IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5888



Covid, couvre-feu, hôpital, étatisme :
ils n’ont toujours rien compris !

On pensait que la terrible crise provoquée par la pandémie au mois de mars avait enfin appris à nos politiques l’humilité et la lucidité. Que, face à l’impréparation et à la désorganisation d’un Etat obèse et impuissant, ils avaient compris que les solutions se trouvaient ailleurs, dans le secteur privé et concurrentiel qui, lui, avait continué à fonctionner normalement. Malgré le confinement, c’est grâce aux entreprises privées du secteur alimentaire et des communications que la vie s’est maintenue vaille que vaille et qu’on a pu même travailler à distance. L’Etat a failli au printemps, c’est un constat qui paraissait plutôt partagé par de nombreux analystes et plusieurs politiques.
Nous déresponsabiliser, les politiques savent faire. Comprendre que cela nous exaspère à juste titre, c’est au-delà de leurs capacités cognitives, Ils ne sont pas formatés pour comprendre qu’ils n’ont rien compris, et cela risque de nous coûter très cher.

On réforme rien, on ne change rien !

Mais non. Comme si de rien n’était, on ne réforme rien, on ne change rien. Dans le secteur hospitalier, on accorde des primes mais on ne change pas un système qui, contrairement à ce qui est souvent dit, dispose d’un budget plus élevé que tous les autres pays européens. On ne touche pas à la bureaucratie ou aux 35 heures, principaux coupables des dysfonctionnements. Aucune leçon n’a été tirée de la manière dont l’Allemagne s’en est sortie, par comparaison à la France !
Pire encore, les politiques deviennent de plus en plus « protecteurs ». Ils savent tout et s’occupent de tout. A notre place. L’intervention télévisée d’Emmanuel Macron le 14 octobre dernier est symptomatique. Comme d’habitude (une tradition « monarchique » française), il s’invite au journal de 20 heures. Les « journalistes » face à lui ne sont que des ramasseurs de balles. Il dit qu’on doit aérer nos logements (!) et décrète le couvre-feu, sans aucun débat, ni avec le Parlement, ni avec les spécialistes. D’ailleurs, pourquoi n’a-t-il pas créé une Assemblée ou un Grand Débat sur ce sujet ? Très inquiétantes, ces paroles sur les libertés individuelles qui sont passées comme une lettre à la poste : « On s’était habitués à être une société d’individus libres. Mais nous sommes une nation de citoyens solidaires. » Non, nous sommes et nous seront toujours une société d’individus libres. Ce n’est pas à l’Etat de décider à notre place et la solidarité ne se décrète pas. C’est la responsabilité qu’il faut encourager.

Macron aurait du lire
(et combien de médias en ont parlé en France ?) La Déclaration de Great Barrington

Plus de 10 500 scientifiques et plus de 29000 médecins ont signé ce texte dans lequel ils déclarent : « Inquiets des impacts physiques et mentaux causés par les politiques actuelles contre le COVID-19 [et] nous recommandons une approche alternative que nous appelons Protection focalisée (Focused Protection). » Ils plaident pour plus de lucidité, pour une vie normale, contre le confinement ou des mesures excessivement restrictives : « Conserver ces mesures en attendant qu’un vaccin soit disponible causera des dégâts irréparables. Les couches sociales les moins favorisées seront les plus touchées.
Heureusement, notre compréhension du virus s’améliore. Nous savons que la vulnérabilité à la mort par le COVID-19 est plus de mille fois plus haute parmi les personnes âgées et atteints de certaines maladies que chez les jeunes. En effet, pour les enfants, le COVID-19 est moins dangereux que bien d’autres maux, y compris la grippe. »

Il faut protéger les plus vulnérables mais la vie doit continuer normalement. Pourquoi instaurer un couvre-feu à 21 heures qui ne sera de toute façon pas respecté, alors que l’on se bousculera le lendemain dans le métro, les bus, les tramways ? A quoi sert de sonner la fin des repas au restaurant à 21 heures, s’il remplace celui qu’on aurait pu prendre au même endroit deux heures plus tard ou si le déjeuner du lendemain peut durer toute l’après-midi ?

