Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Les plus défavorisés du Grand Paris attaqués par l’écologisme mondain

Les plus défavorisés du Grand Paris attaqués par l’écologisme mondain

par
51 vues

Depuis ce mardi 1er juin, les véhicules classés Crit’air 4 (moteurs Diesel immatriculés avant le 31 décembre 2005) n’auront plus le droit de circuler dans la zone à faibles émissions de la métropole du Grands Paris, soit 70 communes sur 79. En 2022, cette interdiction sera imposée aux véhicules Crit’Air 3, puis aux Crit’Air 2 en 2024. L’objectif visé est 100 % de véhicules dits « propres » en 2030.

Fait intéressant, la métropole est présidée par Patrick Ollier, maire Les Républicains de Rueil-Malmaison. Les LR, qui s’opposent à la politique écologiste d’Anne Hidalgo à Paris intra-muros, la mettent en pratique dans la Métropole du Grand Paris, qui s’étend sur 814 km2.

Cette politique écologiste va impacter négativement les personnes défavorisées qui n’ont pas les moyens (même avec des aides) de changer de véhicule. Ils se verront priver de la liberté de circuler.

Enfin, cette mesure est absurde. Une Clio de 2003 n’aurait pas le droit de circuler alors qu’un gros 4X4 de 2020 le pourrait. La politique promue est donc celle de l’achat de voitures neuves, plutôt que de favoriser le bon entretien des véhicules, gage d’une qualité environnementale préservée. C’est en réalité une logique consumériste qui va à l’encontre de l’écologie, de l’économie circulaire et de la lutte contre l’obsolescence programmée pourtant prônées par nos responsables politiques.

Vous pouvez aussi aimer

7 commentaires

Laurent46 2 juin 2021 - 5:39

Les plus défavorisés du Grand Paris attaqués par l’écologisme mondain
Tout cela sent la révolte à grande échelle pouvant une fois de plus atteindre tous les Etats de l’Europe. La politique et l’administration est devenu un asile psychiatrique dont la France et l’Europe en sont les maître d’oeuvre alors que la crise sanitaire na pas encore rendu son nombre de faillites de personnes sans emploi ou de salaire réduit, tous ces trop payés quoi qu’il arrive, assistés et fainéants continuent de plus belle à détruire la société au point de s’attaquer jusqu’à la nourriture qui elle aussi sera en panne pour donner à manger à toute la population. Maintenant arrive le moment ou les gens n’auront plus de moyens pour aller à leur travail, plus de moyens pour se déplacer pour chercher les provisions, ce sera alors une autre histoire beaucoup plus sanglante. La violence ne cesse de monter et on y trouve toutes sortes d’excuses sauf la responsabilité des politiques. Mais la société n’est pas dupe et règlera ses comptes le moment venu. C’est aujourd’hui inévitable. Le seuil de non retour est largement atteint sans que tous ces lamentins politiques et administratifs n’en soient simplement conscients.

Répondre
Aymeric Belaud 3 juin 2021 - 9:24

Les plus défavorisés du Grand Paris attaqués par l’écologisme mondain
Bonjour,

Ces politiques risquent de recréer une nouvelle révolte à l’image des gilets jaunes. Mais elle pourrait être bien plus violente encore…

Répondre
montesquieu 2 juin 2021 - 12:19

Les plus défavorisés du Grand Paris attaqués par l’écologisme mondain
Et la liberté?
Pour le bien-être de quelques uns, on méprise les autres et les prive de liberté, en vertu de dogmes, ignorant les progrès techniques en toute mauvaise foi.
Pourquoi refuser aux diesel modernes la vignette n°1, alors que ces diesel polluent moins que les essences?
Ce monde est devenu fou!

Répondre
Aymeric Belaud 3 juin 2021 - 9:30

Les plus défavorisés du Grand Paris attaqués par l’écologisme mondain
En effet, l’innovation et les progrès techniques vont permettre d’allier liberté individuelle et écologie.

L’écologisme est antilibéral.

Répondre
Schafer 2 juin 2021 - 2:02

Ecologie punitive : Ces automobilistes trop pauvres pour changer leur bagnole n’ont qu’à rester chez eux
1°) Voila une mesure supprimant un droit de circuler où et quand on veut pour les pauvres qui n’ont pas les moyens ou pas envie de changer de véhicule.
2°) Supprimer les vieux diesel augmentera les émissions de CO2 car on sait qu’à puissance égale un diesel (même ancien) consomme toujours moins qu’un moteur essence.
3°) Concernant les émissions de nitrates : Ces véhicules anciens antérieurs à 2005 ne représentent que 12,5% du parc automobile. En imposant le changement de ces véhicules, le gain ne pourrait donc n’être que minime. En effet, même dans l’hypothèse d’une baisse de -30% des émissions de nitrates avec une voiture neuve, le gain total ne serait mathématiquement que de -3,75% de nitrates. Si l’automobiliste garde ses habitudes en kilométrage le gain ne serait plus que de -2,6% de nitrates.
Et c’est pour ce gain pratiquement non mesurable qu’on veut baisser la qualité de vie des plus pauvres des automobilistes !!! Une honte !

Répondre
Aymeric Belaud 3 juin 2021 - 9:22

Ecologie punitive : Ces automobilistes trop pauvres pour changer leur bagnole n’ont qu’à rester chez eux
Bonjour et merci pour votre commentaire.
En effet, l’écologisme idéologique mène à une pauvreté généralisée sauf pour une petite caste.

Il faut au contraire une écologie pragmatique, qui passe notamment par l’innovation.

Répondre
Obeguyx 3 juin 2021 - 9:14

Les plus défavorisés du Grand Paris attaqués par l’écologisme mondain
Je le dis et je le répète: les fous sont au pouvoir !!!!
No comment : enfermez-les !!!

Répondre

Laissez un commentaire