Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Etats-Unis : et si l’avortement était allé trop loin ?

Etats-Unis : et si l’avortement était allé trop loin ?

par
98 vues

Aux Etats-Unis, après la décision de la Cour suprême rendant aux états le droit de légiférer, sur l’avortement, il semble que dix-sept états interdisent l’avortement ou souhaiteraient le faire, cinq le restreignent, neuf ne s’étaient pas encore décidés et vingt l’autorisent. Soit vingt-deux états qui profiteraient de la nouvelle décision de la Cour suprême pour revenir sur le droit à l’avortement, et neuf qui, probablement, y songent. La classe médiatique et politique s’affole depuis des semaines, les manifestations se multiplient et les femmes réaffirment sur tous les tons leur droit à “disposer de leur corps” – l’embryon est pourtant, par son ADN, un corps différent, mais passons.

Les féministes, pour sanctuariser ce droit, ont martelé des arguments en faveur de la liberté des femmes, de leur droit à disposer de leur corps – en en oubliant un autre –, sans omettre les exemples, souvent difficiles, de jeunes femmes violées, pauvres ou en situation délicate. Elles ont oublié que l’avortement n’est pas un “médicament” ou un geste anodin, et que beaucoup le savent. En 2018, un Américain sur deux seulement pensait que l’avortement devait être légal dans tous ou la plupart des cas, et 58% pensaient qu’il fallait “protéger les droits des enfants à naître”. N’allez cependant pas croire que tous ces gens pourchassent les femmes ayant eu recours à un avortement : les trois quarts des sondés pensent qu’elles doivent “recevoir soutien et compassion” et huit sur dix considèrent que “ce n’est pas à eux de les juger”. La décision de la Cour suprême, une fois la tension retombée, permettra peut-être aux Américains de créer des structures adaptées pour les femmes en difficulté, afin de protéger les enfants à naître sans juger leurs mères.

Vous pouvez aussi aimer

3 commentaires

Serge CIBOXER 4 juillet 2022 - 8:34

« Droit à l’avortement »: l’exemple type du problème particulièrement mal posé, dans toutes ses composantes, et donc, TRÈS mal résolu. L’espèce humaine, et le mâle en particulier, est une « erreur de l’Univers » ! Si les progrès technologiques accomplis sont prodigieux, il en va à l’inverse de  »l’intelligence » et de ce qui en est fait.

Répondre
Obeguyx 4 juillet 2022 - 9:50

Tout tout de suite. C’est le maître mot des « occidentaux ». On passe ensuite au rien tout de suite. Voilà où nous mènent nos sociétés dirigées par des abrutis !!!

Répondre
Christiane MASSERON 4 juillet 2022 - 7:41

On oublie trop souvent que la Loi Veil de 1975 n’était absolument pas un droit à l’avortement, mais seulement une dépénalisation de celui-ci.

Répondre

Laissez un commentaire