Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Les recettes fiscales du tabac ont diminué de 2 % depuis le début de l’année

Les recettes fiscales du tabac ont diminué de 2 % depuis le début de l’année

par
481 vues

Le 1er mars dernier, le gouvernement avait mis en œuvre une énième augmentation des prix du tabac destinée à combler le tonneau des danaïdes qu’est devenu le fameux « trou de la Sécu ». A l’époque, 83 % des Français jugeaient d’ailleurs que la hausse des taxes allait favoriser la vente de cigarettes de contrebande.

Pour rappel, les prix du tabac ont augmenté de 70 % en dix ans, faisant de l’Hexagone l’un des pays où le paquet de cigarettes est le plus cher, derrière, toutefois, les Etats anglo-saxons et la Norvège.

En effet, depuis le début de l’année, les ventes de cigarettes effectuées par les buralistes ont baissé de 10 %, faisant chuter le rendement de la fiscalité du tabac de 2 %, et ce malgré la progression des taxes. Outre le fait que l’Etat devrait rester sur sa faim quant aux recettes attendues, il est également possible de constater l’amplification d’un inquiétant phénomène de développement des ventes illégales de cigarettes sur internet. A la fin de l’année 2022, une étude de British American Tobacco avait recensé 10 000 annonces de ce type sur les réseaux sociaux.

Selon une autre étude, commandée par Philip Morris cette fois, un tiers des cigarettes consommées en France ne proviendraient pas du réseau des buralistes et 13 % seraient des contrefaçons.

De la même manière que trop d’impôt tue l’impôt (cf. courbe de Laffer), la fiscalité du tabac, au-delà d’un certain seuil, n’incite plus à diminuer sa consommation générale et érode le rendement de ses taxes.

Aussi vaudrait-il mieux, comme nous l’avions évoqué, réduire la fiscalité du tabac à chauffer pour permettre aux fumeurs de se diriger facilement vers celui-ci, moins nocif, ou encore développer un « noci-score » sur les différents produits tabagiques, un peu sur le modèle du nutri-score.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

2 commentaires

Astérix 22 avril 2023 - 7:05

Le pourcentage des taxes pour un paquet s’élève à 80% pour l’Etat et 12% pour le cigarettier … Une véritable escroquerie de l’état, une fois de plus. Arrêtez d’emmerder les français qui fument ! Il faut inscrire dans la constitution l’interdiction par tout gouvernement de dépasser 20 % de taxes sur les cigarettes, sur les carburants entre autres …. (Non limitatif) ! Dans la négative, nos gouvernants continueront à escroquer les con…tribuables sans limite !
Les français sont masochistes, c’est bien le problème, ils acceptent de souffrir économiquement sans raison ????
Incompréhensible ????

Répondre
Albatros 11 mai 2023 - 2:15

Le Nutri-Score est un exemple assez peu recommandable, tellement il est inutile, coûteux et culpabilisant, tout comme toutes les étiquettes et labels comportementaux plus ou moins merdiques inventés par des curés constructivistes qui « savent » mieux que nous comment se comporter.
Ces dispositifs supportent autant d’administrations qui justifient autant de fonctionnaires et de petits flics de la morale chargés des contrôles et dont l’action ne résultent qu’en la multiplication d’exigences, de critères et d’ergotages justifiant encore davantage de contrôles, et de fonctionnaires et de petits flics…
Une instruction et une éducation des citoyens leur permettant de décider quoi faire de leur vie dans le meilleur de leur intérêt personnel doit être le seul objectif d’un gouvernement.
Je le répète, le Nutri-score, comme toutes les étiquettes rouge/orange/vert est nul et non avenu pour des citoyens majeurs et vaccinés (ou pas).
Sincères salutations.

Répondre