Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Non, l’inflation ne profite à personne, sauf à l’Etat

Non, l’inflation ne profite à personne, sauf à l’Etat

par
813 vues

À qui profite la hausse des prix alimentaires ? À cette question posée dans les colonnes du Journal du Dimanche (JDD) le 12 mars 2023, on trouve une réponse quelque peu péremptoire : l’inflation serait un jeu à somme nulle avec des perdants (les consommateurs) et des gagnants (les industriels). Pour soutenir cette thèse, le dossier s’appuie sur le rapport de l’inspection générale des Finances (IGF) publié en novembre 2022, selon lequel les agriculteurs, l’industrie agroalimentaire et le secteur du commerce auraient réalisé des profits très supérieurs à leur niveau d’avant-crise.

En 2022, l’excédent brut d’exploitation (EBE) de l’agriculture serait supérieur de 27 % à celui de 2019. Il est supérieur de 50% dans l’industrie agroalimentaire, et de 9 % dans le commerce (commerce de détail et de gros, grande distribution alimentaire et non alimentaire). Le rapport conclut pourtant que “l’industrie agroalimentaire a comprimé ses marges et la grande distribution n’a pas contribué à renchérir les prix à la consommation des produits alimentaires”. Les profits ont donc été volontairement limités pour préserver le pouvoir d’achat des consommateurs.  Ce n’est pas la première fois que cela arrive : la grande distribution a souvent joué un rôle de rempart contre l’inflation, comme l’a démontré la récente étude de la fondation Jean Jaurès. Au plus fort de la crise inflationniste en 2022, les supermarchés Leclerc ont bloqué le prix de la baguette de pain à 0,29 centimes, ce qui leur a valu d’être accusés de « concurrence déloyale ».

Il ne faut pas oublier que l’inflation, en tant que hausse généralisée et persistante du niveau des prix, trouve ici son origine dans les politiques des banques centrales qui ont suivi la crise du covid (hausse de la masse monétaire en circulation) et dans la guerre en Ukraine (pénurie de gaz et des matières premières agricoles). Ce qui vaut pour l’industrie alimentaire vaut aussi pour l’industrie de l’énergie : toute crise d’approvisionnement se répercute nécessairement sur les prix, et les profits des industriels doivent donc être relativisés. De tout temps et en tout lieu, l’inflation n’est rien d’autre qu’un appauvrissement généralisé.

Seul profite de l’inflation l’Etat qui, notamment, n’augmente pas les seuils d’imposition et rembourse sa dette avec une monnaie dépréciée.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

6 commentaires

JR 15 mars 2023 - 9:30

Bonjour, c’est clair, bonne analyse. Ce gouvernement à 80 km/h associé aux « verts » a tout fait pour créer l’inflation à cause des décisions ineptes. Celui d’avant (Hollande et les verts) avait entamé la démarche de déclin de la France et de déclassement des Français. La casse du nucléaire et l’ARENH en sont des parfaits exemples. Mais pas que, tout ce qui marche est surtaxer et quand cela crève, ce qui fini par arriver, c’est subventionné, allez comprendre ! Nous avons à faire à un gouvernement illégitime et de surcroit parodique. Merci. Bien à vous

Répondre
JR 15 mars 2023 - 9:39

Bonjour, nous venons de recevoir un courrier d’EDF en date du 9 mars 2013, qui annonce  » le gouvernement a mis en place un bouclier tarifaire afin de limiter la hausse des prix, etc… ». Quel culot, ce gouvernement d’incompétents (sous influence verdâtre) est la cause de l’inflation. Une réponse circonstanciée s’impose. Depuis longtemps les spécialités indépendants alertent sur les mauvais énergétique des petits Macronistes aux ordres. https://climatetverite.net/2023/02/09/electricite-les-renouvelables-creent-une-hausse-des-prix/ . Merci. Bien à vous

Répondre
GHUS 15 mars 2023 - 10:19

L’inflation alimente les caisses de l’état par le biais des taxes assises sur les prix, dont la TVA. L’indexation du prix de l’électricité produite en France sur le seul prix du gaz est un scandale qui profite pleinement aux finances publiques, scandale que Bruno Lemaire se garde bien de dénoncer. Il aurait été logique de tenir compte du coût de production de l’électricité par les centrales nucléaires, les centrales hydrauliques, l’éolien etc… en pondérant le tout. Mais cela aurait amoindri les recettes de l’état, sachant que les taxes représentent plus du tiers de la facture d’électricité.
Par contre, si la dépréciation monétaire permet à l’état de rembourser ses dettes en monnaie de singe, la hausse des taux d’intérêt décidée par les banques centrales pour lutter contre l’inflation pénalise fortement les finances publiques dès lors que l’état est dans l’incapacité de réduire son endettement, ce qui est le cas en France.

Répondre
JR 16 mars 2023 - 8:45

Bonjour, Lemaire est un individu lamentable ! Merci. Bien à vous

Répondre
Christine 15 mars 2023 - 2:11

On a bien compris quand on va faire ses courses, que le prix du beurre multiplié par deux, c’est aussi la TVA multipliée par deux qui rentre dans les caisses de l’État.

Répondre
Dbo 62 17 mars 2023 - 1:15

Bonjour. Un peu surpris par la phrase suivante: Au plus fort de la crise inflationniste en 2022, les supermarchés Leclerc ont bloqué le prix de la baguette de pain à 0,29 centimes, ce qui leur a valu d’être accusés de « concurrence déloyale ».
Chez moi, 0,29 centime (sans « s »!!!), correspond à zéro centime virgule 29. Je pense que vous avez voulu écrire « 0,29 euro ». Rassurez-vous, vous n’êtes pas la première à faire cette curieuse…conversion entre les euros et les centimes d’euro!!!

Répondre