Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
Banner
Home » Semaine de quatre jours : laissez faire les entreprises !

Semaine de quatre jours : laissez faire les entreprises !

par Adélaïde Motte

Les syndicats se frottent les mains : la semaine de quatre jours sera testée en Espagne l’an prochain, sur 200 entreprises volontaires. Sans doute n’aura-t-on que du bien à en dire : des salariés détendus, productifs et flexibles, des patrons satisfaits, davantage même qu’à l’époque antédiluvienne de la semaine de cinq jours, des entreprises compétitives, des enfants ravis… Ceux qui oseront se plaindre de stress, de manque de temps pour faire leur travail, n’auront sans doute pas la même couverture médiatique. La semaine de quatre jours pourrait bien arriver sur la table en France. Sans baisse de la rémunération bien sûr.

Qu’une entreprise décide de proposer ou d’imposer à ses salariés la semaine de quatre jours, pourquoi pas. C’est son choix et certaines le font déjà. LDLC teste le système depuis janvier 2021, avec quatre jours à 32 heures. Chez Desigual, entreprise espagnole, les salariés sont passés de 39,5 à 34,5 heures, avec un salaire diminué de 6,5%. Si l’entreprise reste compétitive, elle attirera des candidats et d’autres entreprises pourraient l’imiter. C’est la loi du marché, et elle est saine. En revanche, l’Etat ne doit pas légiférer sur cette semaine de quatre jours. Les petites entreprises couleraient faute de pouvoir payer leurs employés qui se retrouveraient au chômage. Dans ce domaine, comme dans d’autres, l’État ferait plus de mal que de bien.

Pour l’instant, seuls la CGT, le communiste Roussel et « l’insoumis » Mélenchon se sont emparés du sujet. Espérons qu’on en reste là, car en période électorale, les pires promesses sont à craindre !

You may also like

Laissez un commentaire