Nous déresponsabiliser, les politiques savent faire. Comprendre que cela nous exaspère à juste titre, c’est au-delà de leurs capacités cognitives, Ils ne sont pas formatés pour comprendre qu’ils n’ont rien compris, et cela risque de nous coûter très cher.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Pierre Moscovici voit de l’austérité là où l’argent public est dépensé sans compter
Nicolas Lecaussin,

Pierre Moscovici voit de l’austérité là où l’argent public est dépensé sans compter

Gestion publique de l'épidémie : ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas
Pierre Bentata,

Gestion publique de l'épidémie : ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas


Fermetures de Renault Sandouville et Amazon :
Bertrand Nouel,

Fermetures de Renault Sandouville et Amazon :

le scandale, ce sont la loi et la justice

Les (très) inquiétants démocrates américains
Nicolas Lecaussin,

Les (très) inquiétants démocrates américains



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (3)

1984 en Marche

le 20 octobre, 08:48 par Pascal DRAY

Depuis le début de la crise sanitaire liée au Coronavirus il n'y a pas un jour sans que les gouvernements du monde entier tentent de nous imposer la société de surveillance.

Ce n'est pas des GAFAM qu'il faut se méfier et dont les gouvernements du monde entier pointent les défauts liés aux données.

Car si vous ne souhaitez pas dépendre de ces GAFAM vous pouvez basculer dans le monde de l'open source et n'avoir sur vos outils électroniques que des logiciels et applications sécurisées et protéger vos données.

En revanche avec des technologies comme la 5G la société de surveillance voulue par les gouvernements du monde entier se mettra en place. Car la monnaie disparaîtra et toutes les opérations de votre quotidien seront surveillées et traquées afin d'utiliser vos données dans une optique de surveillance comme dans la distopie 1984. Le BIG BROTHER étatique vous surveillera en permanence.

Car la 5G est belle et bien l'entrée dans l'ère du tout numérique. La prochaine étape sera la mise en place de puces électroniques de nano-composants connectés, dans votre corps sous prétexte de vaccination puis le contrôle à distance de votre vie.

Pour l'économie ce sera l'outil rêvé des planificateurs. N'oubliez pas la Chine a déjà commencé à utiliser le numérique pour mettre en place la vraie société totalitaire. En Chine il existe déjà un grand nombre de technologies dédiées à la surveillance généralisée.

Depuis toujours le rêve de tout gouvernement est de contrôler et de manipuler les humains à titre expérimental. Ne vous y trompez pas l'utilisation des technologies par les gouvernements est la porte ouverte à la fin du monde libre. Car pour vivre libre vous devrez fuir le monde tel qu'il sera mis en place par ces gouvernements.

La gestion de la pandémie et maintenant la 5G font partie d'un plan de contrôle des êtres humains du monde entier. Si vous avez vu des films comme Matrix, 1984, Minority Report et autres fictions de ce genre alors vous comprendrez qu'il est temps de vous réveiller et de vous rebeller contre toutes ces violences liées uniquement à l'Etatisation généralisée de la société et au contrôle des êtres humains.

Nous pouvons organiser la résistance à ces évolutions mais il faut beaucoup de bonnes volontés et du courage. Nous pouvons y arriver. Il existe des solutions. Si la 5G triomphe vous deviendrez tous des esclaves au service de l'élite étatiste mondiale.
Le discours d'Emmanuel Macron c'est de la novlangue la langue de 1984.

20 octobre, 22:15 - phb

Contrôle de la population
Pour ne pas être fliqué, il suffit déjà de ne pas avoir de smartphone, ces engins tout le temps connectés à votre insu, sont les premiers à vous surveiller, j'ai réglé ce problème en conservant mon vieux téléphone fixe et en ayant un GSM basique qui n'est que rarement allumé, seule son horloge Cmos interne reste en fonction, donc pas de localisation : si on a besoin de me joindre, suffit de laisser un message, à par pour certaines professions, rien n'est urgent, en 1984 on ne se posait pas la question. Donc "Zouu et, out la 5G" inutile pour le commun des mortels. Quant aux réseaux sociaux, je n'ai pas besoin de vous faire un dessin ! C'est faire entrer le loup dans votre bergerie. Avec l'actualité, on a vu comment ça peut finir !
Pour la carte bancaire, idem, chaque utilisation vous localise et fournit des infos personnelles. Privilégiez les espèces tant qu'elles existent encore.
Si la majorité fait de la résistance, comme nos voisins Allemands très attachés aux espèces, les choses bougeront un peu.
Faites gaffe aussi en répondant aux sondages.
Donc, moralité : les 95% possesseurs de smartphones n'ont que ce qu'ils méritent et, de toute façon, iront se précipiter pour acquérir les nouveau portables 5G.
Je vis très très bien sans tout ça et ai des relations sociales comme il y a déjà fort longtemps. Je pratique aussi la musique instrumentale seul et en groupes, bref je me sens très épanoui !

- Répondre -

Vocabulaire

le 20 octobre, 09:01 par Janluk

Bonjour,
En ligne 2, je pense qu'il faut lire "humilité" plutôt que "humiliation" ...
Exact ?

# Re : Vocabulaire

20 octobre, 09:05 - Nicolas Lecaussin

Tout à fait, merci à vous !
Cdt
NL

- Répondre -

Des ânes au pouvoir ?

le 20 octobre, 14:58 par PICOT

Mr Lecaussin je pense que vous faites erreur. Nos "dirigeants" savent parfaitement ce qu'ils font. Ce n'est pas qu'ils ne veulent pas apprendre de leurs fautes, déjà ils ne les reconnaissent pas (les masques absents au début de l'épidémie) mais surtout ils cherchent consciemment à nous soumettre et à nous apeurer en utilisant le Covid. Personne ne nous fera avaler que l'interdiction de l'hydroxychlroroqine, donc un acte enlevant aux médecins la possibilité de soigner leurs patients au mieux, n'est pas une intention délibérée de nous nuire. Remarquez au passage que cette interdiction vient d'être levée, vous en avez entendu parler dans les médias ? Bien sûr que non. Ce couvre feu inutile est encore une intention de nous enfermer, comme le confinement, plus nuisible qu'autre chose. Heureusement on dirait que la population commence à observer et à réfléchir. Et cela continue : il s'agit de nous coller une peur bleue. 30000 cas positifs il y a quelques jours ! Horreur, la 2e vague est là. Archi faux, il n' ya pas de 2e vague. Il s'agit de tests positifs, pas de malades ! 30 à 40% de faux positifs, 90 morts hier dans toute la France, c'est à dire pas grand chose même si c'est trop.
En fait que font nos "politiques" ? Je met des guillemets car, justement, ce ne sont pas des politiques. Un homme politique a le souci du bien être de ses concitoyens (polis en Grec veut dire cité). Nous avons au pouvoir des fonctionnaires aux ordres de l'UE et de la mondialisation. Ils obéissent et appliquent un programme : tout le monde surveillé et sous la coupe de l'Etat, l'Etat étant lui même soumis. Le peuple n'est pas d'accord ? Aucune importance, puisque Big Brother le veut. L'étape suivante sera peut être une vaccination anti Covid obligatoire qu'il faudra refuser par tous les moyens : il est impossible de mettre si vite un vaccin sûr et qui sera, de plus, inutile chez les moins de 50 à 60 ans, la mortalité étant dans ces classes d'âge pratiquement inexistante. Déjà ces 11 vaccinations imposées à nos enfants sentent le souffre : c'est de la folie furieuse, les vaccins sont utiles voire indispensables. Mais 11 ?? Pourquoi pas 15 ou 20 pendant que nous y sommes. On voit arriver les étapes suivantes de la soumission : la disparition des espèces. La surveillance sera alors totale. On nous demande notre avis ? Il n'en n'est pas question, un référendum pourrait contrarier de si beaux plans, comme celui de 2005. Je suis d'accord avec Mr Pascal Dray mais je crois que la 5G n'est qu'une prolongation de ce qui existe déjà : la surveillance généralisée est déjà bien en place, elle ne fera que la renforcer. Il va falloir trouver vite les moyens de se battre contre cette peste en marche, sans jeux de mots.

- Répondre -

 css js



FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies