Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Projet de loi d’accélération des énergies renouvelables, aller plus vite, mais pas trop

Projet de loi d’accélération des énergies renouvelables, aller plus vite, mais pas trop

par
63 vues

Le projet de loi qui prévoit l’accélération des énergies renouvelables a pour objectif de permettre à la France de rattraper son retard dans le déploiement de l’éolien et du photovoltaïque. Il prévoit des mesures transitoires, pendant 48 mois, pour simplifier les procédures (extension du vote du public par voie électronique), la multiplication des possibilités d’implantation des panneaux solaires (sur les espaces délaissés des infrastructures autoroutières, les terrains dégradés, les parkings…) ou encore une mutualisation, par façade maritime, des débats pour l’éolien en mer.

Les défenseurs de l’environnement étaient très préoccupés par un article de ce projet de loi – qui en contient 20 – qui visait à relever les seuils à partir desquels les projets doivent être soumis à une étude d’impact environnemental. L’article 3, donc, avait pour but de pouvoir accélérer les installations d’éoliennes et de panneaux solaires. Cependant, les ONG l’ont jugé contestable juridiquement, car une loi de 2016 entérine le fait que les principes du droit environnemental ne puissent pas régresser.

Cet article a été retiré du projet de loi qui devait être présenté en Conseil des ministres la semaine prochaine. Le ministère explique l’avoir fait pour répondre au souhait de l’exécutif que la loi soit préparée « en pleine concertation avec les parties prenantes ». L’article « revenait à vouloir gagner deux mois et demi au détriment de la biodiversité, c’était un marteau pour écraser une mouche », a réagi le secrétaire national de France Nature Environnement, Nicolas Richard. « Notre inquiétude sur le texte reste globale : l’urgence climatique ne justifie pas des dégâts sur la biodiversité, l’eau et l’usage des sols », a-t-il ajouté, fustigeant l’absence de planification.

Vous pouvez aussi aimer

4 commentaires

Dupond 24 septembre 2022 - 6:48

il existe un documentaire instructif sur le business de l’éolien : Du rêve aux réalités
wwws/youtu.be/f9EbpzDvoy
Le financement est scandaleux et entre les mains d’opérateurs étrangers qui se gavent de subventions.
Merci les verts et Cie

Répondre
Christian 24 septembre 2022 - 6:52

Quid de l’implantation des centrales à gaz, compagnons indispensables des éoliennes ? Les éoliennes ne fonctionnent qu’un quart du temps, lorsqu’il y a du vent ! Le vent est partout en Europe en même temps ou n’est pas. Que se passe-t-il les trois quarts du temps sans vent ? Arrêtons-nous les hôpitaux, les frigidaires, l’alimentation de nos maisons, les usines ? Aujourd’hui, la France n’a pas un déficit d’éoliennes, elle a besoin de plus d’énergies pilotables. La pénurie et les prix chers sont là pour longtemps, sans une correction rapide.

Répondre
Hinderyckx Thomas 24 septembre 2022 - 1:08

La précipitation du gouvernement face au retard pris de la France dans les ENR risque fort d’engendrer plus de problèmes que d’en résoudre. Encore une fois , l’Etat Français comme le démontre les instructions du gouvernement aux Préfets de régions et de départements du 16 Septembre 2022 pour accélérer les projets d’énergies renouvelables.
L’instruction au gouvernement réclame finalement que la traduction d’une directive Européenne de 2018 dans le droit Français (UE2018/2001) et particulièrement de son art.16 qui prévoit un délai d’instruction de 24 mois maximum sauf circonstances extraordinaires.
La sortie en Mer du Président à Saint Nazaire était bien entourée des bons à riens d’EDF qui finalement nous laisserons une facturette de 100 Milliards d’ici 2035 sans pourtant augmenter nos capacités de production d’énergies .
La France souffre d’un retard dans les ENR comme dans d’autres industries non pas à cause des débats publics ou des recours en justice mais parce qu’elle n’est pas compétitive.
Des erreurs structurels de choix industriels mais également un manque du gout de la compétition entretenu par les monopoles façonnés par l’Etat Français depuis le Grand Charles .
A quoi bon avoir le champion du Monde de l’énergie en France si il perd 30 Milliards par an ?.

Répondre
Obeguyx 24 septembre 2022 - 3:34

En quoi les « ONG » (souvent étrangères) ont plus le droit de citer que le citoyen Français lambda. Il suffit de nous vassaliser sans cesse. Macronunuche peut se les fourrer où je pense ses éoliennes. Les Français n’en veulent plus. Comment va-t-il falloir faire pour qu’il comprenne ? A chacune de ses interventions on a l’impression qu’il nous fait une déclaration de guerre. C’est bien un narcissique belliqueux, y’a pas de doute !!!

Répondre

Laissez un commentaire