Accueil » Trenitalia poursuit son enracinement sur la ligne Paris-Lyon

Trenitalia poursuit son enracinement sur la ligne Paris-Lyon

par François Turenne

L’ouverture à la concurrence sur la ligne TGV Paris-Lyon a été un tel succès que la compagnie italienne Trenitalia a annoncé l’élargissement de son offre. Alors qu’elle opérait seulement deux allers-retours par jour, les « flèches rouges » (surnom des TGV de la compagnie) sillonneront désormais cinq fois par jour les rails entre Paris et Lyon. Dans un communiqué de presse du 10 mars dernier, le président de la compagnie a d’ailleurs salué « l’accueil enthousiaste du marché français ».

Roberto Rinaudo, président de Trenitalia France, entend à terme concurrencer les trajets en voiture en misant sur la qualité, le confort (4 niveaux de confort sont proposés et, pour les classes Standard et Business, 2 choix gratuits d’atmosphère) et le faible coût du transport (le prix plancher pour la classe Standard est de 23€). La nouvelle amplitude horaire des fréquences (entre 6h30 et 20h) lui permet de s’implanter durablement et de viser une clientèle plus large, avec l’aide des usagers et de la presse spécialisée qui mettent tous en avant la qualité du service à bord. Rien d’étonnant alors que Trenitalia ait vendu 70 000 billets depuis le mois de décembre. Le groupe a d’ailleurs communiqué un taux de remplissage de 83% depuis décembre avec un pic à 98% pendant les fêtes de fin d’année.

Il aura fallu du temps pour que la concurrence arrive dans le transport ferroviaire en France. La réussite de l’expérience entre Paris et Lyon devrait faciliter son extension à de nouvelles lignes TGV : Paris-Bordeaux, Paris-Rennes, Paris-Lille ou Paris-Marseille pourraient être les suivantes. Les lignes abandonnées par la SNCF car non rentables en bénéficient également. La libéralisation du rail a été une réussite en Allemagne, en Suède et en Italie, pour le plus grand bénéfice des consommateurs et des contribuables. Il n’y a aucune raison pour que ce ne soit pas le cas en France, à la condition que les syndicats de la SNCF ne viennent pas mettre des bâtons dans les essieux des concurrents.

You may also like

3 commentaires

Obeguyx 17 mars 2022 - 8:28

C’est la mort annoncée depuis plus de 40 ans de la SNCF. Enfin elle arrive, tout doucement. Mais l’ogre syndical veille et attention aux sombres sots (je voulais dire soubresauts).

Répondre
HUS 17 mars 2022 - 4:31

Si on laisse aux compagnies ferroviaires privées les lignes TGV qui dégagent le plus de rentabilité, ne va-t-on pas faire comme avec nos autoroutes ? Et cantonner la SNCF dans son rôle d’animation des seules lignes secondaires, souvent non rentables ?

Répondre
Gyb 17 mars 2022 - 5:35

J’attends avec impatience cette compagnie sur la ligne Paris ClermontFerrand…..
Mais peut-être que l’amenagement du territoire n’est pas son objectif 😂😂😂

Répondre

Laissez un commentaire