Accueil » Sauvez l’industrie avec Bruno Le Maire !

Sauvez l’industrie avec Bruno Le Maire !

par Adélaïde Motte

Les hirondelles ne font pas le printemps, mais les discours des politiques, et surtout des ministres, font les élections. Face au déficit commercial sans précédent, qui montre combien la situation française est non seulement dramatique, mais aussi presque unique en Europe, Bruno Le Maire s’insurge et fait de grandes déclarations : un ingénieur coûte trois fois plus cher en France qu’en Allemagne à cause des cotisations sociales, les politiques fiscales et économiques entraînent des délocalisations… Des constats fort justes au demeurant, et qui font espérer que Bruno Le Maire accède un jour à une position de responsabilité qui lui permette d’inverser la tendance.

On nous souffle que Bruno Le Maire est déjà ministre de l’Economie. On ne saurait le croire. Cela voudrait-il dire que son ministère a laissé la France s’enfoncer dans son déficit commercial, pour se contenter d’actions de communication lorsque les médias lui tendent un micro ? Impossible. Bruno Le Maire a des idées, une vision, veut que l’industrie “retrouve son luxe, son prestige”, connaît la réalité des délocalisations. Pourquoi, sachant tout cela, n’aurait-il rien fait, jusqu’à laisser le déficit commercial plonger à un niveau record ? L’action, chez les macronistes, le céderait-elle à la communication, moins exigeante et plus étincelante ?

 

You may also like

4 commentaires

Teisserenc 11 janvier 2022 - 10:36

Il est vrai que ce ministre B. Le Maire a d’interessantes attitudes : lorsque, interrogé sur la diminution de dix pour cent de l’impôt sur la production il déclare que cet impôt est mortifère pour notre industrie, l’interviewer lui demande, naïvement?, pourquoi il ne le supprime pas intégralement il bafouille !
Les idées et l’action seraient-ils incompatibles ?

Répondre
Obeguyx 11 janvier 2022 - 11:11

Les paroles, ça suffit !!! DES ACTES, DES ACTES. Les quelques entreprises qui ont tenté de jouer le jeu depuis 2 ans sont déjà au bord du dépôt de bilan. On continue d’importer des masques, alors qu’on en fabrique désormais chez nous. Ces pseudo économistes sont des assassins sans armes, ils oeuvrent avec un clavier comme les militaires jouent avec leurs drones.

Répondre
Rémi 11 janvier 2022 - 2:41

Monsieur Lemaire, entre autres ministre des Finances, porte la soutane du PRÊTRE QUI VOUS PARLE DU MARIAGE….
Il conseille, propose des rapprochements, il distribue des bons points et des injonctions…OUI MAIS Il ne connait RIEN de l’entreprise….
Il est le PRÊTRE QUI PARLE DU MARIAGE en proposant des remèdes pour une bonne gestion des couples…
….Oui il fait des constats sur la fiscalité trop lourde des entreprises en comparant cette fiscalité française avec nos homologues européens…
Monsieur LEMAIRE remet en question et dénonce des incohérences fiscales et administratives se développant dans le « Mille feuilles »….
Il dénonce… sans effet pour rétablir une situation tout simplement normale… Il parle, il discoure, il promet pour plus tard…. Mais il est toujours satisfait de « lui-même » pour satisfaire son besoin d’appartenance ministériel…
… Il constate, il promet… Mais dans les faits, il ne se passe RIEN…
Monsieur Lemaire parle beaucoup, promet beaucoup, se fait photographié partout pour entretenir son image de technocrate politicien qui gère son image pour devenir un jour premier ministre avec la stature de JUDA
Monsieur LEMAIRE est un « trompe l’œil » à qui l’on donnerait « le Bon Dieu » sans confession…
Mais, je suis athée, aussi je ne n’assisterai pas la même messe que lui, même dans l’Eure, en refusant de recevoir les sacrements distribués par Jupiter qu’il a rejoint, tel un « apôtre » qui reniât son ancien  »tout Puissant » pour chercher à recevoir la bénédiction de son nouveau Dieu pour préparer son éternel… vers l’abime des  »bonimenteurs » qui savent reconnaitre les leurs… !
Dieu soit loué….

Répondre
Astérix 12 janvier 2022 - 12:38

Il faut s’appeler Bruno Le Maire pour ne pas comprendre que l’industrie ne peut être sauvée lorsqu’en France les dépenses publiques sont à 70 % du P.IB. et que le secteur privé, avec 30 %, doit supporter les 70 % ???
J’appelle cela une incommensurable bêtise.
Ce gouvernement est incapable de proposer les bonnes solutions qui consistent à réduire les dépenses publiques à 30 % du P.I.B. comme c’était le cas sous le Président Pompidou, DE TOUTE URGENCE.
Ces gens sont de véritables crétins patentés !

Répondre

Laissez un commentaire