Accueil » Les (très) suspectes et lucratives affaires de la famille Biden

Les (très) suspectes et lucratives affaires de la famille Biden

par Nicolas Lecaussin

La grande majorité des médias a fait semblant de ne rien voir et ne rien entendre. Certains réseaux sociaux ont même empêché la diffusion de l’information. De quoi s’agit-il ? Il y a quelques jours, le New York Post a publié des dizaines de mails du fils de Joe Biden, Hunter, grâce auxquels on apprend beaucoup sur ses activités en tant que « consultant » pour le compte des entreprises ukrainiennes et chinoises. Des affaires très lucratives car il est question de millions de dollars. Les mails nous donnent aussi plein d’autres informations croustillantes sur les relations de Hunter Biden et sur le rôle qu’aurait joué son père. Certains mails semblent indiquer que Joe Biden, candidat à la présidence des Etats-Unis, aurait même profité financièrement des « affaires » de son fils.

Joe Biden commence à s’occuper de l’Ukraine en février 2014 et son fils devient « consultant » trois mois après !

Les mails révèlent qu’à l’époque où Joe Biden était vice-président et en charge de l’Ukraine (depuis février 2014), son fils Hunter l’a présenté à un haut dirigeant d’une entreprise énergétique ukrainienne (Burisma). A noter que Hunter est devenu membre du Conseil d‘administration de la société Burisma trois mois seulement après qu’Obama ait demandé à son père, Joe Biden, de s’occuper de l’Ukraine. La réunion de Joe Biden avec l’un des dirigeants de la société ukrainienne, jamais rendue publique et niée par l’équipe Biden, est mentionnée dans un mail de Vadym Pozharskyi, un membre du conseil d’administration de Burisma, envoyé à Hunter Biden le 17 avril 2015, environ un an après que celui-ci ait rejoint ce conseil d’administration pour un salaire de plus de 50 000 dollars par mois. Moins d’un an après cette réunion, Joe Biden exerçait des pressions sur les fonctionnaires du gouvernement ukrainien pour qu’ils licencient un procureur qui enquêtait sur cette entreprise (Burisma). Hunter Biden n’avait absolument aucune compétence pour faire partie de cette société ukrainienne. On lui a juste demandé et cela dès le mois de mai 2014 comme le montrent les mails, d’utiliser son « pouvoir d’influence afin d’aider la société ».

10 millions de dollars pour Hunter Biden et 10 % pour le « big guy » (Joe Biden ?)

D’autres mails (2 août 2017) concernent les liens entre le fils Biden et une entreprise chinoise qui devait le rémunérer environ 10 millions de dollars par an en échange de son carnet d’adresses. Un des mails de Chine reçu par Hunter Biden le 13 mai 2017, avec la ligne d’objet «Attentes», comprenait des détails sur les «packages de rémunération» pour six personnes impliquées dans une entreprise commerciale non spécifiée. Selon le Post, l’e-mail suggère que les participants envisageaient de réserver 10% du capital de la transaction au «big guy». Qui pourrait bien être ce « big guy », sinon… Joe Biden ? De plus, dans un autre mail adressée à sa fille, Hunter Biden affirme « reverser 50 % de ses gains (dans ses affaires) à son père… ».
Très bizarre aussi de découvrir qu’un milliardaire chinois, lié au plus grand secteur pétrolier et gazier privé de Chine, Gongwen Dong, a fait des dépenses de l’ordre de 100 000 dollars pour Hunter Biden, James Biden (le frère du vice-président) et Sara Biden (la belle-sœur du vice-président).

La censure médiatique et sur les réseaux sociaux est scandaleuse

Le candidat Joe Biden à la présidence des Etats-Unis avait dans un premier temps affirmé qu’il n’était pas au courant des affaires de son fils. Pourtant, on sait maintenant que des conseillers l’avaient informé et mis en garde. On sait aussi que Chris Heinz, le beau-fils de John Kerry, secrétaire d’Etat à l’époque, était un « business partner» de Hunter Biden. Comment le secrétaire d’Etat aurait-il pu ignorer les activités internationales de son beau-fils ?
On ne sait toujours pas comment le New York Post s’est procuré le disque dur de l’ordinateur (des ordinateurs) contenant tous ces mails. Par contre, on sait que le FBI a pris possession de ce matériel en décembre 2019 et qu’il doit répondre à une injonction du Sénat américain à propos de son authenticité et de son contenu.
Ce qui est certain, c’est qu’une censure médiatique cherche à étouffer l’affaire, Tout comme les réseaux sociaux : Twitter et Facebook ont empêché la diffusion de l’article du NYP en invoquant le manque de crédibilité (fake news). Quelle louable prudence ! On s’étonne un peu qu’elle ne s’exerce pas à l’encontre des tombereaux d’insultes et autres fake news accablant Trump et on regrette infiniment qu’elle n’ait pas été plus efficace concernant les horreurs qui ont circulé sur le juge Kavanaugh.
Leur attitude – et celle des médias classiques – est inadmissible, d’autant plus que les Biden n’ont pas contesté l’authenticité des mails. Difficile de le faire, en plus des mails, on a trouvé des factures signées par le fils Biden et de nombreuses photos et videos « personnelles ».

You may also like

14 commentaires

DapsanhG 21 octobre 2020 - 10:40

Que l’IREF se concentre sur les questions economiques et sociales!
L’IREF ferait mieux de se concentrer sur les sujets economiques et sociaux francais.
Les informations non verifiees sur Les affaires de Joe Biden sont sans interet pour le debat francais.

