Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5562

par ,

Les cadres ne seront pas gagnants à la réforme des retraites

Pour dissimuler le fait que leurs revendications en matière de retraite visaient essentiellement à préserver les privilèges des fonctionnaires et autres régimes spéciaux, les syndicats grévistes ont battu le pavé en conspuant les fonds de pension et les cadres qui allaient profiter de la réforme. Leur raisonnement est que le plafond de cotisation étant abaissé d’environ 320 000€ (8 fois le plafond de SS) à environ 120 000€, les cadres supérieurs seraient dispensés de cotisation sur la partie supérieure de leur salaire et pourraient cotiser auprès de fonds de pension pour s’enrichir aux dépens des autres salariés.

Les choses sont plus compliquées. Dans le nouveau régime, les cadres supérieurs vont cesser de cotiser au-delà du montant susvisé de 120 000€ alors que le régime des retraites continuera pendant sans doute environ 40 ans à payer, de manière dégressive, les pensions des retraités qui avaient cotisé selon l’ancien régime. Il est encore heureux que le régime de retraite, qui dépend déjà du budget de la sécurité sociale, assume ses engagements qui ne sont que la contrepartie des cotisations versées, mais bien entendu cet engagement va coûter très cher au nouveau régime de retraite. Ce coût est estimé par l’AGIC-ARRCO à environ 4 milliards par an en 2025 et à 5 milliards en 2040, avec une moyenne de 4,8 milliards par an. Soit, en cumulé sur ces quinze années, quelque 72 milliards de pertes représentant un montant à peu près égal aux réserves de l’AGIRC-ARCCO. Ce qui d’ailleurs servirait de prétexte à la captation de ces réserves par le nouveau régime, sans pour autant la justifier. Car ces "réserves" sont comptablement des provisions constituées en vue de faire face à d’éventuelles futures moins-values ou insuffisances de cotisations, et, payées par tous les cotisants, elles n’ont pas été constituées pour être affectées au seul service des 1% de cadres aux revenus les plus élevés. On peut d’ailleurs se demander si ce détournement ne sera pas remis en cause par les tribunaux.

Les nouveaux entrants dans le nouveau régime ne paieraient plus de cotisations au-delà de 120 000€, mais ils auraient des retraites moindres, réduites à due concurrence. Au surplus ils seraient astreints au-delà de ce plafond de 120 000€ à une cotisation de 2,8% de leur rémunération, sans plafond, qui serait de fait un nouvel impôt puisqu’elle ne serait corrélée à aucune prestation.

Certes, les titulaires de ces revenus supérieurs pourraient ainsi cotiser à des fonds de pension ou investir dans divers placements pour se constituer eux-mêmes leur propre retraite, ce qui est incontestablement un avantage tant l’avenir du nouveau régime de retraite tout entier fondé sur la répartition reste incertain. Mais pour procéder à ces investissements, ils ne disposeraient, sauf nouvelle négociation avec leur employeur, que de l’économie de leur part salariale, diminuée de leur contribution au titre de l’impôt/cotisation susvisé de 2,8%. En effet sur les 28% environ payés au titre des cotisations déplafonnées des cadres, ceux-ci n’en supportent que 40% environ, le solde étant payé par l’employeur qui en sera donc exonéré. Les cadres ne retrouveront donc que la disponibilité de moins de 10% de leur rémunération pour investir en vue de leur retraite et non 28% comme certains le laissent entendre. Seuls les employeurs y gagneront, sauf pour eux à reverser à leurs cadres des montants équivalents à ce qu’ils versaient jusqu’à présent par suite de négociations à venir et aujourd’hui hypothétiques.

Au demeurant, cette polémique est relativement cocasse – ou triste- et souligne l’incohérence de cette gauche acariâtre rivée obsessionnellement aux vertus de la répartition comme à la beauté d’un mirage. Ceux qui refusent de voir les dangers inéluctables de la répartition, eu égard à l’allongement de l’espérance de vie et à la réduction proportionnelle de la vie active, sont les mêmes qui jalousent ceux qui ont accès à la capitalisation. Piketty ne cesse de critiquer les détenteurs du grand capital qui peuvent faire des placements inconsidérés desquels ils sont certains de retirer un rendement annuel supérieur à 5% quand il n’est pas de 10%, mais il refuse que les régimes de retraite profitent de tels avantages et veut imposer aux salariés ordinaires la « répartition » pour gouverner leurs retraites alors qu’au travers de caisses de capitalisation ils pourraient placer sur le long terme leurs fonds à des taux équivalents à ceux des grands capitalistes ! (Cf. Piketty, Le capital au XXIème siècle, Seuil, 2011, pp.784/785).
Ecrit avec la collaboration de Thierry Benne

Partager cet article :

Autres lectures ...

Réforme des retraites :
Probablement du plomb dans l’aile !

Réforme des retraites et boule de cristal :
Comment fixer la valeur d’une pension sans connaître du tout la valeur du point ?


Le chantier de la réforme des retraites : vers un nouveau Flamanville ?
UN PILOTAGE MAL CONDUIT

Réforme des retraites : le triangle du doute



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

Les cadres et la réforme des retraites

le 21 janvier, 17:16 par Lemercier

Ce régime est inclassable et surtout nuisible. Il est vrai qu'il a libéralisé le marché du travail, réformé l’assurance chômage et pris quelques mesures qui peuvent paraître bénéfiques à l'investissement (hors le secteur immobilier qui lui est stigmatisé pour punir les ignobles Ténardiers). Mais tout ceci relève de l'affichage. A coté de ces effets d'annonce, quid de l'alourdissement, j'allais dire de l'aggravation tous azimuts de la réglementation qui frappe tant l'entreprise que le particulier.S'y ajoutent les contraintes et prélèvements inspirés par les "talibans verts". L'Etat "macronien" est toujours plus intrusif aux dépends de la liberté individuelle et contractuelle. Le corollaire, c'est bien sûr une avalanche de taxes et de prélèvements qui s'apparente à de la spoliation.
Cette réforme, si elle voit le jour, va coûter une fortune au pays sans régler le problème de fond. Déjà 11 traitements spécifiques (policiers, gendarmes, pompiers, routiers etc...) En d'autres termes, les régimes spéciaux que l'on sort à grand bruit par la porte reviennent par la fenêtre !!!.
Et que dire en effet, comme le souligne l'article, des professions ou institutions correctement gérées (les caisses de cadres notamment, les avocats..) dont les réserves vont être pillées par l'Etat. Un véritable gâchis.

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies