avoir tenté de remédier à l’installation de la dictature commun aux contribuables associés.

Bien à vous

Répondre
Obeguyx 9 janvier 2023 - 10:20

Je suis 100 % de votre avis. La Suisse, que je connais bien, a instauré un système rigoureux et hyper contrôlé, qui fonctionne, je crois, assez bien. Pour les autres pays, je n’ai pas de référence. Mais pour ce qui concerne la France j’ai de nombreux doutes sur une règlementation surtout compte tenu de la quasi absence de rigueur dans notre pays à tous les niveaux. Et puis c’est de nouveau une privation de liberté d’une part et la porte ouverte à la suppression de masse d’autre part, car n’en doutons pas les voyous qui nous dirigent ne s’en priveront pas !!!

Répondre
Maellys93 9 janvier 2023 - 10:48

Le suicide n’est pas un délit en France.
En effet lorsque une personne « rate » son suicide, il n’est pas poursuivi par la Société.
Je ne comprends pas cette « avancée sociologique » alors qu’il y a déjà un corpus législatif avec les lois Léonetti pour ceux (et leurs familles) qui n’auraient pas anticipé ou regardé en face les affres de la fin de vie.

Il y a de toute évidence pour nos « élites » d’autres sujets de fonds plus importants à traiter ( mécanismes générateurs de pénuries, consommation débridée générant un gaspillage abyssal de nos ressources naturelles …).

Répondre
MAGNIN 9 janvier 2023 - 12:29

la volonté de vouloir à tout prix légiférer sur la fin de vie est une conséquence directe de la lâcheté des gens à affronter la mort. Quand la mort d’un proche est accompagnée par la famille notamment, elle devient moins douloureuse , parce que nous avons à ce moment le sentiment du devoir accompli, celui d’avoir montrer notre amour au défunt. Il s’en est donc aller l’esprit libre, apaisé. La mort n »est pas un drame, la solitude si. C’est vrai, notre société évolue, vers une société basée sur l’intérêt, et seulement sur l’intérêt. Peut-être un jour la science nous permettra de mettre au monde des enfants de 20 ans, formés, indépendants, et de les faire mourir à 65 ans , avant ou après en fonction de l’age de départ à la retraite

Répondre
Sibois 9 janvier 2023 - 1:03

Éviter l’acharnement thérapeutique lorsque le malade le demande et sa volonté de mettre fin à sa vie doivent être pris en compte dans un cadre strictement familial sans réglementation d’Etat.

Répondre
AlainD 9 janvier 2023 - 2:11

Sans prendre parti sur le choix du traitement réservé à la fin de vie, je trouve quelque peu anormal que la consultation porte sur un choix aléatoire (?) de 185 personnes. Il me semble que l’importance du sujet mériterait un débat plus large, voire national. Chaque parlementaire pourrait inviter ses administrés à se prononcer et pourquoi ne pas envisager un référendum ? Je n’apprécie guère les petits arrangements de Macron…

Répondre
Dupond 9 janvier 2023 - 4:09

Des femmes et des hommes tirés au sort entourés de personnages sans scrupule pourraient décider d’influencer par la loi de la poursuite de la vie ou non d’un être humain , c’est ignoble. Laissez le malade,sa famille et les soignants se concerter pour une telle décision pour éviter l’acharnement thérapeutique Le lancement d’une convention citoyenne en dit long sur l’état de la plus haute autorité du pays .

Répondre

Laissez un commentaire