Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > La chaise, l’UE et la Turquie d’Erdogan

La chaise, l’UE et la Turquie d’Erdogan

jeudi 8 avril 2021, par Jules Devie

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a reçu le président du Conseil européen Charles Michel et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. La rencontre fut d’abord marquée par un incident, puisque Mme von der Leyen n’avait pas sa place aux côtés de ses homologues, sans que l’on sache si cela était volontaire de la part du président turc. Il faut dire que les relations entre les deux blocs sont très tendues depuis quelques années, à l’image des tensions militaires en Méditerranée et des nombreuses tentatives d’ingérences turques en Europe.

Cependant, la Turquie reste un partenaire commercial important pour l’UE (le 6ème) et les dirigeants européens ont raison de soigner cette relation car le commerce est un puissant pacificateur. La rencontre du 7 avril entre l’UE et la Turquie doit permettre de relancer les négociations sur un accord douanier qui se fait attendre depuis 2016. Mais cela ne doit pas empêcher l’UE d’être intransigeante en matière de respect des droits de l’homme à l’égard d’Erdogan dont les agissements politiques sont inacceptables.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/La-chaise-l-UE-et-la-Turquie-d-Erdogan

Vos commentaires

  • Le 9 avril à 05:41, par Granboulan En réponse à : La chaise, l’UE et la Turquie d’Erdogan

    Rencontre pitoyable, Erdogan ayant manipulé l’Europe en montrant son mepris pour les femmes.
    Quant à Charles Michel nous devrions réclamer sa démission .

  • Le 9 avril à 05:59, par serge En réponse à : La chaise, l’UE et la Turquie d’Erdogan

    Le commerce un puissant spécificateur ? J’ai comme un doute. La mondialisation a transformé la planète en un grand super marché dans laquelle tous sont contre tous qui rappelle la fable de la fontaine l’âne et les trois voleurs. Il y a des conflits partout infra et extra nationaux. Le commerce c’est le royaume de la malversation. Le commerce n’est pas l’objectif de l’humanité, mais un moyen pour améliorer les conditions des humains.

  • Le 9 avril à 07:52, par Teisserenc En réponse à : La chaise, l’UE et la Turquie d’Erdogan

    Honte, honte à Michel, homme sans éducation qui reste assis alors qu’Ursula est debout.

  • Le 9 avril à 07:57, par alain Miton En réponse à : La chaise, l’UE et la Turquie d’Erdogan

    Une chose n’est pas claire.
    Quel est l’interêt d’envoyer une femme négocier avec Erdogan quand on connaît l’attitude de ce dernier vis à vis des femmes.
    Il ne peut s’agir que d’une provocation...
    Il vaudrait sans doute mieux refuser les negotiations !
    Où veut-on en venir ?
    Alain MITON

  • Le 9 avril à 09:01, par B.Hannecart En réponse à : La chaise, l’UE et la Turquie d’Erdogan

    La gaffe de la Turquie ne vaut pas la muflerie du fils Michel. C’est un cas de paille et de poutre.

  • Le 9 avril à 11:07, par LE DOEUFF En réponse à : La chaise, l’UE et la Turquie d’Erdogan

    La chaise devait restée vide, et ce couard de Charles Michel devait aller chercher Mme Von Der Leyen pour se positionner, tous les deux, debout et devant cette chaise.
    Ceci aurait montré à M. Erdogan et au reste du monde la fermeté de l’Europe face à ce pouvoir dictatorial qui ne dit pas son nom.
    Au lieu de cela, l’Europe fait preuve de mollesse, et de lâcheté comme d’habitude.
    Tout ceci me faisant penser à Daladier et Chamberlain revenant de Munich en 1938 pour nous annoncer à leur descente d’avion, l’un au Bourget et l’autre à Londres, une paix négociée durablement.
    La suite nous ayant prouvée que ce n’était qu’un compromis lâche et dilatoire.
    De plus, cette Europe à deux têtes dirigée à la fois par un Président du conseil et par une Présidente de la commission entraine une guerre intestine et improductive, et M. Michel a trouvé là de quoi prendre un peu plus de pouvoir pour son égo.
    C’est lamentable !

  • Le 11 avril à 09:45, par devillers roland.h. En réponse à : La chaise, l’UE et la Turquie d’Erdogan

    Bonjour,à tous et toutes, ceci ne reflète que mon opinion,ce Mr Charles Michel c’est conduit comme un poltron de première vis à vis de ce criminel d’ Etat qu’est ce Mr Erdogan aucune envergure ni dimension
    politique,et les excuses invoquer par Mr Charles Michel ne sont que les erreurs de beaucoup de politiciens comme quoi les échanges commerciaux sont de prétendu pacificateurs ???
    alors qu’il est avérer que cela n’à permis qu’à des criminels d’ Etat de s’enrichir honteusement sur le dos de leurs populations respectifs ,voir Mr Poutine,Mr Erdogan,et tant d’autres
    bien à vous et merci de partager ????
    signé devillers.r.h.

  • Le 11 avril à 18:45, par Carruzzo Jean-Baptist En réponse à : La chaise, l’UE et la Turquie d’Erd

    Monsieur Michel aurait dû se lever pour laisser son fauteuil à Madame von der Leyen, déjà pour le respect dû aux Dames, et encore pour donner une leçon à ce goujat de Erdogan

  • Le 11 avril à 18:54, par Carruzzo Jean-Baptist En réponse à : La chaise, l’UE et la Turquie d’Erdogan

    Monsieur Charles Michel aurait dû céleri son fauteuil à Madame Ursula von der Leyen en homme bien élevé qui respecte les femmes.

    Cela aurait peut-être déplu à ce goujat de Erdogan, il ne mérite aucun respect.

    Et peut-être l’UE en serait ressortie grandie.
    Jean-Baptiste Carruzzo ( CH )

  • Le 11 avril à 18:58, par Carruzzo Jean-Baptist En réponse à : La chaise, l’UE et la Turquie d’Erdogan

    Monsieur Charles Michel aurait dû céleri son fauteuil à Madame Ursula von der Leyen en homme bien élevé qui respecte les femmes.

    Cela aurait peut-être déplu à ce goujat de Erdogan, il ne mérite aucun respect.

    Et peut-être l’UE en serait ressortie grandie.
    Jean-Baptiste Carruzzo ( CH )

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière