IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5911



Pandémie et confinement : et si les politiques se trompaient de stratégie ?
Quand Emmanuel Macron gonfle les chiffres

Que les politiques n’aient pas cru à une nouvelle vague, c’est une chose ; qu’ils n’aient pas été préparés, comme le président Macron en France qui annonce seulement 1 000 lits supplémentaires en réanimation, c’en est une autre, beaucoup plus grave. Qu’ont fait nos décideurs pendant ces mois ?

Lors de son discours du 28 octobre, Emmanuel Macron a affirmé : “Hier, 527 de nos compatriotes sont décédées du COVID-19. Hier, nous avons dénombré près de 3000 personnes en réanimation, soit plus de la moitié des capacités nationale”. Examinons cela de près : en ce qui concerne les Ehpad, le nombre des décès est généralement annoncé tous les 4 à 7 jours, sans règle plus précise. Le 23 octobre, il était de 11 126 ; le 27 octobre, de 11 361, soit 235 de plus. Ce 27 octobre, les chiffres officiels étaient de 288 morts à l’hôpital et 235 en Ehpad. Ce qui veut dire que le chiffre donné par Macron -527 morts – ne correspond pas au un seul jour du 27 octobre, mais à cinq jours. Exagérer le nombre de morts causés par le virus, cela peut provoquer de la panique au sein de la population. Mais cela justifie aussi les mesures prises : d’abord le couvre-feu, ensuite le confinement.

Combien de médias français ont-ils mentionné la Déclaration de Great Barrington ?

Combien de Français en ont-ils pris connaissance ? Plus de 11 500 scientifiques et 33 000 médecins du monde entier ont signé le 4 octobre dernier cette déclaration dans laquelle ils affirment que le confinement n’est pas la bonne solution pour se débarrasser du virus (on l’a bien remarqué) et que l’enfermement de la population pourrait causer des dégâts encore plus graves que le virus. Les signataires proposent une « protection ciblée des personnes les plus fragiles ».
Dans une interview accordée au Wall Street Journal, les co-auteurs (avec Sunetra Gupta, professeur d’épidémiologie à Oxford) de cette déclaration, Martin Kuldorff, médecin et économiste, et Jay Bhattacharya, biostatisticien et épidémiologiste respectivement à Stanford et Harvard, expliquent leur initiative et répondent aux critiques et attaques qu’ils subissent depuis des semaines. Car la campagne médiatique a été systématique contre eux. Même Google a censuré le texte de la déclaration dans les jours qui ont suivi sa publication. Ce qui choque le plus les signataires, c’est la politisation de la pandémie. Si vous êtes pour le confinement, cela signifie que vous êtes de gauche, « progressiste » mais si vous contestez les fermetures, vous êtes forcément un « trumpiste ». Il faudra un enquêteur hors pair pour prouver que les 11 500 scientifiques qui ont signé cette déclaration sont des admirateurs du président américain…

Les conséquences du confinement pourraient être très graves pour la planète

Leur grande crainte est la situation actuelle dans le monde à cause du confinement. Plus de 130 millions de personnes sont menacées par la famine, les enfants et les jeunes seront, pour eux, les principales victimes à cause des risques psychologiques. Le Dr Bhattacharya s’inquiète également de la suspension des programmes de lutte contre la tuberculose en Inde et des programmes d’éradication du paludisme ailleurs. Les efforts anti-Covid sèment les graines d’autres épidémies : « La coqueluche reviendra. La poliomyélite reviendra en raison de l’arrêt des campagnes de vaccination. Toutes ces maladies dans lesquelles nous avons fait des progrès substantiels commenceront à réapparaître. »
Ces mesures provoquent aussi d’énormes inégalités entre ceux qui ont la possibilité de travailler chez eux, gardant peu ou prou le même niveau de vie, et ceux qui perdent tout simplement leur emploi. Les enseignants peuvent donner des cours en ligne, les ouvriers n’ont pas d’autre moyen que d’aller sur leur lieu de travail.
Pour les auteurs de la déclaration, le remède passe par une action à moyen terme, une « immunité collective » en attendant le vaccin qui ne saurait tarder. Et s’ils avaient raison ?

Partager cet article :

Autres lectures ...

Brésil, Bolsonaro et COVID : le virus de la désinformation frappe encore
Aymeric Belaud,

Brésil, Bolsonaro et COVID : le virus de la désinformation frappe encore

La discrimination positive favorise le racisme antiraciste
Jean-Philippe Delsol,

La discrimination positive favorise le racisme antiraciste


Antiracisme : le prétexte de la gauche radicale
Jean-Philippe Delsol,

Antiracisme : le prétexte de la gauche radicale

StopCovid : quelle efficacité ? Quel coût pour les libertés individuelles ?
Sébastien Chapotard,

StopCovid : quelle efficacité ? Quel coût pour les libertés individuelles ?



