Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Le plan Écophyto: histoire d’une faillite programmée

Le plan Écophyto: histoire d’une faillite programmée

par
1 252 vues
Le plan Écophyto, destiné à réduire l’épandage de pesticides, est un échec complet. Il a été mis en oeuvre dans un contexte normatif défavorisant les agriculteurs français par rapport à leurs collègues européens

Au début du mois de février, à la suite des vagues de protestation des agriculteurs et du blocage de nombreuses voies de communication, le Gouvernement a annoncé la suspension du plan Écophyto qui visait à diminuer de moitié la consommation nationale de pesticides.

Au mois de juillet dernier, un rapport d’évaluation passé relativement inaperçu avait été publié par le ministère de l’Agriculture après être demeuré presque deux ans sous embargo. Il constatait notamment que le plan n’avait eu aucun impact sur le comportement des agriculteurs.

La paternité de ce plan revient au Grenelle de l’environnement, organisé en 2007 sous la mandature de Nicolas Sarkozy. L’objectif était de faire baisser de moitié l’utilisation de produits phytosanitaires dans l’agriculture à l’horizon 2018. Cet « Ecophyto 1 » n’ayant pas donné les résultats escomptés, un « Écophyto 2 » avait été lancé en 2014, suivi d’un « Écophyto 2 + » en 2017 et d’une stratégie « Écophyto 2030 » l’année dernière…

Une consommation de pesticides en hausse

Dominique Potier, député PS de Meurthe-et-Moselle, s’était très tôt intéressé à cette épineuse question et avait diligenté une commission d’enquête qui a remis un rapport fleuve en décembre 2023. Il constate que notre pays utilise des produits phytopharmaceutiques à raison de 3,44 kilogrammes par hectare de terre cultivée, ce qui est plutôt raisonnable en comparaison d’autres grandes puissances agricoles du vieux continent comme les Pays-Bas (10,82 kg/ha), l’Italie (6,11 kg/ha) ou même l’Allemagne (4,05 kg/ha).

En revanche, malgré les objectifs du plan, l’utilisation de pesticides, mesurée via l’indicateur Nodu[1] (nombre de doses-unités) n’a pas diminué et a même augmenté de 14 % entre la période 2009-2011 et la période 2018-2020.

À la fin du mois de février, le Premier ministre, Gabriel Attal, annonçait d’ailleurs l’abandon du Nodu et l’adoption du référentiel européen HRI1 qui tient mieux compte des efforts des agriculteurs pour choisir des produits moins toxiques pour l’environnement. Il s’agissait d’une vieille revendication de la FNSEA à qui le Gouvernement a voulu donner satisfaction mais qui sonne, en l’espèce, comme un aveu d’échec.

Un cadre légal parmi les plus restrictifs d’Europe, qui désavantage nos paysans

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, une véritable « révolution verte », d’abord en Occident puis dans le reste du monde, avait chassé la famine et déclenché l’essor de nombreux pays sous-développés, comme l’Inde.

Entre 1960 et 2016, la production de denrées agricoles d’origine végétale a été multipliée par 3,6, passant de 2 588 à 8 923 millions de tonnes. Entre 1945 et 1995, le rendement à l’hectare de la culture du blé en France a également progressé de 15 à 70 quintaux, permettant de sortir de la dépendance alimentaire qui avait conduit à la création de la politique agricole commune.

C’est ce mouvement de l’histoire que les sévères plans Ecophytos viennent remettre en cause, jetant au passage la compétitivité agricole tricolore aux orties.

Le sénateur Laurent Duplomb (LR) note, à ce titre, dans un autre rapport, que la réglementation entourant l’usage des produits phytosanitaires en France est la plus dure d’Europe, surtranspose les règles établies par Bruxelles et crée des distorsions de concurrence pour nos agriculteurs. Selon France Agrimer, le niveau d’exigence de la législation phytosanitaire nationale s’élève à 10 dans l’Hexagone, contre 8 en Allemagne, 6 aux Pays-Bas ou en Italie et 4 aux États-Unis ou au Chili. L’Union européenne autorise 458 substances phytopharmaceutiques contre seulement 309 en France, qui surtranspose donc les règles communes en la matière.

