IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5839



Trump, le « président des riches » qui a enrichi les minorités, les pauvres et les classes moyennes
Les baisses d’impôts et les suppressions de réglementations plus efficaces que la redistribution

Les données que vient de publier le Census Bureau, organisme statistique américain, sont absolument impressionnantes. Fin 2019, le revenu médian des ménages a augmenté de 4.379 dollars pour atteindre 68.700 dollars, en hausse de 6.8 % par rapport à l’année 2018. Après inflation, ces revenus ont atteint leur plus haut niveau depuis 1967. Cette augmentation du revenu médian est presque 50 % plus élevée que celle durant la présidence d’Obama et elle a profité surtout aux minorités. Grâce à la politique économique de Trump, plus de 4 millions de personnes sont sorties de la pauvreté qui chute à son niveau de 1959 principalement pour les Noirs dont le taux de pauvreté n’a jamais été aussi bas.

Le taux de pauvreté est tombé à son niveau de 1959 et la pauvreté infantile a baissé deux fois plus que sous Obama

De même, le taux de pauvreté des Américains a baissé de 1.3 points par rapport à l’année 2018, tombant à 10.5 %, ce qui n’était jamais arrivé depuis 1959, année où l’on a commencé à le mesurer. Environ 4.2 millions de personnes sont sortis de la pauvreté entre 2018 et 2019. Le taux de pauvreté des Noirs a diminué (par rapport à 2018) de 2 points de pourcentage, celui des Asiatiques de 2,8 points et celui des Hispaniques de 1,8 points. Le taux de pauvreté des Noirs (18.8 %) et celui des Hispaniques (15.7 %) sont au niveau le plus bas jamais connu. Tandis que la pauvreté infantile a connu, elle aussi, une baisse deux fois plus importante que durant les années Obama.
Encore plus impressionnant : la part du cinquième quintile, c’est-à-dire celui qui comprend les ménages les plus pauvres, a diminué à 9.1 % en 2019 alors qu’elle représentait 10.4 % des ménages en 2016 et 11.2 % en 2010. Et ce sont les trois minorités, hispanique, asiatique et noire, qui en profitent surtout, plus que les Blancs. Entre 2018 et 2019, le revenu médian des ménages hispaniques a augmenté de 7.1 %, celui des Asiatiques 10.6 %, celui des Noirs de 7.9 % et enfin, celui des Blancs, de 5.7 %. En fait, durant les trois premières années du mandat de Trump, le taux de pauvreté des minorités a baissé plus que celui des Blancs et le revenu médian des minorités noires, hispanique et asiatiques a augmenté plus que le revenu médian des ménages blancs ! Ceux du quintile le plus pauvre ont donc pu plus facilement accéder au quintile supérieur. Les données montrent que la part des ménages américaines avec des revenus entre 75.000 dollars et 200.000 dollars est passée de 34.4 % en 2016 à 36.1 % en 2019 (elle était de 32.8 % en 2010).

En trois ans, sous Trump, le salaire médian des Noirs a augmenté plus qu’en huit ans sous Obama

A noter aussi ces statistiques ignorées par la plupart des médias. Fin 2019, avant la crise du Covid, le taux de chômage des Noirs était à 5.4 %, un score jamais atteint depuis les années 1970. Sous Obama, il n’a jamais fait mieux que 7.5 %. Durant les trois premières années de la présidence Trump, le salaire hebdomadaire médian de la minorité noire a augmenté de 19 % contre seulement 11% durant les deux mandats d’Obama, huit ans ! Trump, président raciste ? Et toujours selon les données qui viennent de sortir, la rémunération médiane des femmes a augmenté de7.8 % en une année contre 2.5 % pour les hommes.
Ces succès économiques et sociaux s’expliquent, non par un renforcement de la redistribution et une augmentation des aides sociales, mais par les baisses d’impôts et la suppression des réglementations. La politique économique et fiscale lancée par Trump en novembre 2017 sous le nom de « Tax Cuts and Jobs Act », une promesse de campagne, aura changé l’économie américaine. Elle a donné un véritable bol d’air, et aux ménages et aux entreprises avec de nombreuses mesures audacieuses, que les Américains attendaient. Par exemple la baisse de la taxe sur les bénéfices des entreprises (de 35 % à 21 %) et la suppression de plusieurs autres, comme la taxe minimum de 20 % sur les bénéfices effectifs.

