Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Le 8 mai et la victoire de la détermination contre « l’apaisement » – Trump, Biden et le Wisconsin – Evacuation et arrestations sur les campus universitaires

Le 8 mai et la victoire de la détermination contre « l’apaisement » – Trump, Biden et le Wisconsin – Evacuation et arrestations sur les campus universitaires

par
488 vues

Huit mai

Le 79ème anniversaire de la capitulation sans conditions de l’Allemagne nazie, peu avant minuit heure de Berlin le 8 mai 1945, a été célébré dans la quasi-totalité des pays occidentaux, y compris en Allemagne où il peut être vécu de manière ambivalente, puisque libération de la barbarie nazie mais aussi défaite militaire totale et mise sous tutelle. En France, le seul pays avec la République tchèque et la Slovaquie, où cette fête est fériée, depuis 1981, le président de la République a ravivé la flamme du soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe à Paris après s’être incliné devant la statue du Général De Gaulle. La Russie la célébrera aussi, avec parade militaire et discours de Vladimir Poutine à la clé, ce jeudi, qui sera aussi le Jour de l’Europe à l’Ouest en souvenir du discours fondateur de Robert Schuman sur la construction européenne, le 9 mai 1950. La Victoire est aussi commémorée, sans être fériée, sous le nom de V Day au Royaume-Uni, dont il faut rappeler qu’il fut le seul pays à résister encore à Hitler après l’effondrement militaire français, entre juillet 1940 et l’entrée en guerre de l’URSS, à la suite de son invasion par l’Allemagne, en juin 1941, ainsi que des Etats-Unis, en décembre. Une résistance due, certes, à sa situation insulaire mais aussi au courage du peuple britannique et à la détermination du grand leader libéral/conservateur Winston Churchill face aux partisans de l’apaisement (« appeasement ») Chamberlin et Halifax…

Etats-Unis

Joe Biden s’est rendu mercredi dans le Wisconsin, un Etat de la région des Grands Lacs qui sera crucial pour la présidentielle de novembre, et où il tentera de tirer avantage d’un gros raté économique de son prédécesseur et adversaire Donald Trump. Le président américain devait annoncer un investissement de 3,3 milliards de dollars au total de Microsoft dans un nouveau centre de serveurs destinés à l’intelligence artificielle, qui devrait générer 2.300 emplois pour sa construction, puis 2.000 emplois permanents dans la ville de Racine. Là même où le magnat républicain avait promis la construction d’une usine géante du fabricant taïwanais de matériel informatique Foxconn. Le projet, qui devait créer 13.000 emplois et que Donald Trump avait qualifié de « huitième merveille du monde » lors de l’inauguration du site en 2018, ne s’est jamais concrétisé. Racine est un symbole « de l’engagement (de Joe Biden) à investir dans des endroits qui ont été négligés ou trahis par les décisions de la précédente administration », a indiqué la Maison Blanche. Joe Biden, longtemps distancié dans les sondages, semble avoir refait tout ou partie de son retard récemment et la présidentielle du 5 novembre se présente donc actuellement comme serrée.

Campus

L’évacuation de militants propalestiniens de l’université de la Sorbonne à Paris mardi soir a donné lieu au placement en garde à vue de 86 personnes, a indiqué le parquet de Paris mercredi. Le ministère public devait faire mercredi soir un nouveau bilan sur les poursuites qui seront enclenchées ou pas contre ces personnes, toutes majeures. Les infractions principales sont dégradations volontaires, participation à un groupement en vue de la préparation de violences, dégradation de biens, rébellion, intrusion dans l’enceinte d’un établissement d’enseignement scolaire. Plusieurs organisations politiques et syndicales, dont la France insoumise, Urgence Palestine, Solidaires ou l’Union étudiante, ont demandé la remise en liberté des militants interpellés et l’abandon des poursuites. Autre signe de fermeté devant ces manifestations qui, depuis trois semaines sur nombre de campus universitaires, sous prétexte de solidarité, au demeurant respectable, avec les Palestiniens, soutiennent souvent le Hamas, organisation terroriste, voire sont fortement teintées d’antisémitisme, les forces de l’ordre ont évacué tôt mercredi un campement propalestinien à l’université George Washington dans la capitale des Etats-Unis et ont procédé à plusieurs arrestations.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

2 commentaires

Sirius09 9 mai 2024 - 6:51

Vous dites « solidarité…au demeurant légitime ». C’est vite oublier que les palestiniens de Gaza soutiennent massivement le Hamas, organisation clairement terroriste, que l’action israélienne vient en réponse au massacre odieux d’octobre 2023, que cette enclave de Gaza n’a survécu jusqu’ici que grâce à la complaisance d’israël, que même les pays arabes ne veulent en aucun cas de ces fauteurs de troubles, illustré par le blocus du côté égyptien, etc, etc,…

Répondre
Colcombet 9 mai 2024 - 1:03

Yves
Trump est parti depuis 4 ans.
Un gros raté de Trump ? Merci de développer…
A l époque l économie était au top…

Répondre