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (6)

On ne se refait pas...!

le 4 novembre, 07:24 par Ainera

Depuis 2017, Macron a révélé sa personnalité et plus de 44 mois d’exercice du pouvoir permettent d’apprécier de manière cristalline que cet individu ment sans vergogne !
Comment imaginer une minute qu’il en serait autrement pour cette crise sanitaire ?

- Répondre -

Vaccin

le 4 novembre, 10:05 par Maréchal

Il ne faut pas fonder trop d'espoir sur le vaccin. La pandémie actuelle est causée par une mutation du virus apparue l'été dernier. Eu égard aux délais de conception et de fabrication des vaccins, nous serons toujours à la traine de ce virus, s'il continue de muter au même rythme.

4 novembre, 20:43 - theano

D'autant que le vaccin contre le SIDA, ça fait 30 ans qu'ils le cherchent. Nous ne sommes pas sortis de l'auberge.

- Répondre -

coup d'état

le 4 novembre, 10:47 par Benoit

Il y a tellement de mensonges, c'est plus la peine d'écouter pour le cas ou il aura un peu de vérité.
Nous avons eu une méchante grippe, comme en jan 2017, et depuis début mai il n'y a plus rien. Le sarscov2 a muté vers un variant soit très contagieux mais tout a fait bénin.
Je suis pas totalement d'accord avec la déclaration.
C'est néfaste de penser vivre dans un monde sans microbes.
Nous allons tous mourir, il faut vivre pleinement.
Quant au 'coup d'état' ça concerne le monde occidental.

- Répondre -

Mensonge...quand tu nous tiens !!!

le 4 novembre, 16:31 par Le Breton

On ne ment jamais tant qu’avant les élections(2022...c’est demain), pendant la guerre( ne l’a t’il pas dit lors du premier confinement) et après la chasse.
Clémenceau

- Répondre -

chiffres truqués

le 5 novembre, 01:17 par jean29

oui les chiffres des morts du fait de covid sont manipules et c'est le même processus tous les mardis car d'un seul coup on additionne des morts journaliers dans les hopitaux avec les morts de la semaine dans les ephad . les merdias annonçaient mardi 3 novembre 480 morts pour la journée et ce sera comme cela chaque semaine ! une honte !
Par ailleurs de nombreuses personnes sont mortes d'une autre cause que le covid , mais sont declarées comme mortes suite au Covid , encore un amalgame !

- Répondre -

Corona tsoin tsoin

le 9 novembre, 12:12 par François Martin

"Kim Jong-deux dirigeant suprême du Corona du Nord, Président du Parti des Travailleurs, a décrété une mobilisation originale contre la pandémie :

NE PAS LA COMBATTRE MAIS L’UTILISER.

Tout part de la constatation que le virus est bénin pour tous les citoyens-travailleurs utiles et n’est létal que pour les ennemis-du-peuple-des-travailleurs-et-de-l’État à savoir vieillards, malades, obèses et autres parasites coûteux.

À l’inverse du CONFINEMENT AUTORITAIRE décidé par tous les dictateurs du Monde, le génial Kim a proclamé l’OUVERTURE DEMOCRATIQUE UNIVERSELLE.

Les asiles de vieillards et les hôpitaux ont distribué des pâtes, du riz et du papier toilette à la population. Les vieillards et les malades ont été invités à assister aux rencontres sportives par les clubs de supporters. Tous les spectacles ont été maintenus. Les porteurs du virus ont reçu des titres gratuits pour utiliser les transports en commun. Ils ont été réquisitionnés pour assurer l’accueil dans tous les lieux publics. Les respirateurs, masques et nivaquine ont été vendus aux dictatures étrangères.

Les résultats ont été spectaculaires :

70% de la population ont été infectés, le pic de l’épidémie a été atteint en douze jours. L’économie a continué de tourner à plein et au total le nombre de morts s’est monté à 0,7% de la population. Les projections statistiques montrent qu’au Corona du Nord, le nombre de morts de l’année ne sera pas supérieur à celui des autres années. En prime, le budget de l’État sera en excédent.

Comme le dit Bruno Lepaire, surdiplômé à faible QI, ministre français du n’importe quoi : c’est à vous dégoûter de la dictature."

- Répondre -

 css js



FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies