Accueil » Cérémonie des Césars : faute d’identité, la France verse dans le vulgaire

Cérémonie des Césars : faute d’identité, la France verse dans le vulgaire

par Adélaïde Motte

Vendredi 25 février, cérémonie des Césars. Rivières de diamants, carrés Hermès, fourrures et boutons de manchette. Une ambiance chic et feutrée dans laquelle entre « Marie s’infiltre », humoriste et youtubeuse, vêtue d’une longue robe rouge. Une fois sur scène, elle soulève ladite robe, hurle “Voici mon cul !” et déclame quelques vers finissant tous en cette syllabe follement subtile, créant ainsi ce qu’elle appelle la “tirade du cul”. Elle s’est justifiée ensuite, expliquant que la remise des Césars est trop guindée, que “ce n’est pas la France”. Sa prestation s’imposait donc.

C’est un peu court, jeune femme. On pouvait dire, oh, bien des choses jeune âme. Sur différents sujets, tenez. Les Césars sont coincés ? C’est probablement vrai. Face aux Oscars de l’Amérique, notre Europe ne fait pas le poids et… panique. Le spectacle, c’est un travail sérieux. C’est le fruit de nuits blanches et de cerveaux en feu. On songe on échafaude et puis on réfléchit, on supprime en une nuit le travail d’une vie. Le chemin de l’histoire est étroit et serré, et l’art est bien loin de le faciliter.

Vous souhaitez retrouver une France perdue ? Bien. Pour cela on se passera de votre c… Vous êtes l’héritière de Delon, d’Arletty. Des Frères Lumières, de Truffaut et de tant de génies. De tant d’artistes aussi qui ont su élever le verbe et le panache au-delà des nuées. Pour retrouver la France vous aviez bien des pistes. Epiques ou mélodieuses, joyeuses ou tristes. Mais pour retrouver la France, « Marie s’infiltre », il faut la connaître. La vivre, l’aimer du fond de votre être. Pour cela, sortez des Gay prides, de Metoo. Allez à l’opéra ou sur le Mont Ventoux. Pleurez avec Racine, riez avec Molière, et revenez après pour inventer des vers.

Revenez l’an prochain nous raconter la France, si vous pouvez éviter les sorties un peu rances dont les Français s’ennuient, las de voir où est tombé, si bas, leur pays.

 

You may also like

7 commentaires

JR 1 mars 2022 - 7:51

Bonjour, n’est-ce pas le triste résultat de la politique de dilution de notre identité, tant souhaitée par une élite éscrolo-gaucho-cancelo-wokiste autoproclamée ?
Macron en déclin à 80 km/h en tête du cortège funèbre de notre pays, en est le dernier artisan. Le déclin est bien en Marche par un rien, avec des riens, et touche à sa fin, ils nous donnent en pâture au reste du monde. Plus que 5 semaine à attendre. Pauvre France. Il est urgent de libérer notre pays de cette médiocrité outrancière, voire de cette traitrise. Charles au secours ! Merci. Bien à vous

Répondre
Bernard GUILHON 1 mars 2022 - 9:53

On montre son cul quand on ne peut montrer autre talent. Car il est la partie la plus talentueuse de sa pauvre personnalité absente.

Répondre
Obeguyx 1 mars 2022 - 10:36

C’est la farandole des bobos gauchos et des pseudos intellos. Ca me rappelle une paillarde, autrefois chantée dans les salles de garde tirée du « plaisir des dieux » : tout ça finit par s’ « ……………. » en couronne et vive la farandole !!!

Répondre
JR 1 mars 2022 - 6:24

Bonjour Obeguyx, j’ajoute systématiquement « éscrolo » à bobos-gaucho », puisque l’idéologie climatique religieuse permissive, mensongère et liberticide est le moteur ce mouvement de dégénéré. Merci. Bien à vous

Répondre
Verdun 1 mars 2022 - 2:12

Le modèle « occidental » en marche what else ?

Il faudrait instamment créer un haut comité de censure de l’audiovisuel sous l’égide du ministère de la culture.

Qui a dit qu’il n’y a pas de cul ture dans ce pays ?

Répondre
JR 1 mars 2022 - 3:02

Bonjour, d’un autre côté, le Président en déclin à 80 km/h et malus à 40 000 € a montré l’exemple à l’Elysée me semble t-il ? Donc, en toute logique, il n’est pas tout à fait anormal de voir la société et les « artistes » éscrolo-gaucho-cancelo-wokistes suivent son exemple. Merci. Bien à vous

Répondre
Astérix 6 mars 2022 - 10:39

En parfait accord avec JR et Obeguyx. Cette cérémonie est à la hauteur de la médiocrité de nos dirigeants.

Répondre

Laissez un commentaire