Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Contrairement à ses voisins, la France ne prévoit pas de baisser sa dépense publique

Contrairement à ses voisins, la France ne prévoit pas de baisser sa dépense publique

par
266 vues

L’argent du contribuable continue de tomber du ciel en France. Nos voisins européens, eux, ont compris que le « quoi qu’il en coûte » doit cesser. La France n’a toujours pas envoyé à la Commission européenne son programme de redressement des comptes publics, appelé « programme de stabilité ». Il devait normalement être déposé, au plus tard, le… 30 avril. Et pour cause, la France est l’un des rares pays à ne pas agir pour redresser la situation de ses finances publiques.

Ainsi, François Ecalle, fondateur du site fipeco.fr et ancien magistrat de la Cour des comptes, a étudié pour le journal L’Opinion les trajectoires des finances publiques de l’Allemagne, de l’Italie, de l’Espagne, des Pays-Bas et de la Belgique. Si on les compare à celle de la France, le constat est édifiant. Les cinq pays examinés par M. Ecalle prévoient une réduction de leur taux de dépenses publiques en moyenne de 51,4% du PIB en 2021, à 49,2% en 2022, puis à 47,2% en 2025.  C’est l’Italie qui ferait le plus gros effort en passant de 54% à moins de 50% en trois ans. La France a un taux de dépenses publiques plus élevé que ses voisins (voir graphique ci-dessous). Elle semble en bonne position pour conserver son titre de championne d’Europe des dépenses publiques. A titre indicatif, pour atteindre la moyenne européenne, l’Etat français devrait diminuer ses dépenses de… 250 milliards d’euros !

Emmanuel Macron et son gouvernement continuent dans le clientélisme budgétaire en distribuant des chèques et des aides à tour de bras. Plus de dépenses, plus de déficit, plus de dette. Cette dernière va dépasser 3 000 milliards d’euros en 2023. La France fonce dans le mur. Il serait temps que le gouvernement ouvre les yeux et agisse afin de « dégraisser le mammouth ».

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

8 commentaires

Véron 4 juillet 2022 - 5:16

Les technocrates, qui se piquent d’être les gestionnaires dont le pays aurait besoin alors que la Politique serait inutile, ne savent que distribuer notre argent, pourtant inexistant. Ce n’est pas en augmentant le flux versé au tonneau sans fond que l’on améliorera l’efficacité des services publics, qui sont tous dégradés comme jamais. Une démagogie funeste tient lieu de politique, mais les assistés adorent. Réveil promis en septembre quand il va falloir couper les versements, la dette devenant insupportable notamment du fait de la hausse des taux et du retour de la BCE à plus de rigueur…

Répondre
Astérix 4 juillet 2022 - 7:37

RAPPEL
Quelques Suggestions de mesures destinées à remettre enfin la France sur le chemin de la prospérité
Inscription dans la constitution des mesures suivantes :
1- Privatisation de tout le secteur public à l’exception des fonctions régaliennes de l’état (Police, armée) ce qui permettrait de transférer, dans le secteur privé, 20 % environ des 7 millions de fonctionnaires actuels au maximum, chiffre largement suffisant et pouvant être revu à la baisse car une gestion rigoureuse doit s’imposer en priorité; le secteur privé pourra gérer ce transfert en fonction de vrais critères économiques de rentabilité, à l’inverse de l’état
2- Réduction et simplification massive du code du travail à quelques pages
3- Refonte de tous les codes avec suppression et simplification des textes
4- Liberté totale pour les chefs d’entreprises d’engager et de licencier du personnel
5- Suppression de toutes les subventions d’état versées aux Associations en tout genre
et à toutes les agences de l’état.
6- Suppression de toutes les subventions versées par l’état aux syndicats; ils ne devront compter que sur leurs seuls adhérents pour leurs cotisations
7- L’Assemblée Nationale et le sénat seront composés exclusivement de chefs d’entreprises ou d’anciens chefs d’entreprises, consultants en gestion, avec un système électoral à 100 % proportionnel. Tout fonctionnaire aura l’interdiction de se présenter.
8- Rétablissement de la souveraineté des états membres de l’union européenne et
annulation de la convention européenne des droits de l’homme (CEDH); suppression du
regroupement familial incluant le droit du sol, le droit d’asile, les allocations familiales
pour les étrangers ou la double nationalité.
Les mesures de solidarité à réserver aux nationaux; Expulsion de tous les délinquants
devenus Français et ceux étrangers, avec déchéance automatique de la nationalité.
Retrait de la France de l’union européenne; il faut simplement quitter cette Europe
inadaptée pour tous les Pays membres. Ainsi, il ne sera plus question de Schengen et
chaque Pays devra protéger ses frontières, ce qui n’empêchera pas ces dits Pays de
commercer entre eux. Il est évidemment impossible de gérer les frontières à travers
le dispositif Schengen qui est une passoire.
9- Suppression du mille-feuilles territorial afin de répondre ainsi efficacement aux besoins
de la population en réglant les problèmes directement et rapidement sur le terrain au plus
près des administrés; liberté pour les communes de se regrouper entre elles à la condition
de toujours privilégier l’économie de gestion et la baisse des impôts locaux, en liaison avec
le département en supprimant le
…/…
personnel inutile et en permettant des actions de proximité, contrairement aux régions, communautés de communes, dont les coûts de gestion sont hallucinants pour les contribuables et les délais d’exécutions inacceptables (usines à gaz et doublons).
10- Ouverture à la concurrence de l’assurance maladie et vieillesse ce qui permettra de
redonner du pouvoir d’achat aux entreprises et aux particuliers par le biais du secteur
privé
11- Suppression de toutes les normes et règlementions instaurées depuis 1981
12- Les nouvelles lois éventuelles importantes (à définir) devront être approuvées par le
biais d’un référendum avec obligation d’exécution et décidées par le peuple
13- Réduction de la TVA à 10% maximum afin que l’état soit contraint de gérer comme il
convient le Pays
14- Suppression des taxes sur le tabac, l’alcool; plafonnement à 20 % de la taxe sur les
produits pétroliers; suppression des multiples taxes et surtaxes sur le gaz, l’électricité.
(Pouvoir d’achat amélioré pour les contribuables)
15- Suppression totale des droits de succession et des taxes sur les plus values immobilières
et sur les cessions d’entreprises
16- Défiscalisation à 100 % pour les particuliers employant des aides à domicile ou pour les
garde d’enfants
17- Suppression du permis à points (la Suisse n’a pas de permis à points) et du pouvoir
Administratif. Seuls les tribunaux judiciaires pourront juger les fautes commises sur la
route, s’il y a lieu.
Suppression de l’actuelle sécurité routière sous l’égide de l’état, remplacée par une
instance privée et indépendante composée d’anciens pilotes et de spécialistes de
l’automobile. Rétablissement d’un barème d’indemnité kilométrique pour les
professionnels correspondant à l’amortissement réel des véhicules, ce qui n’est plus le
cas depuis des années.
A titre d’exemple, suppression de l’agence nationale des titres sécurisés (ANTS) en
remplacement des préfectures et des mairies qui est censée délivrer les permis de
conduire, les cartes grises, les cartes d’identité, les passeports, etc .. et dont l’activité est
complètement paralysée (conséquences très grave) pour cause de technocratie
(différents entre les services et incompétence !!!!!)
Refonte totale du système judiciaire afin de faire cesser le laxisme actuel et retrouver la
sécurité dans le Pays (application réelle des lois existantes)
18- Privatisation de l’ensemble du secteur hospitalier afin d’obtenir enfin une gestion saine;
suppression de toute la paperasserie inutile qui grève l’efficacité et le coût de l’hôpital
avec du personnel administratif en surnombre; priorité absolue aux personnels
soignants et médecins
…/…
19- Interdiction pour l’état de dépasser 30 % du P.I.B. en dépenses publiques. A défaut, le
gouvernement en place et le Président de la République seront démis de leur fonction,
dès la constatation des résultats, par une structure privée, indépendante et habilitée.
20- Concernant l’euro, cette monnaie a complètement détruit le système monétaire. La France,
comme les autres Pays concernés, doivent récupérer leurs monnaies initiales.
En effet pour être compétitif, les monnaies doivent pouvoir être dévaluées ou être
réévaluées uniquement en fonction de la qualité de gestion des Pays.
Si déficits et mauvaise gestion ce qui est le cas de la France, la dévaluation s’impose ce
qui s’avère impossible avec l’euro.
La France ne peut plus être compétitive avec l’euro. Lorsque vous avez, par exemple, une
différence de compétitivité de 20 % avec l’Allemagne, c’est le simple bon sens.
La France est paralysée au niveau de ses exportations.
Par ailleurs aucun des Pays d’Europe ne dispose des mêmes règles sociales et fiscales,
sans compter les différentes langues ! dès lors l’Europe actuelle est vouée à l’échec.
21- Suppression de la cour des comptes qui ne sert à rien puisqu’elle édite des
rapports intéressants mais immédiatement remisés dans les placards.
20- Rétablissement de l’état de droit et de la séparation des pouvoirs
RAPPEL :
(Sous le Président Pompidou les dépenses publiques étaient de 30 % du P.I.B., à ce jour elles sont à presque 70 % !!! demandez à n’importe quel économiste, la faillite de la France
est certaine puisque le secteur privé ne peut supporter, à lui seul, une telle charge.
Toujours sous le Président Pompidou, la France n’avait AUCUNE dette.
A ce jour:
– Dette : 2750 Milliards d’euros
– Engagements hors bilan de l’état : 5000 Milliards
– Déficit budgétaire : 200 Milliards d’euros par an
– Déficit commercial : 100 milliards par an
Le 25 Avril 2022
Et bien d’autres mesures encore …! Merci par avance de vos suggestions qui viendront en complément.
Rappel de la vraie définition du LIBÉRALISME :
« Doctrine économique qui défend la libre entreprise, la non intervention de l’État dans le secteur économique. »

Répondre
PhB 4 juillet 2022 - 3:44

Bonjour Astérix
Très bonnes propositions MAIS certaines appliquées à la lettre vont poser problèmes.
Vous voyez ça de HAUT comme nos politiques, mais sous un angle différent.
Juste un exemple CONCRET concernant deux associations de quartiers populaires où je suis bénévole.
Elles reçoivent chacune des subventions de la municipalité et du département.
Ces subventions représentent en gros 80% pour la première qui comporte une dizaine de personnes salariés temps/plein qui sont chargées du fonctionnement au quotidien de l’association qui gère une multitude d’activités sociales dans un quartier défavorisé ci-dessous des liens pour accéder à leur site.
https://www.pharedelill.org/
https://www.pharedelill.org/presentation-du-phare-de-lill-a-illkirch/
La seconde est une épicerie sociale qui n’a qu’une personne salarié travaillant à plein temps, chargée de l’organisation au quotidien, de faire l’interface avec les différentes entités, gérer les démarche administratives , aider les bénéficiaires.
Toutes les autres activités: recherche de la nourriture, distribution, etc….. est gérée par les bénévoles:
Ci-dessous des chiffres extraits du compte-rendu 2022 su l’activité en 2021
Pour 65 608€ de subventions reçues , 60 000 proviennent de la ville d’Illkirch et du département, le reste sont des dons de particuliers.
En 2021 avec l’explosion des cotisations URSSAF (pour la seule salariée) et la baisse des dons privés, l’augmentation du nombre des paniers repas distribués, le déficit se situe à 9 012€
Ci-dessous un lien pour faire un peu connaissance de l’association dont les bénéficiaires ne sont pas de simples assistés en se soumettant à un contrat de progrès (personnes en situation précaire; surendettement, etc…)
http://www.illkirch.eu/epicerie-solidaire-passage-illkirch/
Donc cher Astérix qui comme moi-même bénéficie d’une retraite décente, voir confortable, liée à nos efforts pour avoir travaillé longtemps mais aussi bénéficié d’une période économique favorable,
SI JE SUPPRIME les subventions versées par les acteurs de la société civile (ici municipalité et département),
COMMENT feriez vous pour faite TOURNER ces deux associations.
Les laisseriez-vous CREVER par accumulation d’un déficit abyssal?
Si le sujet vous intéresse et que vous me communiquez vos coordonnées personnelles, je pourrai vous transmettre des documents détaillés sur le fonctionnement de ces associations (à ne pas diffuser à l’extérieur)
Je n’émets de commentaires que sur ce point particulier des subventions d’associations, étant directement impliqué dans la vie de ces deux associations à Illkirch en Alsace.
Ayant pris la peine de me justifier
Merci de me fournir au moins votre avis.
PhB

Répondre
Astérix 5 juillet 2022 - 9:18

Bonjour PhB,
Non je ne vois pas cela de HAUT comme les politiques que je déteste ! J ai passé ma vie sur le terrain dans l’action permanente et je continue à exercer malgré mon âge. Tout le contraire de nos politiques qui passent leur temps à parler pour ne rien dire et lorsqu’ils prennent une décision, vous pouvez être certain qu’elle sera stupide et inadaptée aux besoins des français. Mais ces gens là décident, sans aucune concertation, d’écraser toujours davantage, les Français d’impôts de taxes, de prélèvements en tous genres !
Vous allez dans mon sens en citant l’explosion des cotisations ‘URSSAF. L’état n’a jamais su gérer et il est très facile de prélever au maximum l’argent des contribuables qui n’appartient pas à l’état et pour arriver à quel résultat.
Tout le Pays est en faillite et plus aucun secteur ne fonctionne !!??
A quel titre l’état pourrait décider seul de jouer avec les richesses créées uniquement par le secteur privé qui ne lui appartiennent pas ??? L’on marche sur la tête !??
Si l’on appliquait les mesures que je préconise la création de richesses retrouvée en France vous permettrait de ne plus avoir besoin des subventions de l’état, de la ville et du département pour vos associations car le secteur privé et les particuliers qui bénéficieraient, dans le cadre de mes propositions d’une défiscalisation intégrale pourraient vous aider directement.
Aujourd’hui, la dépense publique atteint 70 % du P.I.B. Il suffit juste de savoir compter.
Expliquez moi comment le secteur privé qui SEUL porte financièrement l’état à bout de bras peut supporter une telle charge alors que l’état lui vole sa création de richesses et ne lui laisse que 30 % !!?? sur 100 %
Sous le Président Pompidou, les dépenses publiques étaient de 30 % du P.I.B. et le privé pouvait conserver 70 % de la richesse créée. D’où les 30 glorieuses !
Bien à vous.

Répondre
PhB 6 juillet 2022 - 3:53

Merci Astérix pour réponse développée.
Quand Georges Pompidou a remplacé le général de Gaulle en 1969 (celui-ci ayant « laissé la place » suite au référendum l’ayant mis en défaut: méritant le plus grand respect, aucun politique ne l’a fat par la suite), j’avais 14 ans, n’étais pas intéressé par la politique mais écoutait les « grandes personnes » en parler.
C’était une période de grand « boum » technologique avec l’arrivée récente de la TV couleur en France.
Moi, passionné d’électronique, je construisais plein d’appareils en tout genre (radios, télécommande, ampli HIFI) en revendant une bonne partie aux « copains de classe » pour financer mon matériel.
La France était un pays industriel qui fabriquait même ses premiers semi-conducteurs (devenus les puces d’aujourd’hui) qui commençaient à remplacer les tubes à vide.
Le balbutiement de l’informatique, les premiers circuits intégrés étant réservés au militaires.
Puis en 1970-72 , ça s’est accéléré, les fabricants proposant des circuits bon marché permettant de remplacer un douzaine, voir plus, de transistors, dans un petit boitier de 8, 14 ou 16 pattes.
En même pas dix ans, j’ai vu mon domaine de prédilection littéralement « soumis à une sorte d’explosion technologique bénéfique ».
A l’époque, à partir de 1974-75 en dehors des occidentaux (Europe et USA), il n’ y avait que le Japon qui y faisait face et allait rapidement nous dépasser.
Puis la mondialisation a pointé son nez, la recherche de la main d’œuvre pas chère.
Les puissants du monde économique ont mis la main sur les politique dans cette seconde partie 1975-79 et ça a été le début de la décroissance, même si ça semble paradoxal.
Jusque dans les années 70, la Banque de France disposait d’un fond de garantie, sous forme de lingots d’or, entreposés dans toutes les banques françaises. Le montant total entreposé étant l’exacte représentation de l’argent en circulation. Pour les assurances, même chose, elles devaient avait un capital correspondant à 100% de l’ensemble des biens qu’elles assuraient.
Ceci permettait d’avoir une relative stabilité économique avec une inflation raisonnable qui fluctuait au gré des monnaies (nous en Alsace avions un porte-monnaie avec des Marks allemands pour nos achats de l’autre côté)
Puis ce principe a été aboli, la croissance a continué mais une partie de la population a commencé à s’appauvrir.
L’Etat a mis en place des mesures d’aide qui sont devenues des mesures d’assistanat.
Cette situation a commencé à « attirer » la misère du monde.
Le Français avec son esprit latin est un fraudeur dans l’âme.
Cette fraude s’est développée à tous les étages, en bas mais aussi tout en haut avec l’augmentation de l’évasion fiscale, le législateur ayant offert au contribuable des « ponts d’or ». La mondialisation a achevé la mise en place de cette évasion etc…
La misère et les problèmes sociaux, commençant à toucher la classe moyenne, l’Etat a multiplié les services administratifs, ponctionné les entreprises et particuliers « faisant de l’argent » etc…..
On en est au point d’aujourd’hui de non retour.
Les associations humanitaires se sont développées et multipliées …..
C’est ainsi que presque chaque quartier urbain possède une ou deux associations ayant pour vocation d’aider des personnes en difficulté, ayant eu des « accidents de la vie ».
Juste dans mon cas particulier, même en appliquant toutes vos mesures, je ne pense pas que le nombre de bénéficiaires de nos deux associations dans mon quartier, va se réduire drastiquement:
80% vit des minimas sociaux.
Le plus incongru est, que certains ont un travail à temps partiel mais n’arrivent pas à se loger dans un appartement! Récemment l’un d’eux a pu troquer sa petite camionnette (pourrie) contre un camping car d’occasion.
Alors en pratique, que fait-on aujourd’hui? on dissout ces associations?
Mon cher Astérix, nous deux, on a vraiment de la chance!
Bien à vous
PhB

Répondre
Laurent46 4 juillet 2022 - 8:13

Vous avez voté en toute connaissance pour que rien ne change bien au contraire le déficit se creuse l’Etat et surtout les collectivités locales continuent leurs dépenses pharaoniques comme si rien n’était et les prix flambent partout mais là aussi contrairement à tous nos voisins en France il n’y a que 5 d’inflation ! Continuez ainsi vous êtes sur la bonne voie et méritez ce qui va arriver.

Répondre
REMI 4 juillet 2022 - 8:38

Engagement pris par monsieur Macron dès 2017… engagement pris et prévu un jour…..
A définir selon la vitesse du vent dans les voiles…!

Un MACRON non crédible dans son univers qu’il a endormi….

Le général De Gaulle disait : LES FRANÇAIS SONT DES VEAUX…..
N’étant pas éleveur, je m’écarte du troupeau pour vivre ailleurs, sous les palmiers….

Quelle belle image pleine de vérités établies….!

Répondre
Obeguyx 4 juillet 2022 - 9:54

La France, qui n’est plus la « France », va droit dans le « mur ». Nous n’avons pas fini d’entendre des « lamentations ». Mais combien de « têtes » tomberont au moment du « jugement » ?

Répondre