Il est normal que l’Etat se montre très vigilant au sujet de l’impact que peuvent avoir, sur la santé humaine, les produits épandus dans les cultures. Il convient néanmoins de garder une certaine  modération et de prendre en compte les conséquences économiques qu’un excès de règles, parfois variables selon les pays qui plus est, engendre pour les producteurs et les consommateurs. Le plan Écophyto, dans ce cadre, a été parfaitement inutile. Il eût sans doute mieux valu mettre l’accent sur la recherche de nouveaux produits en coopérant avec le marché (en l’espèce les majors du secteur), plutôt qu’en brisant sa rationalité. Le chiffre de 50 % de réduction, avancé par le plan, ressemble plus à un mantra qu’à une nécessité recueillant un consensus scientifique.


[1] Un indicateur assez complexe du ministère de l’Agriculture, établi en « rapportant la quantité vendue de chaque substance active à une dose unité, c’est-à-dire la dose maximale de cette substance active applicable lors d’un traitement moyen une année donnée ». Il mesure donc le nombre de traitements moyens appliqués par hectare tenant compte de la quantité de substances actives par doses de substance actives utilisée.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

5 commentaires

castan 3 avril 2024 - 7:28

A part s’augmenter substantiellement (sénateurs et députés) qu’à réussi cette mandature rien ou presque.

Répondre
Marc FAURE 3 avril 2024 - 9:43

Bonjour, le plan écophyto a été instruit dans un but uniquement politique. Il a permis à nos chers fonctionnaire du ministère de l’agriculture, les techniciens des chambres d’agriculture, les agents de la police de l’environnement et d’autres d’avoir l’impression de faire du « bon » travail ! Je ne connais pas un agriculteur qui utilise des produits de protection des plantes par plaisir ou pour rien. L’agriculteur doit se prémunir des attaques de maladies, d’insectes, de champignons du sol afin d’assurer une récolte satisfaisante pour notre économie. Je n’ai jamais vu un paysan laisser partir sa récolte sans se défendre avec des produits phytosanitaires homologués en France, même les agriculteurs bio en utilisent (bien que, ils ne disent pas toujours ce qu’ils emploient !). Que tous nos chers journaleux arrêtent de faire de l’agribashing !

Répondre
ORILOU 3 avril 2024 - 10:54

La surtransposition des normes par les fonctionnaires Français ne touche pas que l’agriculture. Est-il normal de permettre qu’ En même temps, des produits ne répondant pas aux normes Françaises soient importés et commercialisés chez nous ?
A force de marcher sur la tête, on perd la boule.

Répondre
Nicolas Lecaussin 3 avril 2024 - 11:40

Il faut supprimer les normes inutiles !

Répondre
Albatros 4 avril 2024 - 3:07

Nous n’avons pas fini de subir les conséquences de l’imbécile « Pacte écologique » signé avec le Crétin en Chef Nicolas Hulot, irresponsable devant les électeurs et quasiment porté au statut de Dieu vivant par tous les candidats à la présidentielle de 2007. Nous avons eu Sarkozy (la peste) et non pas Royal (le choléra) et cela a donné le Grenelle de Borloo l’alcoolo et le petit Canfin qui sévit désormais auprès de Macron et surtout qui préside la commission environnement du parlement européen.
Le désastre continue avec le suicidaire « Pacte Vert » qui comprend la politique « Farm to Fork » qui mérite le nom de « Farm to Famine » tellement il porte un projet de décroissance et de paupérisation généralisée. A croire que le duo Timmermans/Canfin travaille pour les USA, la Chine et la Russie unis contre les intérêts des populations européennes. La question est : imbéciles ou corrompus ?
Mettons dehors toute cette idéologie teintée d’écologisme collectiviste malthusien et nous commencerons à y voir un tout petit peu plus clair.
Courage !

Répondre