Sur les quatre derniers mois, l’économie a créé plus d’emplois nets qu’entre 2009 et 2012

Cette réforme, c’était aussi une véritable remise à plat de l’impôt sur le revenu afin de le rendre plus simple et plus lisible. Autre fait remarquable : depuis 2017, pour chaque réglementation adoptée, l’administration Trump en a supprimé 22 en moyenne ! Mieux encore : depuis le début de la pandémie, plus de 600 mesures de déréglementation ont été prises, la plupart concernant le secteur de la santé, afin d’accélérer la recherche sur les nouveaux traitements, faciliter les tests et la mise sur le marché de produits innovants.
La crise du Covid a cassé la dynamique de l’économie américaine. Mais les données de début septembre montrent qu’elle est en train de reprendre son souffle très rapidement. En août, 1,4 million d’emplois ont été créés, tandis que le taux de chômage a reculé de 1,8 point de pourcentage pour s’établir à 8,4%. Depuis mai, en seulement quatre mois, ce sont plus de 10,5 millions d’emplois privés qui ont été créés, soit environ la moitié de ceux qui avaient été perdus durant la récession. Après la crise de 2008-2009 il aura fallu trois ans pour enregistrer de tels progrès, et le taux de chômage était encore de 8,1% en août 2012 !
Difficile de dire si, malgré ces performances, Trump sera réélu en novembre. Il l’aurait très probablement été, s’il n’y avait pas eu la pandémie. Mais quel que soit le résultat des élections, ses exploits économiques et sociaux ont été indéniables et, pour certains, pratiquement sans précédent. On lui avait collé l’étiquette à peine élu en 2016 : Donald Trump, milliardaire dans l’immobilier, allait forcément être le « président des riches ». Les faits révèlent que ses mesures, les baisses d’impôts et de taxes et les suppressions des réglementations, ont bien profité aux classes moyennes, aux minorités et aux pauvres.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Brésil, Bolsonaro et COVID : le virus de la désinformation frappe encore
Aymeric Belaud,

Brésil, Bolsonaro et COVID : le virus de la désinformation frappe encore

La discrimination positive favorise le racisme antiraciste
Jean-Philippe Delsol,

La discrimination positive favorise le racisme antiraciste


ANTIFA ou la terreur léniniste anticapitaliste
Nicolas Lecaussin,

ANTIFA ou la terreur léniniste anticapitaliste

Antiracisme : le prétexte de la gauche radicale
Jean-Philippe Delsol,

Antiracisme : le prétexte de la gauche radicale



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (4)

Un vrai Président !

le 21 septembre, 07:00 par Laurent46

Mais hélas ce sont avant tout les gauchos Français, et dieu sait qu'ils sont nombreux y compris dans les médias qui vomissent à longueur de journée sur TRUMP alors qu'il n'est pas leur Président et que ce ne sont pas eux qui votent pour le compte des USA ! La merde IN France qui continue à donner des leçons au monde entier. C'est un vrai Président pour son pays.

21 septembre, 09:30 - Astérix

En plein accord, mais souvenons-nous, idem pour l'excellent Président Reagan critiqué et moqué parce qu'il était un acteur de cinéma...!?alors qu'il a très bien géré les USA en son temps.
Les français socialos dans l'âme préfèrent continuer à élire des crétins de technocrates (pléonasme) qui ruinent le Pays en écrasant les entreprises et les particuliers d'impôts, de charges, de taxes en tout genre, de prélèvements hallucinants (champion du monde)..! alors qu'il suffirait de baisser la dépense publique à 30 % au lieu de 64 %. comme dans plusieurs Pays. Mais pour cela il faut du courage...!? et du bon sens..!?
Le français est indécrottable car il ne comprend rien à l'économie et à la gestion. Il se plaint bêtement sans comprendre qu'il est à la base même de l'effondrement de son propre niveau vie et de notre faillite généralisée.
Il ne comprend pas que des industriels ferment une usine non rentable.
Il ne comprend pas que la majorité des PME/PMI/TPE vont faire faillite en raison d'une fiscalité débile.
Il ne comprend pas que le coût de plus de 7 millions de fonctionnaires est insupportable pour le secteur privé.
Il ne comprend pas que la nation ne puisse supporter les milliards qui partent dans la fraude sociale.
Il ne comprend pas qu'il faut impérativement stopper l'immigration et reconduire à la frontière sur le champ et dans un premier temps environ 8500 fanatiques fichés.
Il ne comprend pas que l'état c'est lui....!
Il ne comprend pas que 1 + 1 ne font pas 1000 car il n'a aucune notion de la gestion d'un état et pense que les dettes ne se remboursent pas.
Il se tient une remorque de bêtise qui ne passerait pas la place de l'étoile, au même niveau que nos gouvernants.
Comment, dans ces conditions, la France pourrait-elle s'en sortir ???

21 septembre, 10:25 - AlainD

Les industriels ferment les usines non rentables après avoir - quand même - pris tout ce qu'il était possible de prendre et en oubliant certaines promesses comme les politiques.

21 septembre, 15:07 - Régis Faguelin

Ce que vous semblez oublier, c'est que le peuple français ne pourra comprendre tout ce que vous avez énuméré avec une certaine justesse, qu'à partir du moment où son "élite" à la base :
> aura réellement le sens du service à ses concitoyens,
> ne recherchera plus la corruption comme moyen légitime de fonctionner,
> se conduira en êtres humains bienveillants et justes et non plus comme des politiciens concurrents prêts à tout pour manipuler l'opinion avec l'aide de l'ingénierie et de la psychologie sociales,
> ne sera plus cet ensemble de prédateurs et de pilleurs du bien public au service des intérêts privés de leurs copains ou de leurs propres intérêts personnels.
> et j'en oublie certainement.

Malheureusement, je pense qu'on en est pas au début du commencement.

Et c'est Trump qu'ils font passer pour un psychopathe.

Cordialement.

- Répondre -

Le Président Macron ne va quand même pas imiter Trump ?

le 21 septembre, 08:46 par Jean Michel THUREAU

Les deux causes principales de pauvreté et d'exclusion dans un pays sont une taxation excessive et une réglementation excessive de l'activité.

Une suggestion aux gouvernants français : réduire les taxes et déréglementer. S'il vous plait !

Nos chances d'être entendus sont faibles par ce que Trump est un débile et la bureaucratie française un trésor que la Terre entière nous envie.

Merci la propagande et les idées reçues !

- Répondre -

Président des pauvres ??

le 21 septembre, 10:22 par AlainD

Avez-vous l'intention de nous faire croire qu'il serait socialiste ? Lui qui ne cesse de vilipender les démocrates...Je ne serai pas de ceux qui l'encenseront.
Cela dit nos technocrates feraient bien de modifier leurs méthodes qui consistent à créer toujours plus de taxes.C'est vrai qu'ils faut les payer cher.

# Re : Président des pauvres ??

21 septembre, 10:27 - Nicolas Lecaussin

Justement, il n’est pas socialiste ! C’est pour ça que ça marche !
Cdt,
NL

- Répondre -

Dérèglementations

le 21 septembre, 12:50 par BobC

Bonjour
est-il possible d'avoir la source de 2 chiffres :
> depuis 2017, pour chaque réglementation adoptée, l’administration Trump en a supprimé 22 en moyenne
> depuis le début de la pandémie, plus de 600 mesures de déréglementation ont été prises
Merci

# Re : Dérèglementations

21 septembre, 13:07 - Nicolas Lecaussin

Bonjour, il y a d’abord l’Executive Order 13771 (du 30 janvier 2017), ensuite le site du Brookings Institution https://www.brookings.edu/interacti ..., puis la FDA concernant surtout la période du Covid.
Cordialement,
NL

22 septembre, 11:15 - BobC

Merci

- Répondre -

 css js



FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies