Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Pour éviter de nouveaux drames « Lola » : lutter contre l’insécurité 

Pour éviter de nouveaux drames « Lola » : lutter contre l’insécurité 

par
257 vues
L’effroyable martyre de Lola, perpétré par une Algérienne sans papiers, n’est que le côté immergé de l’iceberg de l’insécurité qui ne cesse de prospérer. En 2021, le ministère de l’Intérieur a recensé en France une hausse des homicides, une augmentation de 12% des coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus et de 33% des agressions sexuelles. La progression s’est amplifiée en 2022 avec de nettes hausses en mai 2022 : +28 % pour les vols violents sans arme, +21 % pour les vols avec arme et +15 % pour les violences sexuelles.

Bien entendu, l’immigration est pointée du doigt.

Les données du ministère de la Justice indiquent qu’au mois d’avril 2020, il y avait 65 000 détenus dans les prisons françaises, dont 23,5% d’étrangers (hommes ou femmes n’ayant pas la nationalité française), alors qu’on ne compte que 7% d’étrangers dans la population française. Il faudrait expulser tous les étrangers délinquants et/ou sans papiers, disent à juste titre de nombreux Français. Mais c’est plus compliqué qu’il n’y paraît parce que pour renvoyer un étranger dans son pays, encore faut-il que celui-ci accepte de le recevoir, ce qui est loin d’être toujours le cas. Bien sûr, on pourrait prendre des mesures de rétorsion à l’égard des pays qui s’y refusent, comme la suppression des visas d’entrée en France depuis ces pays ou des aides au développement à ceux, nombreux, qui en reçoivent de la France. Mais la France a un intérêt international évident à conserver des liens avec ces pays d’Afrique.

Sans renoncer à l’idée de renvoyer dans leur pays les étrangers coupables de crimes et délits, bien d’autres mesures peuvent être envisagées : suppression ou réduction de l’Aide médicale d’Etat, attribution de prestations sociales seulement après cinq ans de résidence en France, durcissement des conditions du regroupement familial et d’obtention de titre de séjour, suppression du droit du sol pour l’acquisition de la nationalité française, exigence d’une très bonne compréhension de la langue française et justification de revenus avant toute naturalisation, traitement rapide des dossiers des immigrants irréguliers et des reconduites aux frontières, encadrement strict des recours, augmentation du nombre de places de prison…

Des moyens supplémentaires

Au demeurant, les migrants sont des boucs émissaires faciles. Ils ne sont pas les seuls coupables de l’insécurité (76,4% des détenus sont Français)  qui doit être combattue en renforçant l’efficacité de la police. A cet effet, M. Darmanin a proposé de centraliser le pilotage des effectifs de police dans chaque département sous la houlette du préfet. Le personnel de la police judiciaire est vent debout contre cette réforme que le Directeur général de la police nationale, Fréderic Veaux, justifie en évoquant une baisse d’efficacité de la PJ : « Sur la période 2010-2019, les taux d’élucidation ont baissé de manière constante et significative : -12 points pour les violences non crapuleuses, -15 points pour les violences sexuelles, – 2 points pour les atteintes aux biens qui sont déjà faiblement élucidées, -16 points pour les infractions économiques et financières ». Mais cette réorganisation des services aurait pour conséquence de mettre la police judiciaire sous l’autorité du préfet, ce qui augure d’une confusion inquiétante entre les pouvoirs politique et judiciaire.

Les forces de sécurité intérieure et la justice manquent d’abord de moyens. Dans le projet de loi de finances pour 2023, 9,57 Md€ sont affectés à la justice et 15,77Md€ aux missions de sécurité. Au total et avec les crédits périphériques, la justice et la sécurité intérieure (notamment police et gendarmerie) représentent des dépenses de moins de 1,5% du PIB alors que les dépenses sociales publiques sont de l’ordre de 33% du PIB, le taux le plus élevé du monde. Non seulement nos dépenses publiques sont trop importantes (57,6% en 2022), mais les dépenses sociales y cannibalisent les dépenses régaliennes, notamment celles de sécurité.

Des aides excessives

Bien plus, l’importance des aides sociales en tous genres tue le travail et favorise tout à la fois l’immigration, la drogue et l’insécurité. La France est le pays de cocagne de ceux qui veulent y vivre d’aides publiques. Le nombre réel de personnes au chômage est très supérieur aux chiffres officiels (5.723.700   des catégories ABC fin 2021 selon Pôle Emploi), le nombre d’allocataires du RSA en juin 2022 atteignait 1,88 million, il y a plus de 800 000 bénéficiaires de pensions d’invalidité… Le meilleur moyen de remettre les gens au travail est sans doute de réduire sensiblement les aides accordées à ceux qui ne travaillent pas, ce qui est d’ailleurs l’ambition, encore timide, de la réforme en cours du chômage.

Remettre les gens au travail, c’est aussi le meilleur moyen de leur éviter le désœuvrement qui fait basculer dans la délinquance et dans la drogue. Une étude française a estimé que le nombre de personnes consommant du crack en France est passé de 10 000 en 2010 à 42 800 en 2019. Selon le rapport de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (EMCDDA) pour 2022, le taux de prévalence de la population française au cannabis est le plus important d’Europe, à 44,8 en 2017. Il faut donc aussi, bien sûr, consolider les équipes policières de lutte contre la drogue.

Au demeurant, nous ne réduirons pas l’insécurité, qui empêche les individus de bien vivre et un pays de prospérer, par une ou quelques mesures miracles. C’est l’environnement global qu’il faut faire évoluer pour réduire tout ce qui la favorise, en même temps que de la sanctionner sévèrement. Il faut en particulier rétablir un enseignement exigeant et une école responsable pour nos enfants, ce qui ne se fera sans doute pas sans favoriser la concurrence public/privé, notamment par l’attribution de bons scolaires et une plus grande liberté d’ouvrir des écoles privées. Pour y réussir, il faut aussi et peut-être d’abord que les Français le veuillent, qu’ils retissent le lien national pour le faire prévaloir sur la haine qu’instillent certains et sur l’indifférence que tant d’autres manifestent.

Vous pouvez aussi aimer

18 commentaires

Castel 24 octobre 2022 - 4:34

Article ô combien intéressant et structuré, mais de grâce, faites attention à votre orthographe!

Répondre
Charbonnier 24 octobre 2022 - 4:51

Bonjour,
(76,4% des détenus sont Français).. oui mais ils le sont par le droit du sol, je pense que dans ces 76,4% une majorité est d’origine africaine et surtout maghrébine.
Pauvre France !

Répondre
Obeguyx 24 octobre 2022 - 6:26

Nous avons dépassé le seuil de tolérance maximum concernant l’insécurité. Des « sections d’auto-défense » sont en train de se mettre en place partout en France, parfois avec l’aide des forces de l’ordre, afin de pallier à l’absence de l’Etat à tous les niveaux. J’aurais aimé que vous précisiez que dans les 76,4 % de détenus français, les 2/3 sont des français de première génération, vous savez, cette génération qui est une chance pour la France. Quant au trafic de drogue, il n’y a aucune illusion à se faire, tant que les moyens létaux ne seront pas employés et que la guerre ne sera pas ouvertement déclarée les trafiquants ont encore de belles années devant eux. Il est impératif d’arrêter de se moquer du monde. Nous ne sommes pas chez les bisounours !!!

Répondre
Serge CIBOXER 24 octobre 2022 - 7:16

Encore et à nouveau, ce mode de fonctionnement dominant, qui ne traite que des effets en occultant totalement les causes. Il n’y a aucune exception.
L’incapacité à savoir poser une problématique. C’est une valeur sûre pour faire partie d’une auto-proclamée « élite ».
Fuite en avant irresponsable démontrant l’inutilité ridicule des pseudos débats ou épanchements médiatiques divers des uns et des autres, et l’absurdité cultivée des acteurs.

Répondre
is voulu se reti 24 octobre 2022 - 9:15

« suppression ou réduction de l’AME, attribution de prestations sociales seulement après 5 ans de résidence en France, durcissement du regroupement familial et d’obtention de titre de séjour, suppression du droit du sol, très bonne compréhension du français et justification de revenus avant toute naturalisation, traitement rapide des dossiers des immigrants irréguliers et des reconduites aux frontières, encadrement strict des recours, augmentation du nombre de places de prison… »
C’était dans le Programme de la droite 2017 mais Fillon n’a jamais voulu se retirer, er aussi dans le programme V Pécresse (mauvais casting).
Tout le pognon part dans le social et pas grand chose dans le régalien (laïcité, police, justice, armée,…). C’est comme çà depuis Mitterrand, y compris avec Chirac et Sarko, ne pas oublier Jospin (5 ans), Hollande et Macron).
S’il y a plus de 23% des détenus sont des étrangers, une émission de M6 de 2016 (avec G. Fenech et un député/sénateur de gauche, tous 2 spécialistes en justice) étaient d’accord pour évaluer le nombre d’immigrés (étrangers compris) et de descendance immigrée à plus de 60%. Et plus de 60% également pour le nombre de musulmans ou soi-disant musulmans : estimation faites au nombre de repas hallal, aux tapis de prières, aux prières, aux tenues (pantalons coupés, barbes, …), à l’achat de corans, aux lectures,…

Répondre
Spaeth Jean Michel 24 octobre 2022 - 9:33

Je pense que le mot « émergée de l’iceberg » et non « immergée….. » serait plus approprié

Répondre
CANEPARO Bruno 24 octobre 2022 - 9:46

Deux remarques
Effectivement il n’y a pas que les étrangers qui commettent des crimes. Mais parmi les français qui commettent des crimes combien sont des français récents ou fils de français ancien immigrés.
J’ai entendu hier soir sur une chaîne d’information le commentaire d’un invité qui racontait que Sarkozy pour truquer les statistiques sur les délinquants avait demandé de naturaliser beaucoup plus d’étrangers. Je pense que cette pratique ne date pas de Sarkozy et ne s’est pas arrêtée avec lui.
Oui vous avez raison de nous alerter sur les dangers de cette modification de l’organisation de la police. Mais tant que la justice ne condamne pas plus sévèrement et à de la prison, tous les moyens supplémentaires donner à la police auront une efficacité réduite. Avons nous les moyens financiers de multiplier les effectifs de police alors qu’ils sont déjà anormalement élevés par rapport à tout nos voisins ?

Répondre
rouzet 24 octobre 2022 - 10:00

Le problème est un problème arabe, d’immigration d’arabe et si vous n’êtes pas assez lucide pour le voir de façon claire malheureusement c’est bien triste. habitez à côté d’arabe et vous verrez ce qui se passe les délinquants ne sont pas français ce sont des arabes qui ont des papiers français mais globalement 80 % des délinquants sont des Arabes et cette population est à renvoyer chez elle sans délai

Répondre
Picot 24 octobre 2022 - 10:52

C’est un problème politique et il n’y aucune volonté politique de la part de nos gouvernants de régler ce problème. Tout est là.

Répondre
Moulin 24 octobre 2022 - 11:48

Point 1 : la drogue n’est ce cancer que parce qu’il y a des clients qui payent.
Point 2 : l’anomalie en France est qu’on laisse les présents illégaux (1 million parait il) se promener dans la rue. Et les violents (plusieurs centaines de milliers?) ressortir libre du tribunal quand de temps en temps ils y passent . Le système des prisons à l’ancienne est devenu inadapté pour traiter les illégaux et les violents : il faut des camps suffisamment grands et nombreux avec encadrement militaire qui dissuadent un peu plus que la rigolade actuelle. Mais il y a probablement des puissants qui gagnent à cette présence quand même travailleuse et trafiqueuse ?

Répondre
Maellys93 24 octobre 2022 - 2:20

N’en déplaise à M. Delsol, L’IMMIGRATION est une CAUSE NOTOIRE de l’insécurité que nous subissons.
Certes ce n’est pas la seule cause mais elle ne peut pas être passé sous silence.
D’autre part l’aspect CIVILISATIONNEL ne peut pas être occulté car « nouveaux français » en puissance aspirent à vivre selon des modèles NON occidentaux.
Modèles, il faut le souligner, dont la vertu première n’est pas d’agir pour un monde plus HUMAIN.
En effet la peine de mort est souvent érigée en principe divin, le droit des femmes est généralement bafoué, les conflits se terminent généralement dans l’affrontement où le rapport de force est omni-présent.

Or en matière d’IMMIGRATION CIVILISATIONNELLE c’est le NOMBRE qui est déterminant.

Un parti « convenable » comme LR est en train de doter d’une nouvelle doctrine.
Que propose-t-il pour réduire les flux d’entrée en France ?
Que proposet-il pour alléger la surcharge d’un système pénitentiaire qui est en phase avancée d’asphyxie?

Avez vous trouvé que leurs candidats étaient clairs sur des sujets concrets?
Arrêt du regroupement familial? 
Oui/Non
Expulsion des délinquants étrangers non européens?
Oui/Non
Déchéance de la nationalité française des délinquants bi-nationaux non européens?
Oui/Non

Je perçois plutôt des personnes qui nous « gavent» de paroles et qui prennent des postures ambiguës.
C’est décourageant!

Répondre
rouzet 25 octobre 2022 - 10:04

Je précise mon propos j’ai eu l’occasion en me rendant au tribunal de grande instance de Toulouse de faire une découverte qui a une vérité statistique si on étudie de façon générale à savoir que les comparus en tribunal correctionnel donc les agresseurs étaient ce jour-là une vingtaine tous d’origine arabe par leur prénom et leur nom de famille et fait le plus surprenant tous les agressés donc les plaignants étaient français d’origine par leur prénom et leur nom de famille donc arrêtez de vous trouver des excuses en disant que les prisonniers en France sont à 76 % d’origine française c’est parfaitement faux ils sont à 80 ou 90 % arabe si vous en avez le temps vous pourriez collectionner les statistiques de quelques tribunaux puisque celle-ci sont malheureusement interdites en France cela vous donnerai l’occasion de découvrir cette vérité fondamentale qui est évidemment tue et cachée par les médias pour des intérêts politiciens.

Répondre
AlainD 26 octobre 2022 - 9:41

Ce serait revenir à une société humaine, sociale et non pas socialiste dont on a pu observer les renoncements, le laissez aller, la permissivité chère à l’avocat Badinter, la minimisation des délits et une justice faible avec les forts et forte avec les faibles. Il suffit de regarder avec quelles difficultés on réussit à expulser les squatters qui trouvent toujours un « bon avocat » qui use et abuse de recours pour retarder l’échéance pendant que des pauvres propriétaires non seulement n’encaissent plus leur loyer et doivent vivre dans un camping car, c’est franchement le monde à l’envers.
Pour ce qui est des pays qui refusent le retour de leurs ressortissants et ceux qui ont détruit leurs papiers d’identité, nous pourrions prendre exemple sur l’Australie qui a trouvé un moyen radical. Bien sûr les gauchistes de Mélenchon crieraient au charron mais tant pis, il faut savoir ce que l’on veut et pour ce qui est des prestations sociales que l Etat accorde généreusement avec l’argent de nos impôts, je suis bien d’accord qu’il faudrait y mettre bon ordre sans délai. Il n’est pas interdit de rêver en attendant que l’on cesse d’empiler des lois sans effet car à force de légiférer – quel que soit le domaine -surtout sans supprimer les doublons, peu de spécialistes s’y retrouvent dans le maquis des codes de toute sorte, sauf peut être les avocats finauds toujours prêts à défendre des causes injustes.

Répondre
STRABON 30 octobre 2022 - 5:12

Développement d’écoles privées oui mais la refondation de l’école publique doit être la priorité : exigeons de la qualité et de la qualité et encore de la qualité de l’enseignement et des enseignants. Personne ne devrait devenir enseignant après leur formation sans avoir travaillé au moins trois ans en entreprise.
L’école publique est ouverte à tous les enfants pauvres ou riches, ce n’est pas le cas de l’école privée.

Répondre
Patin 30 octobre 2022 - 7:33

Vous êtes encore à vous poser la question »comment faire « pour lutter contre l’immigration massive et l’insécurité galopante en France depuis les années 2000 !!!
Il aurait dû avoir en toute logique dans les gouvernements successifs de notre « pauvre France « une vision un peu plus sérieuse sur ce sujet; on préfère pointer du doigt le partie de Marine. Facile !!!
Agissez, vous ne voyez pas l’état du pays ??? Prenez exemple (par exemple )sur le Canada/Québec qui accueille uniquement suivant ses besoins
Bougez vous et sérieusement

Répondre
Obeguyx 30 octobre 2022 - 8:58

ALAIND : même les avocats ne s’y retrouvent plus. Ils s’instruisent au jour le jour. Pour tout dossier un peu complexe, simplement au civil, ils sont obligés de vous donner des délais importants afin de pouvoir fouiller dans les « bordelliques » différents codes que nous possédons comprenant tous des lois qui se contredisent sans cesse. Les avocats finauds ne sont généralement pas les plus compétents mais les plus audacieux ou « retors ».

Répondre
Astérix 1 novembre 2022 - 8:56

Nos dirigeants continueront à faire des promesses et il ne se passera rien ! Ils attendent que l’on ne parle plus de ce dossier pour endormir encore les français qui ne lèvent pas le petit doigt ?
Peuple décadent !

Répondre
maxens 1 novembre 2022 - 2:20

100% d’accord avec vous, des années que des lanceur d’alerte dénonce cette triste évolution de notre pays, couplé à une dette qui devient abyssale, mais rien n’y fait. A désespérer de voir un jour une lueur de prise de conscience chez nos dirigeants, pauvre France

Répondre

Laissez un commentaire