Répondre
Nicolas Lecaussin 21 octobre 2020 - 10:46

Re : Que l’IREF se concentre sur les questions economiques et sociales !
Si les médias et les journalistes et autres experts français faisaient leur boulot, on n’en parlerait pas. Puis, les élections américaines sont importantes…pour la France aussi.
Cordialement,
NL

Répondre
gerard 21 octobre 2020 - 11:44

Vous perdez toute crédibilité
Cet article est indigne.Qu’en savez vous ? Et en quoi le fait qu’un fils de Biden ait pu profiter des relations de son pére est un scoop. Un autre fils est mort en héros.
Vous nuisez sérieusement aux theses honorables que vous defendez pour la liberte economique en repandant ces racontars haineux .

Répondre
Nicolas Lecaussin 21 octobre 2020 - 11:57

Re : Vous perdez toute crédibilité
Vous rigolez ? Qu’un vice président rencontre des oligarques ukrainiens, qu’il demande la suspension d’un procureur ou qu’il fasses des affaires avec une société chinoise (d’Etat !)avec plus de 10 millions de dollars en jeu, ça ne vous gêne pas ?
Cordialement,
NL

Répondre
gerard 21 octobre 2020 - 12:04

Vous étiez présent?
Les informations du NY Post qui est le pire tabloid ne sont pas des sources crédibles et ces attaques haineuses venant de la famille Trump sont un peu “rich”.

Répondre
Nicolas Lecaussin 21 octobre 2020 - 12:07

Re :
Tout a été confirmé ! Même le FBI a confirmé l’authenticité des mails et les Biden n’ont pas contesté ! https://www.wsj.com/articles/the-bidens-and-china-business-11603236651?mod=opinion_lead_pos1

Répondre
phb 21 octobre 2020 - 12:26

Je suis d'accord avec les autres intervenants. En vous immisçant dans ces "histoires" vous vous écartez de votre rôle. Dans ce cas vous devriez le faire pour toutes les autres nations (et là "y-a du boulot!").
Vous ne faites qu'accentuer le rejet de vos détracteurs qui vous condamnent pour votre excès de libéralisme.
C'est dommage, ça vous enlève du crédit.
Laissez ce genre de sujet à la presse "people".
Surtout que rien n'est vérifié!

Répondre
Nicolas Lecaussin 21 octobre 2020 - 12:54

Re :
Mais si les autres médias faisaient leur boulot, on n’en parlerait pas. Ce n’est pas du tout « people », la preuve l’éditorial du Wall Street Journal de ce matin. Ou alors les privilèges des membres du Conseil constitutionnel, les primes à bercy ou les magouilles des syndicats c’est aussi people ?
Cordialement,
NL

Répondre
Dapsang 21 octobre 2020 - 3:47

Tout a fait d’accord. Pas professionnnel . Vous decredibikisezl’IREF. Pourquoi ne pas aller chercher vos infos directement dans les reseaux sociaux russes? Au point ou vous en etes ! Je viens de faire un don a l’IREF avant de lire votre article .Je le regrette.Nous comptons sur vous pour arreter ce travail sans interet et non verifie et revenir sur les etudes a finalite hexagonale. Il y a assez de boulot a faire en ce moment .

Répondre
Nicolas Lecaussin 21 octobre 2020 - 3:51

Re :
C’est vérifié cher Monsieur et on a même écrit contre réseaux russes… Ce qui est encore plus grave grave c’est la censure médiatique. A nous de tirer le signal d’alarme. Pour l’affaire Biden, c’est sérieux : https://www.wsj.com/articles/the-bidens-and-china-business-11603236651?mod=opinion_lead_pos1

Répondre
Michel30 21 octobre 2020 - 3:20

Joe Biden et al.
Merci pour votre article : si les élections de novembre concernent en premier lieu les américains, c’est l’avenir du monde occidental qui est en jeu.
Montrer le véritable visage des dirigeants démocrates ne peut que déplaire à ceux nourris par la presse dans la haine de Trump – je ne dis pas qu’il est un saint.

Répondre
Dapsang 21 octobre 2020 - 3:58

Vous etes bien naif et tombez dans le panneau de Trump , pret a n’importe quoi pour eviter son naufrage . Rehaussez votre niveau et retrouvez l’esprit critique – qui commence par le doute- propre a l’IREF

Répondre
Dude 22 octobre 2020 - 1:40

Mettez "Trump" à la place de "Biden" et vous aurez un flopée de commentaires pour vanter votre professionnalisme et vous remercier de ces précieuses informations…
Quand on pense qu'un live à poil en train de fumer du crack devant une gamine de 14 ans -elle aussi nue- ne vaut même pas à Hunter une audition alors qu'elle aurait valu à Trump un impeachment…

Répondre
Pierre 3 décembre 2020 - 9:41

Les commentaires lus ici sont vraiment déroutants… Parlons en des francais. Quand Fillon a fraudé, ce fut un drame national et ca lui a couté très cher (4 années de taule). Quand Benalla s'est extirpé des griffes de la justice avec l'aide de ses amis en marche, pas de problème… On laisse l'amnésie collective faire son travail. Je pourrai citer Sarko, Chirac, Hollande, … Que des braves types sans aucun doute. Donc, quand Trump est accusé d'ingérence russe, c'est de nouveau le drame international. quand bien même il est blanchi par la justice, on continue de parler d'ingérence dans les médias. Quand c'est Biden, il faut vite oublier cela car c'est pour sauver notre démocratie. La politique américaine a forcement une grande influence sur le reste du Monde mais bon… Remettez vous en question, messieurs les conformistes.

Répondre

Laissez un commentaire