Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5367

par ,

La politique suit l’argent - le sort de la BCE

L’histoire contient de nombreux exemples de ce qui se passe lorsque les politiciens prennent le contrôle de la monnaie. Peu d’entre eux finissent bien.

De manière peu convaincante, les chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne ont choisi une nouvelle équipe dirigeante au niveau de l’Union. La nomination la plus puissante n’a probablement pas été celle du nouveau président de la Commission européenne, mais celle du candidat à la tête de la Banque centrale européenne, le gardien de la monnaie unique.

Depuis que l’argent a été inventé, les gouvernements ont essayé de le contrôler. Cela signifie que l’humanité a une longue histoire de dévaluations monétaires, qui se produisent chaque fois que les autorités au pouvoir voient une occasion facile de financer leurs objectifs politiques ou bureaucratiques.

Facteur de stabilisation

La teneur en or et en argent de l’espèce était généralement un facteur stabilisateur, bien que nous ayons vu son abaissement même à l’époque romaine, par le mélange de cuivre. Cette pratique a eu un effet inflationniste. La seule grande exception fut aux XVIe et XVIIe siècles, lorsque l’Empire espagnol découvrit une telle abondance d’or et d’argent dans les Amériques que son offre excédentaire gonfla les prix. Depuis, toutefois, la production d’or est demeurée assez stable.

Dans le cas de la monnaie fiduciaire, le facteur stabilisateur est la banque centrale émettrice, qui doit trouver un équilibre entre la préservation de la valeur de la monnaie et la fourniture d’une monnaie suffisante pour assurer la liquidité économique. L’argent Fiat est une monnaie qui n’est pas garantie par des garanties sous-jacentes, comme les métaux précieux, mais par la confiance que les gens accordent à l’institution émettrice. Aujourd’hui, pour la majeure partie de l’Europe, cette institution est la BCE, dont la mission première est de préserver la valeur de l’euro.

L’accomplissement du mandat de la BCE de maintenir la stabilité du pouvoir d’achat de l’euro nécessite une gestion prudente de la part de banquiers chevronnés et une totale indépendance vis-à-vis de la politique. Une bonne référence historique est la Bundesbank allemande, qui a garanti pendant des décennies la stabilité de ce qui était alors la monnaie la plus fiable du continent : le Deutsche Mark. Aujourd’hui, ces principes sont encore suivis dans une certaine mesure par la Banque nationale suisse.

Besoin de discipline

Une politique monétaire saine, au fond, dépend de la limitation du désir constant et inhérent des gouvernements de trop dépenser, en utilisant la dette pour financer des politiques opportunes et une administration surdimensionnée.

Lorsque l’euro a été introduit pour la première fois et que la BCE a été créée à la fin des années 1990, on avait des raisons de croire que la nouvelle institution assurerait la stabilité monétaire, comme la Bundesbank allemande l’avait fait auparavant. Les critères dits de Maastricht ont défini les règles applicables aux membres participants de la zone monétaire, établissant des limites strictes en matière de déficit et de dette. Une clause de non renflouement sage interdisait aux pays membres d’assumer la dette d’autres pays.

L’assouplissement quantitatif est devenu une politique purement fiscale pour permettre des dépenses suicidaires excessives.

Ces dispositions du traité de Maastricht ont été établies pour faire respecter la discipline budgétaire, qui est essentielle pour parvenir à une croissance économique durable et à une cohésion sociale à long terme dans un espace monétaire multinational. Les règles du traité relatives à la BCE ordonnaient à sa direction d’assumer seule la responsabilité de la stabilité de la monnaie tout en interdisant à la banque de s’engager dans une politique budgétaire. Étant donné que la BCE était une institution partagée par 11 (aujourd’hui 19) pays distincts, il y avait l’espoir qu’elle pourrait se tenir à l’écart des enchevêtrements politiques.
La réalité a été différente. Les critères de Maastricht ont souvent été ignorés. Une fois que la crise financière eut frappé suivie par la crise de la dette souveraine de l’Europe en 2009-2011, le recours à des taux d’intérêt nuls ou négatifs par les responsables de la politique monétaire a gravement affecté la valeur de l’épargne et créé des bulles et une inflation des actifs.

L’assouplissement quantitatif sans fin, un programme d’achat d’obligations de la BCE axé principalement sur la dette publique des pays membres, a parfois été déguisé en un programme visant à stabiliser le secteur bancaire. En fait, la politique monétaire est devenue une politique purement fiscale dont l’effet a été de permettre et même d’encourager les pays membres de l’UE à continuer à faire des dépenses suicidaires.

La monnaie et le renard

Ce que les pays membres de la zone euro ont fait maintenant marque une nouvelle étape dans ce processus, qui finira par débaucher la monnaie. Christine Lagarde, nommée à la présidence de la BCE, est directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) et ancienne ministre française des Finances. En d’autres termes, c’est une politicienne de sang.
Avec la nouvelle direction de la BCE, il est probable que les gouvernements européens ont mis en place un facilitateur volontaire.

Dans l’exercice de ses fonctions publiques, Mme Lagarde s’est montrée extrêmement favorable à l’idée de dépenser beaucoup d’argent à bon marché pour combler le déficit, tout en exprimant peu d’inquiétude quant à la valeur de l’épargne. Cela la place carrément dans le camp de la politique à court terme. Peut-être pour se prémunir contre ce bilan, il a été décidé d’installer Philip Lane, gouverneur de la Banque centrale d’Irlande, à ses côtés en tant qu’économiste en chef de la BCE. Pourtant, le passage de M. Lane à la Banque centrale irlandaise n’est pas rassurant, puisqu’il a également exprimé l’opinion que les gouvernements devraient dépenser plus, et non moins.

Il n’y a aucune raison de remettre en cause les qualifications générales de Christine Lagarde. C’est une politicienne expérimentée et accomplie. Charger un politicien de protéger la valeur de la monnaie fera à peu près autant de bien que de faire surveiller vos poules par un renard plutôt que par un chien. À en juger par les avis passés de Philip Lane, il y a peu d’espoir qu’il veillera au respect des règles de base de la BCE, lui non plus.

Avec la nouvelle gestion de la BCE, il est probable que les gouvernements européens ont mis en place un catalyseur volontaire de dépenses excessives.
Malgré tout, des miracles peuvent se produire. C’est le meilleur espoir d’un euro stable.

Cet article a été publié en version anglaise sur le site du GIS.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Christine Lagarde, risques et périls d’une politique keynésienne à la tête de la BCE !

Ecologisme, socialisme, étatisme, marxisme, nationalisme
ou les gagnants des élections européennes


Éloge de la mondialisation

Colloque "L’Europe : quel avenir pour nos libertés ?"



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

Erreur de Jugement

le 17 juillet, 02:34 par Gerard

Mme LAGARDE n'est pas une pure Politicienne. Elle n'a pas fait de campagne électorale ni été élue. Par contre, elle a été avocate spécialisée dans les affaires de grandes sociétés privées au sein d'un des meilleurs cabinets américain au monde et a su s'élever à son plus haut niveau de direction. Après un ministère des finances et la direction de l'IMF, elle est bien plus qualifiée à la tete de la BCE que n'importe quel banquier ou économiste professionnel.

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies