Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Non, la désindustrialisation de la France n’est pas une fatalité !

Non, la désindustrialisation de la France n’est pas une fatalité !

Jean-Philippe Delsol dans Entreprendre

par
836 vues

En 1974, l’industrie représentait environ 25 % des emplois et de la valeur ajoutée contre13,4 % du PIB et 10,5 % de l’emploi en 2018. Les secteurs les plus touchés ont été le textile, la métallurgie et autres industries manufacturières, tandis que les effectifs de l’industrie agro-alimentaire et pharmaceutique ont progressé. Le mouvement a été le même partout en Europe de l’Ouest, y compris l’Allemagne (- 5,4 points de part de PIB entre 1991 et 2018). Mais certains pays comme la Corée, le Japon et l’Allemagne ont subi une désindustrialisation moindre et moins rapide que la France, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, l’Italie, l’Espagne…

D’une manière générale, l’industrie régresse partout au profit des services qui, notamment au travers du numérique et de l’IA, sont de plus en plus associés à la production industrielle. Mais précisément, l’avenir appartiendra à ceux qui auront innové. Ni la croissance, ni le progrès technique qu’elle suppose ne tombent du ciel. Ils supposent des investissements importants que seuls des profits à due proportion rendent possibles. Il faudrait donc commencer en France par cesser de critiquer, et de vouloir contrôler les bénéfices des entreprises, dont elles ont besoin pour investir.

Recherche et innovation insuffisantes

Il faudrait ensuite que la R§D soit plus importante et que la formation des hommes l’accompagne. Comme le souligne une étude sur la compétitivité industrielle réalisée par l’IREF, l’Europe n’y investit pas suffisamment. Entre 2019 et 2022, la part américaine des investissements mondiaux est passée de 20 % à 30 %  – contre 50 % pour l’Asie et seulement 13 % pour l’Europe. Entre 2016 et 2022, l’Europe n’a capté que 7 % des investissements mondiaux dans le secteur des semi-conducteurs – contre 30 % aux US et 63 % en Asie. La France se gargarise de ses systèmes d’aide à la R§D mais en 2020, elle était dans la moyenne européenne de 458€ en dépenses des entreprises en R&D par habitant et par an, tandis qu’une douzaine de pays européens y investissaient beaucoup plus, à raison de plus de 1600€ en Suisse, près de 1200 en Suède et 1 000 € en Belgique par exemple.

La centralisation de la recherche universitaire nuit sans doute aussi à l’innovation française. La dépense de recherche intérieure allemande (DIRDE) atteint 3,1 % du PIB en 2019 (dont près de 2 % par le secteur privé), c’est-à-dire au-delà de l’objectif de Lisbonne fixé à 3 %, et largement au-dessus de celle de la France, qui s’établit à 2,2 %. La grande force de l’Allemagne est de créer des synergies entre recherche privée et recherche publique, facilitant le passage entre recherche et innovation.

Lire la suite

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

3 commentaires

JR 23 février 2023 - 10:20

Bonjour, la désindustrialisation de la France est voulue en souhaitée par la caste des écolos, caste écoterroriste extrêmement nuisible à tout ce qui peut encore bouger. Tout est fait pour que tout crève jusqu’à ce que cela soit subventionné. Notre état est devenu un état communiste. Rappelons que l’ingrédient indispensable au développement de l’industrie est l’accès à une énergie peu chère et abondante. Ce que les socialistes, puis les Macronistes associés avec les verdâtres décadents ont tout fait pour renchérir le prix des énergies, entre autre, en sabotant notre supériorité nucléaire. Pire, D. Voynet se vante de se massacre et de sa propre trahison. https://climatetverite.net/2022/12/12/dominique-voynet-raconte-comment-elle-a-saborde-le-nucleaire-francais-a-bruxelles/ Ajoutez à cela l’escroquerie climatique en bande organisée et vous constatez le déclin inéluctable de la France. A quand et par qui un réveil digne de ce nom ? Merci. Bien à vous

Répondre
Laurent46 24 février 2023 - 5:10

NON ce n’est pas une fatalité mais une résultante du pays le plus taxé au monde et parmi les plus endetté par habitant. Aloes faites une marche blanche devant les musées et Mairies des anciens industries, déposez y des nounours et des roses et aux prochaines élection votez surtout Macron ou un de ces imbécile heureux sortant de l’ENA ou de Sciences Po et vous aurez gagné le droit de faire un tour de plus autour des milliers de ronds points avant qu’ils y posent des radars, c’est encore gratuit, bien que cela vous coûte du pneumatique.

Répondre
Astérix 3 mars 2023 - 2:44

Mais enfin, comment voulez-vous que la France se réindustrialise avec 70 % du P.I.B. de dépenses publiques ?????

Répondre