Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » L’interventionnisme américain (qui a alterné avec de longues périodes d’isolationnisme) est né sous Jefferson

L’interventionnisme américain (qui a alterné avec de longues périodes d’isolationnisme) est né sous Jefferson

par
680 vues

Selon une opinion couramment répandue, les États-Unis seraient sortis de leur isolationnisme en 1917, lorsqu’ils décidèrent d’intervenir dans la Première Guerre mondiale. On peut en fait retracer l’origine de l’interventionnisme américain au tout début du XIXe siècle. En 1801, Thomas Jefferson, troisième président des États-Unis, décide d’engager l’Amérique dans une guerre contre les pirates barbaresques qui sévissaient en Méditerranée. Opérant depuis les ports des régences ottomanes d’Alger, de Tunis et de Tripoli, et depuis ceux du Maroc, ils avaient coutume d’attaquer les navires étrangers et d’en capturer l’équipage : celui-ci pouvait être libéré contre le versement d’une rançon ou bien réduit en esclavage.

En 1785, les pirates prirent possession d’un navire marchand américain avec à son bord 21 hommes d’équipage. Le président George Washington et le Congrès voulurent alors négocier avec les gouvernements d’Alger, de Tunis, de Tripoli et du Maroc, qui hébergeaient les pirates barbaresques. Leur stratégie fut un échec : on dénombre au total, vers 1795, 11 autres navires américains et 126 marins capturés. Croyant sans doute qu’il était possible d’ « apaiser » les pirates et les souverains qui leur permettaient de prospérer, le gouvernement des États-Unis se résolut dans un premier temps à payer les tributs exigés.

Le pacha de Tripoli, Youssouf Karamanli, exigeant des sommes encore plus élevées, Jefferson rompit avec la politique « réaliste » de ses prédécesseurs (Washington et Adams) en refusant tout paiement. Tripoli déclara alors la guerre aux États-Unis et investit leur consulat. Jefferson riposta en envoyant des navires de guerre américains en Méditerranée pour bombarder les bases des pirates barbaresques et instaura le blocus du port de Tripoli. C’est le début de la première « guerre barbaresque ». La frégate USS Philadelphia, qui prend part au blocus, est capturée par les Barbaresques. Le lieutenant Stephan Decatur capture alors à son tour un navire turc baptisé ketch, le renomme USS Intrepid et entre ainsi dans la rade de Tripoli le 16 février 1804. Il parvient à mettre le feu au USS Philadelphia afin que celui-ci ne puisse plus être utilisé par l’ennemi, avant de s’échapper. Ayant subi plusieurs revers, les Barbaresques se rendront finalement en 1805. Le 10 juin de cette même année est signé un traité de paix entre les États-Unis et le pacha de Tripoli. L’interventionnisme américain venait de naître et de prouver par ailleurs son efficacité. Les États-Unis connaîtront ensuite de longues périodes de repli isolationniste, et renoueront avec l’interventionnisme (malgré eux) lors des deux Guerres mondiales (provoquées par l’Europe).

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire