Accueil » GPA en Ukraine, quand l’indécence atteint des sommets en temps de guerre

GPA en Ukraine, quand l’indécence atteint des sommets en temps de guerre

par François Turenne

Depuis plus d’une semaine, le dictateur Poutine inflige des souffrances incommensurables à tout un peuple. Ces temps obscurs font aussi ressortir l’égoïsme de certains, qui loin des combats, trépignent d’impatience ou s’inquiètent de ne pas recevoir leur commande : un bébé dont le prix peut atteindre 50 000 euros. En effet, l’Ukraine est un pays leader en GPA (gestation pour autrui). Plusieurs cliniques – dont la plus connue, Festov – permettent à des couples de choisir sur catalogue la femme qui portera leur enfant. Malgré la guerre en Ukraine, ces couples attendent de pouvoir récupérer leur bébé et qu’importe que les mères porteuses meurent sous les bombardements. Les chaînes de télévision et les journaux ont largement relayé l’histoire de deux couples français partis en Ukraine pour récupérer leurs bébés. Ils se sont retrouvés sous les bombes à Kiev, attendant, fébriles, l’accouchement des mères porteuses. Dans ces reportages, les Français n’ont eu aucun mot de compassion pour les mères porteuses. Celles-ci ne sont finalement guère plus que des objets ou des incubateurs dont la mission est de leur délivrer un enfant.

La GPA est pourtant interdite par le droit français mais la France reconnaît légalement l’existence des enfants nés de cette façon. Avec la guerre en Ukraine, les travers de cette nouvelle « pratique de consommation » à la mode, largement promue par les médias, sont apparus au grand jour, en particulier le cynisme des parents d’adoption. La Manif pour tous s’est alarmée de la situation de ces Ukrainiennes, réduites presque en esclavage, sans aucun droit. Elle entend interpeller les candidats à la présidentielle et demander l’interdiction de la GPA. Rappelons que Yannick Jadot s’est dit favorable à une GPA « éthique », comme si l’on pouvait cacher l’inhumanité de cette pratique en lui ajoutant un adjectif.

You may also like

3 commentaires

Patrice Coconnier 9 mars 2022 - 11:39

Moi aussi j’ai été très choqué de voir sur une chaine d’info deux reportages sur des couples de français, l’un qui attendait l’accouchement, l’autre qui avait récupéré son bébé et disait gentiment au revoir à la mère porteuse. Cela ressemblait à de la promotion pour cette pratique interdite chez nous (pour combien de temps ?)

Répondre
Obeguyx 10 mars 2022 - 11:02

Merci François pour cet article. C’est peu évoqué et cela reflète bien l’égoïsme des occidentaux. Ma gueule d’abord, la sensiblerie derrière pour faire croire que… puis ma gueule, puis un peu de protestation, puis ma gueule… etc… voilà comment ça fonctionne. Certains appelle ça de l’individualisme. Moi pas !

Répondre
Obeguyx 10 mars 2022 - 11:03

Appellent et non appelle… Ca arrive aussi…

Répondre

Laissez un commentaire