Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Les ouvriers et les jeunes sont les catégories les moins syndiquées en France

Les ouvriers et les jeunes sont les catégories les moins syndiquées en France

par
674 vues

Les déclarations des syndicalistes dans les médias concernant la réforme des retraites donnent l’impression qu’ils parlent et agissent au nom de ceux qui travaillent et que le peuple français est derrière eux. Quelques précisions s’imposent et il ne faut pas cesser de le rappeler : les syndicats ne représentent plus grand monde. Depuis le début des années 1980, le taux de syndicalisation s’est écroulé : – 75 %. Aujourd’hui, il n’y a que 10.3 % de salariés syndiqués (18.4 % dans la fonction publique et 7.8 % dans le privé). Plus intéressant encore est le fait que, contrairement à ce que soutiennent les représentants des organisations syndicales, les ouvriers ne les suivent pas. Seulement 9 % des ouvriers sont syndiqués contre 11.6 % des professions intermédiaires. C’est la catégorie socioprofessionnelle qui compte le moins de syndiqués ! Les travailleurs ont très probablement compris que les solutions marxisantes n’améliorent pas leur condition. Au contraire. De même, les jeunes (moins de 30 ans) ne sont que 2.7 % à adhérer alors que les plus de 50 ans sont 14.7 % (voir graphique).

S’il y a 1 million de manifestants dans la rue, faut-il rappeler que ce n’est que 1.5 % de la population française ? La pétition en ligne lancée par les syndicats et intitulée « Retraites : non à cette réforme injuste et brutale ! » a recueilli, le 31 janvier, plus de 860 000 signatures. C’est moins de 1.8 % du corps électoral et aussi moins de 1.3 % de la population française ! De toute façon, dans un pays démocratique, ce n’est pas aux syndicats non-représentatifs ou à la rue de faire les lois. C’est aux élus du peuple et aux institutions démocratiques. Bonne ou mauvaise, la loi doit être respectée.

Vous pouvez aussi aimer

4 commentaires

Duhamel 1 février 2023 - 9:10

Ce qui est scandaleux c’est de voir les privilégiés des régimes spéciaux
( SNCF, EDF , ETC. ) faire grève .sachant que ce sont les salariés du Privé et les entreprises qui paient leur retraite et leur déficit .
Les syndicats c’est 90% de laFonction publique ..Le Privé travaille ,il n’a pas le temps de se syndiquer .Le Privé défend son emploi face à la concurence étrangère moins chère .

Répondre
Vedun 1 février 2023 - 4:08

NICOLAS LECAUSSIN
23 janvier 2023 – 3:42
Si je n’avais pas aimé les débats, j’aurais tout simplement effacé votre commentaire… (…)

Merci pour votre honnêteté 😉

Répondre
Duhamel 3 février 2023 - 1:01

Je travaillais. Pour une entreprise de Mécanique vers St Omer . Il n’y avait pas de délégué syndical au désespoir de la CGT locale qui a voulu s’immiscer dans l’entreprise mais ils se sont fait virer par le Comité D’Entreprise qui s’entendait très bien avec les patrons qui ne décidaient jamais rien sans une réunion avec le CE .Et l’entreprise marchait du feu deDieu .Le CE lui même pouvait critiquer et échanger avec les patrons ma is aussi sanctionner des salariés qui n’étaient pas corrects .

Répondre
JR 2 février 2023 - 2:21

Bonjour, désormais les syndicats sont essentiellement représentés par la boboterie verte et les fonctionnaires néo-verdâtres eux aussi. Cela étant dit, ne doit-on pas voir dans la manifestation retraite une aversion au Macronisme ? Après les 80 km/h E.Phiippe, les sur-sur-sur taxes pompeusement dénommées « trajectoire Carbone » E.Philippe qui portent le L de carburant à 2 €, les malus, les super malus, les malus aux poids et les ZFE (Zone de Forte Exclusion), nos concitoyens contribuables sont chauds et n’en peuvent plus de cette Macronie décadente qui assigne les Français à résidence Il est fort probable que les ZFE soient à l’origine du prochain grand mouvement de type GJ. Il est urgent de libérer le pays, des taxes, des impôts, des malus et de l’écologie politique. Merci. Bonne libération de C02

Répondre

Laissez un commentaire